Pourquoi est-on bien dans notre désordre?

Auteur
Nadine Descheneaux
Bureau en désordre

Difficile de garder votre maison ou votre bureau en ordre? Et si être bordélique n’était pas qu’un défaut? Tour d’horizon de quelques bienfaits du désordre et du fouillis.

S’il est une pensée qui est profondément ancrée socialement, c’est que l’ordre est signe de productivité. Et son contraire – le désordre – est souvent perçu comme étant un manque de maîtrise de soi, un relâchement et même de malpropreté. Cette idée est tellement répandue qu’on voit de nombreux livres vanter les mérites de l’ordre et du rangement. Plus encore, il faut l’industrie florissante destinée à tout ce qui a un lien à l’ordre, au ménage et au rangement. Pourtant, le désordre n’est pas négatif. Ou, à tout le moins, pas totalement négatif. En effet, les extrêmes sont à éviter, mais tant dans le rangement que dans le désordre. Un certain désordre peut même être rassurant, voire créatif et profitable.

1- Lien avec notre enfance

Il y a un lien sensible entre notre désir de désordre (ou d’ordre) et notre enfance. En fait, si, dans notre enfance, nous avons été habitués à tout ranger, à astiquer, à mettre de l’ordre, bref à entrer dans un moule rigide, il se peut que notre désordre exprime une certaine forme de rébellion. Nous sommes en confrontation avec ce qu’on nous a longtemps imposé. Maintenant devenus adultes et libres, nous décidons de ne pas accorder autant d’importance à cet aspect.  Entretenir un certain désordre autour de soi pourrait aussi être vu comme un refus des diktats de la vie d’adulte, souvent sérieuse et rigide.

2- Marquer notre territoire

D’autres chercheurs évoquent que le besoin de désordre pourrait être perçu comme une façon d’accumuler des preuves tangibles de notre existence. Dans une maison immaculée tout bien rangée, rien ne dépasse ni ne dit quoi que ce soit sur ses occupants alors qu'une autre dans laquelle on voit des objets qui trainent nous donne des indices sur les personnes qui y vivent.

3- Exprimer qui on est

Par le désordre, nous pouvons souhaiter montrer qui on est. L’énergie circule dans ce joyeux fouillis. Aussi, on pourrait même avancer que les personnes à tendance bordélique ont l’esprit plus ouvert et sont moins réfractaires aux changements et aux imprévus. Nous ne sommes pas des machines, nous sommes des humains et le désordre permettrait d’éviter trop de rigidité et la soumission à de nombreuses règles. Il permet aussi de freiner la tendance à l’uniformité. Tant qu’on se retrouve dans notre désordre et que ce dernier ne nuit pas à notre vie de tous les jours, il n’est pas problématique.

4. Être créatif

Selon Eric Abrahamson et David H.Freedman, auteurs de Un peu de désordre = beaucoup de profit(s), l’ordre aurait un coût. En effet, il exige du temps, de l’investissement d’énergie et même de l’argent. Dans son ouvrage, il avance l’hypothèse qu’être moyennement désorganisé est mieux que d’être adepte de l’organisation extrême et rigide. La créativité crée le désordre : on a tellement d’idées ou de projets qu’on a moins de temps (et envie!) de ranger. Et puis, une étude de l’Université du Minnesota a même prouvé que le désordre encouragerait l’émergence d’idées novatrices et de solutions originales. Les bordéliques penseraient «autrement» laissant davantage libre cours à leur créativité alors que ceux qui travaillent dans un environnement tout en ordre auraient plus tendance à faire ce qu’on attend d’eux.

Vous aimerez aussi