Comment aider un ami en détresse psychologique?

Auteur
Nadine Descheneaux
Jeune femme en détresse psychologique

Rupture, perte d’emploi, décès, maladie, problème au boulot : les raisons qui expliquent la détresse psychologique d’un ami peuvent être nombreuses. Pour l’aider et le soutenir, suivez nos conseils.

Parce que vous êtes un ami fiable et empathique, vous voulez toujours aider un de vos amis proches qui vit un dur moment. Mais vous pouvez sentir que vous n’êtes pas outillé pour le soutenir pendant la traversée de cette épreuve. Sachez que tout d’abord, ce dont votre ami a besoin de votre part est votre écoute. Des conseils médicaux ou des avis psychologiques, il peut en recevoir s’il est suivi avec un spécialiste. Ce que vous avez à lui offrir est de vraiment l’écouter.

Pour bien écouter ce que notre ami veut nous confier, il faut d’abord avoir du temps et bien choisir le moment pour en discuter avec lui. Choisissez un lieu calme où vous pourrez discuter sans vous faire déranger et assurez-vous de ne pas être bousculé par le temps. Les confidences ne sont pas nécessairement spontanées et il ne faut pas mettre de pression sur votre ami.

Comment agir pour aider un ami en détresse psychologique

  • Demandez-lui ce qui ne va pas, mais ne le pressez pas. Surtout évitez de le bombarder de questions. Laissez les confidences venir à leur rythme. Du coup, soyez patient envers les silences.
  • Respectez son degré d’ouverture. Ce n’est pas parce que vous êtes prêts qu’il doit l’être aussi.
  • Ne minimisez pas ce qu’il vit et n’essayez pas de dire des phrases comme « Je comprends, moi aussi je… » en tentant à tout prix de faire des rapprochements entre ce qu’il vit et ce que vous pouvez avoir vécu. Ne forcez pas les choses.
  • Assurez votre ami que vous êtes là pour l’aider et qu’il n’est pas seul. En prenant sa situation au sérieux, vous l’aidez à cheminer, doucement. Vous pouvez aussi l’aider à trouver une aide extérieure ou l’accompagner à un rendez-vous. 
  • Évitez de juger ou d’évaluer ses paroles ou ses actes. Essayez plutôt de comprendre ce qu’il vit. Si vous n’êtes pas certain de bien comprendre, reformulez ses propos « Si je comprends bien, tu te sens… ».
  • S’il vous demande votre avis, évitez de lui dire ce que vous feriez à sa place et nommez plutôt des faits que vous avez observés à son égard. « Je me suis aperçue que tu semblais moins motivé au travail. »
  • Si vous vous sentez à l’aise – et si votre ami l’est aussi –, vous pouvez démontrer votre sollicitude en lui tenant la main, en lui touchant le bras, etc. Mais soyez à l’affût des signes qui pourraient laisser croire que cette proximité le rend inconfortable.

Entourez-vous!

Vous sentez que vous n’avez pas les compétences pour l’aider, vous avez l’impression que la situation devient trop grosse ou vous estimez que votre ami aurait besoin de plus? Ne transportez pas cette charge tout seul. Demandez de l’aide. Eh oui, de l’aide pour l’aider. Ou pour simplement lui proposer de nouvelles avenues (spécialistes, organismes, etc.) pour l’épauler dans sa démarche.    

Voici des endroits où vous pouvez obtenir de l’aide :

​** Connaissez-vous le service Pause Thérapie qui propose de consulter en ligne un psychologue membre de ce réseau (tous de l’Ordre des psychologues du Québec) en vous connectant n’importe où et n’importe quand (à partir de 29 $ par bloc de 20 minutes).

N’oubliez pas aussi que si votre ami émet des idées suicidaires – et ce, malgré votre promesse de ne pas en parler – vous ne devez pas le laisser seul. Agissez en appelant sans tarder

-- Cet article n’équivaut en rien à une consultation auprès d’un spécialiste. Si vous avez des doutes, consultez un médecin, un psychologue ou un autre professionnel de la santé. Pour une grave situation de crise, faites appel aux services d’urgence de votre région. 

Vous aimerez aussi