Tout abandonner pour aller vivre à la campagne

Ah, la campagne… Vivre en harmonie avec la nature, observer les changements chaque saison, respirer de l’air non pollué, aller marcher en forêt ou à travers champs, voir ses enfants rouler dans l’herbe (ou la neige) sans craindre qu’ils n’atterrissent subitement sur une rue passante…

Cette image bucolique envahit souvent nos esprits citadins lorsque nous nous retrouvons quelques jours par année dans un chalet loué pour les vacances, mais est-il vraiment possible d’abandonner un mode de vie urbain du jour au lendemain (ou presque) et de ne pas le regretter? Quelles sont les réelles implications d’un tel changement?

Pourquoi voulez-vous déménager?

Si vous êtes originaires d’un petit village perdu en région et souhaitez retrouver la tranquillité de votre jeunesse après de longues années de vie citadine, c’est une chose. Dans un cas comme celui-ci, on peut dire que l’on sait exactement à quoi s’attendre en effectuant un retour aux sources, mais ce n’est pas toujours le cas…

Certaines personnes ne connaissant que la ville (ou sa banlieue proche) envisagent la vie à la campagne de façon tout à fait romantique, sans penser aux inconvénients (et il y en a) qu’un tel mode de vie comporte. Que ce soit sur le plan professionnel ou culturel, par exemple, il y a de nombreuses questions à se poser, et de réponses à trouver, avant de faire le grand pas.

Le travail

C’est un fait, il y  beaucoup moins d’emplois disponibles en région. C’est d’ailleurs pour cela que la grande majorité des humains, partout sur la planète, se concentrent dans les grands centres urbains. Le monde attire le monde, c’est bien connu. Il ne faut pourtant pas désespérer avant même d’avoir commencé à chercher.

Chercher activement un nouveau poste

Une bonne méthode consiste à faire le tour des petites annonces dans le ou les domaines de travail qui vous intéressent. Lors de vos recherches, c’est aussi une bonne idée de ne pas se cantonner à un seul domaine d’emploi. Vos études, votre expérience et vos compétences pourraient ouvrir des portes auxquelles vous n’aviez pas pensé auparavant.

Garder son emploi et vivre à l’extérieur

Certaines personnes choisissent de conserver leur travail, mais de s’éloigner de la ville pour profiter de la nature durant leurs temps libres (fins de semaines, congés). C’est évidemment envisageable, mais il faudra tenir compte du temps de transport en voiture, en autobus ou en train, ainsi que des frais engagés. Parfois, 45 minutes de voyagement en train sont nécessaires pour vous rendre au centre-ville et cette option semble correcte, mais si les transports en commun font défaut et que vous deviez passer 2 heures dans le trafic matin et soir, gageons que votre vie à la campagne sera du même coup bien moins reposante.

Travailler à domicile

Certains domaines d’emploi permettent une plus grande flexibilité, c’est le cas notamment des travailleurs autonomes, comme les pigistes, les artistes et les artisans. Si votre emploi peut vous suivre ou que vous alliez, vous disposez déjà d’un atout de taille comparativement aux autres.

Les enfants

Un déménagement, c’est toujours un gros changement pour les enfants : ce n’est pas toujours rassurant pour eux de quitter un logement qu’ils ont toujours connu et de changer d’école ou de garderie, le cas échéant. Vous devrez aborder le sujet avec eux et écouter leurs objections et leurs inquiétudes.

Le plus souvent, l’idée d’aller vivre dans la nature peut sembler très alléchante aux plus jeunes, mais les ados risquent de montrer plus de résistance. À cet âge-là, leur « gang » et/ou leur amoureux sont très importants et ils peuvent vivre le déménagement comme une vraie déchirure, et vous en vouloir pendant très longtemps de les arracher à leur routine. Lorsque c’est possible, vous pouvez essayer de marchander le déménagement avec eux, par exemple en les assurant que vous ne les changerez pas d’établissement scolaire et que vous les porterez au bus/train pour leurs sorties de fin de semaine.

Dans certains cas, surtout en cas de fréquentations nocives, le déménagement peut être la meilleure chose pour vos jeunes, même s’ils ne le pensent pas…

Lorsque vous choisissez votre résidence à la campagne, pensez à l’environnement immédiat : une petite ville à proximité avec des services (piscine, bibliothèque, école secondaire, maison des jeunes) est toujours préférable à un trou de 300 habitants perdu au fond d’un rang. Ce n’est pas parce que vous souhaitez le calme que vos enfants doivent être privés de vie sociale!

Vie culturelle

Qu’on se le dise, la vie culturelle à la campagne n’est pas aussi trépidante qu’en ville. Si vous êtes un adepte des spectacles, concerts, expositions, 5 à 7 et autres représentations théâtrales, vous trouverez peut-être le temps long à contempler jour après jour le même paysage, aussi féérique soit-il.

Toutefois, la campagne a aussi son lot d’activités : sports d’hiver, baignade, promenades et randonnées, jardinage, etc. Tout dépend de vos intérêts.

Vie sociale

Vos amis de la ville vous rendront sûrement visite de temps à autre, surtout au début afin de contempler votre petit coin de paradis, mais ne vous attendez pas à recevoir toutes les fins de semaine comme vous le faisiez peut-être du temps de votre vie urbaine. Tout le monde a des obligations et des priorités… Et rouler une heure sur une route sinueuse pour venir prendre un café chez vous ne fait peut-être pas partie des priorités de vos amis, aussi proches soient-ils de vous.

Cela n’empêche pas que vous rencontriez après quelques mois des personnes très sympathiques dont le mode de vie s’apparente plus au vôtre, mais vous devrez probablement faire des efforts pour vous intégrer. Il existe plusieurs moyens pour cela : participer aux activités de la communauté, vous impliquer dans le comité de parents d’élève, offrir quelques heures de bénévolat chaque semaine, etc.

Petites surprises de la vie rurale

Même si vous attendez depuis des années de vivre votre rêve de retour à la terre, la transition à votre nouveau mode de vie sera progressive.

L’été et l’automne sont magnifiques et seront probablement vécus comme une lune de miel, mais lorsque viendront les courtes journées d’hiver, l’isolement dû aux routes gelées et enneigées, l’impossibilité de se faire livrer une pizza ou d’aller au cinéma, le manque de services médicaux, ou votre allée bloquée par des troncs rongés par les castors (je l’ai vécu!)… vous regretterez peut-être que le premier dépanneur se trouve à 3 kilomètres de votre jolie maisonnette entourée de bois et de champs… Ou pas?

Chaque personne, chaque famille sont différentes et un mode de vie qui peut sembler aberrant aux yeux de vos proches vous conviendra peut-être parfaitement. Après tout, de nombreuses personnes font ce pas et ne regrettent qu’une seule chose : ne pas avoir osé plus tôt!

Comment prendre cette décision?

Évidemment, tout quitter pour recommencer dans un environnement si différent de ce que l’on a connu, c’est une étape très importante, mais il ne faut pas non plus se dire que c’est impossible.

Avant de faire le grand saut, vous devrez en parler en famille, aborder tous les aspects de cette nouvelle vie : avantages, inconvénients, contraintes, aspirations, etc.

Une fois que vous aurez analysé et envisagé les réponses à toutes vos questions (logement, école, emploi, besoin de santé, etc.), la meilleure manière de savoir si vous êtes fait pour la campagne, c’est d’essayer… Rien ne vous oblige à quitter la ville pour toujours. Peut-être qu’après deux, trois ans, vous aurez compris que ce mode de vie ne vous convient pas. Parfois, il est nécessaire d’aller au bout de ses rêves pour comprendre que la vie en ville répond mieux à nos besoins. Mais comment le savoir si on n’essaie pas?

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires