Les émotions qu’on ne veut pas à Noël

Auteur
Nadine Descheneaux
Jeune femme triste à Noël

Certaines émotions s’invitent sans le demander dans nos vies à l’approche de Noël. Quoi faire avec elles? Suggestions pour savoir comment les « utiliser » positivement ou les tenir à distance un peu. 

Tristesse et déprime 

Noël doit être joyeux et resplendissant, mais il arrive qu’on n’ait pas le cœur à la fête et que ce dernier a davantage envie de pleurer. C’est possible. Il vaut mieux ne pas nier nos émotions. La période des fêtes peut être difficile si on vit un deuil… d’une personne ou d’un Noël idéal. Il n’est pas simple de faire la paix avec les célébrations « d’avant » parfois trop idéalisées ou parfois chargées de lourds souvenirs qui nous compriment encore le cœur. Aussi, on peut sentir un énorme décalage entre notre Noël triste et la joie démesurée que nous vendent les publicités, les médias et les films, ce qui accentue notre malaise émotionnel interne.

Solution

Un exercice d’« évacuation » peut vous faire du bien. Il s’agit d’écrire tout ce qui assombrit cette période de l’année. Qu’est-ce qui nous rend triste? Quel souvenir est resté de travers dans votre gorge depuis des années? On jette sur papier tout ce qui nous mine pour arriver à mettre le doigt sur ce qui fait le plus mal (ce n’est pas toujours le truc évident!). Ensuite, on pourra trouver une solution pour apaiser notre peine et peut-être aussi trouver quelqu’un de confiance à qui en parler.

À lire : Comment vivre les étapes du deuil

Solitude, ennui et nostalgie

Quand on se retrouve seul pour fêter, on dirait qu’on vit en marge de la société entière. Noël évoque une idée de rassemblements et de retrouvailles et nous voilà, à réveillonner en solo. 

Solution

Au lieu de rester dans un état nostalgique, on évalue ce qui nous ferait du bien pour nous sortir de cette torpeur. Et si on en profitait pour réinventer Noël et en faire un moment bien à soi.

À lire : Passer Noël seule sans pleurer et Apprivoiser sa solitude, enfin!

Stress et tensions

Les partys, la préparation de la bouffe, les achats, les cadeaux, le ménage, alouette! Noël est parfois devenu une vraie course folle! On voudrait créer un Noël inoubliable, mais on a des yeux d’adultes. La réalité nous rattrape! Notre portefeuille aussi. On ne veut pas devoir choisir entre acheter du homard et payer sa facture d’électricité à temps! C’est l’heure des compromis ou des casse-têtes. Et on doit l’avouer, on se met soi-même une épaisse couche de pression : on veut que tout soit parfait. Attention, c’est là qu’on s’épuise et qu’apparaissent des maux de dos (et de tête!).

Solution

Il est temps d’épurer Noël. On essaie de trouver ce qui est « de trop ». On fait un conseil de famille pour établir ce qui nous tient vraiment à cœur et on essaie de réduire tout le reste. Peut-être qu’elle est bien bonne notre bûche de Noël, mais si elle nous prend une demi-journée à cuisiner, peut-être qu’on pourrait faire autrement cette année. On modère nos attentes, on évalue davantage chacun de nos choix et on délègue. Plus question de tout faire seule!

À lire : Fêter Noël sans cadeau

Jalousie et colère

On le sait, le temps des fêtes devrait être un moment de réjouissances, mais nous, on sent poindre un élan de colère ou même de jalousie. En effet, les réunions de famille ne sont pas toujours harmonieuses. Elles peuvent raviver des rivalités et des chicanes. Revoir un cousin qui énumère tous ses voyages peut nous rendre jaloux sans vraiment l’avouer. On se compare beaucoup et on veut épater les autres en cuisinant des mets plus spectaculaires. Et voilà une surenchère qui nous éloigne énormément du réel sens de la fête.

Solution

Un moment de réflexion est de mise : pourquoi s’oblige-t-on à voir ces gens qui nous font perdre le contrôle? De quoi avons-nous peur? De ne pas être à la hauteur? Pourquoi se sent-on jugée?

À lire : 5 trucs pour arrêter d’envier les autres

Tâchez de passer un très joyeux temps des fêtes, avec toutes les émotions qu'il peut faire surgir en vous.

Vous aimerez aussi