5 idées pour maximiser son temps dans le trafic

Auteur
Nadine Descheneaux
Files de voitures prises dans un embouteillage

Quand on est pris dans le trafic, on peut rentabiliser ce temps « perdu » au lieu de rager et de pester, jour après jour. Voici nos idées pour y arriver et être plus zen malgré les embouteillages!

1. Parfaire une nouvelle langue

Parfois, on invoque le manque de temps pour expliquer pourquoi on ne suit pas un cours. C’est vrai qu’on court toujours, mais on oublie souvent que 15, 20 ou 30 minutes chaque soir à consacrer à l’apprentissage ou le perfectionnement d’une langue, c'est suffisant. Mine de rien : 15 minutes par soir, c’est 1 h 15 par semaine! 30 minutes? C’est 2 h 30. On trouve des CD d’apprentissages ou des applications chouettes pour suivre des leçons tout en conduisant.

2. Écouter une histoire

Se faire lire une histoire, c’est presque magique. C’est surtout, aussi, un plaisir qu’on a oublié, une fois devenu adulte. Pourtant, on retrouve de nombreux livres en version audio, autant des romans que des ouvrages sur la psychologie ou les voyages. Et quand on renoue avec cette tradition de se faire raconter une histoire, on devient vite accroc. On n’aura jamais eu aussi hâte d’être pris à nouveau dans le trafic.

3. Aller au gym… du visage

Bien sûr, notre voiture n’est pas un gym, mais on peut s’entrainer quand même. Eh oui, la gymnastique faciale est une méthode antistress et antirides. On prend des notes sur quelques exercices à faire chaque jour dans le livre 15 minutes de gymnastique faciale à faire dans la voiture (par Catherine Pez, Les Éditions de l’Homme). Et tant pis pour ceux qui nous regardent, on ne leur prête pas attention!

4. Faire des exercices de respiration

Les bienfaits de la cohérence cardiaque sont nombreux. On profite des embouteillages pour faire quelques exercices de respiration faciles. On commence par se concentrer sur une respiration abdominale profonde. Et pour s’aider, on ferme la radio pour écouter une musique douce et enveloppante.

5. Tout noter pour ne rien oublier!

Avec un dictaphone, on peut se libérer la tête et ne plus perdre nos idées. On fait des listes (de courses, de cadeaux, d’épicerie, d’achats, de trucs à faire le week-end), on « écrit » le message qu’on transcrira dans la carte de fête, etc.

Bon trafic!

Vous aimerez aussi