Top confort au chalet!

Auteur
Laurence Bareil

L’hiver, c’est la saison du cocooning. Et qui dit cocooning dit cocon, donc confort et bien-être. C’est le prétexte parfait pour enfiler un gros chandail de laine, nos leggings confortables, avec une veste en duvet bien chaude pour aller relaxer au chalet.

Un peu d’histoire

Les leggings sont des pantalons moulants qui vont de la taille aux chevilles et sont à la base des sous-vêtements. Mais l'utilisation a dérivé à cause des modes et ils sont maintenant utilisés en pantalon pour n’importe quelle occasion.

Très à la mode dans les années 1960, les leggings ont connu le succès au début des années 1980, associés aux modes du fitness et de l´aérobique. Ils ont fait un retour en 2006 et sont portés encore aujourd’hui (plus que jamais!).

C’est l'entreprise de sacs de couchage rembourrés de duvet et tentes de montagne Moncler qui a donné naissance au premier vêtement à base de duvet d'oie en 1954. Il était alors destiné uniquement aux ouvriers de l'usine qui la portaient par-dessus leur combinaison de travail les jours de grand froid.

Dans les années 60, quand Moncler devient le fournisseur officiel de l’équipe française de ski alpin aux jeux Olympiques de Grenoble, la doudoune se démocratise grâce à l’essor des loisirs sportifs et à une jeunesse éprise de grand air… Icônes glamour ou filles au look décontracté l’adoptent illico!

Les gants de cuir font partie de l’histoire depuis très très longtemps.

Au XIII siècle, les gants étaient un symbole d’élégance et de richesse pour les reines. Ils étaient souvent faits de soie ou de lin et couvraient l’avant-bras, jusqu’au coude. Un portrait de la Reine Elizabeth I datant de 1592 l’illustre tenant des gants de cuir dans sa main gauche. À l’époque victorienne, certaines femmes portaient des gants de cuir trop petits dans le but de faire rétrécir leurs mains, car de petites mains étaient considérées comme un signe de beauté.

Aujourd’hui, les gants de cuir ne sont plus exclusivement réservés à l’élite. Ils font partie intégrante de notre garde-robe de tous les jours.

La doudoune en duvet

La veste en duvet est un incontournable du chalet parce qu’elle est chaude et ultra légère. Mais avant de l’acheter, c’est bon de connaître ce qui fait une veste en duvet de qualité.

La première chose à regarder, c’est le rembourrage. Plus la veste a de duvet par rapport aux plumes, plus elle sera isolante, donc chaude. Contrairement au duvet, les plumes n’ont pas de propriétés isolantes, elles servent plutôt de remplissage, mais elles aident aussi à donner du corps à la veste en gardant le duvet bien dispersé dans chaque compartiment.

Un truc : si on touche la veste et qu’on sent plein de petites tiges rigides, ça indique que la veste contient beaucoup de plumes.

Dans les boutiques spécialisées, les meilleures vestes peuvent atteindre 300 $. Dans ce cas-là, elles ont 95 % de duvet, la quantité d’air dans les compartiments est calculée, bref, ça peut devenir très technique.

Pour l’usage plus simple que j’en fais (promenade en bois au chalet, marche en ville),  j’ai trouvé une veste dans une boutique de vêtements prêt-à-porter. Elle contient 80 % de duvet et elle coûte moins de 100 $. Si vous payez autour de 100 $, mon conseil : assurez-vous d’avoir au moins 80 % de duvet.

La plupart des vestes ont un extérieur en polyester parce que c’est une matière qui ne prend pas l’eau facilement. Privilégiez donc le polyester.

Personnellement, j’évite les modèles qui ont un col en fourrure, même si je trouve ça beau. Les fabricants mettent souvent de la fausse fourrure, qui ne se lave pas à la machine.  Ça complexifie l’entretien, qui pourtant, peut être simple pour une veste en duvet. Si vous optez pour un col de fourrure (vraie ou fausse), assurez-vous qu’il soit détachable.

On peut laver une veste en duvet à la machine, en suivant les directives de chaque fabricant, et on la sèche à basse température dans la sécheuse, en ajoutant des balles de tennis, qui vont disperser le duvet dans la veste.

Si on veut payer moins cher, les vestes synthétiques offrent tout de même un bon rapport qualité-prix. Elles ne sont pas aussi isolantes que les vestes en duvet, mais s’entretiennent bien, et pour porter par-dessus un chandail de laine, en ville ou au chalet, ça fait très bien l’affaire.

 


Adieu bouloches!

Une des principales causes du boulochage sur nos vêtements de laine, c’est la friction. Peu importe le prix qu’on paye, si un vêtement en laine subit un frottement important, il peut boulocher.

Dans les commerces, on trouve plusieurs machines faites pour enlever les bouloches, mais d’après moi, la manière la plus efficace pour les enlever, on la possède toutes à la maison. Il s’agit du bon vieux rasoir à lames. Oui, oui! Comme celui que chéri utilise pour se faire la barbe.

Tout ce qu’on a à faire, c’est de détacher le manche et de ne garder que la tête (avec les lames)  et de passer le rasoir doucement sur les fibres (comme on le ferait sur nos jambes) sur une surface plane pour éviter de couper le tissu.

De quoi faire durer plus longtemps nos vêtements en laine préférés!

Vous aimerez aussi

Commentaires