Quand le budget va mal, où couper?

Dans la vie, il est courant de passer par des périodes de prospérité financière et par des moments d'instabilité économique. Il est en effet très rare d'être constamment « à l'aise », et cela, pour diverses raisons : une rupture, un achat important, une maladie, un retour aux études, un emprunt ou un changement d'orientation professionnelle peuvent influencer provisoirement la santé de nos comptes en banque...

Par contre, même s'il n'est pas facile d'abaisser notre niveau de vie et nous priver de petits plaisirs qui nous ont toujours semblé « légitimes », il devient parfois nécessaire de faire de petits sacrifices quotidiens afin de boucler les fins de mois.

De plus, il faut se rappeler qu'une immense majorité de personnes vit avec très peu d'argent au quotidien, mais ils y arrivent tout de même... et ils sont heureux la plupart du temps! Il est donc possible de dépenser moins, le temps de renflouer vos coffres.

Le fameux budget

La toute première chose à faire, c'est un budget détaillé qui compare vos dépenses et vos gains financiers. Il n'est pas nécessaire d'être un comptable agréé pour ça!

- Sur une feuille de papier, tracez 2 colonnes et inscrivez d'un côté vos gains (salaire, prestations d'assurance-chômage, allocations, etc.) 

- Dans l'autre colonne, notez vos dépenses obligatoires seulement (frais fixes), c'est-à-dire les loyers, les comptes d'électricité, le téléphone, les frais de garde des enfants, les assurances, etc.

- Dans un premier temps, n'inscrivez pas le montant nécessaire (selon vous) pour les soins personnels, les sorties et la nourriture, parce que c'est justement dans ces domaines qu'il sera nécessaire de faire des ajustements!

- Une fois que vous avez une idée claire du montant d'argent qui vous reste chaque mois, après avoir tout payé les frais fixes, il convient de diviser les sous qui vous restent de façon sensée pour vous permettre de « vivre » jusqu'au prochain chèque de paye... Vous pouvez faire une évaluation de ce que vous vous permettez de dépenser et vous y tenir. Par exemple : « 800 $ par mois d'épicerie me conviennent. »

- Ensuite, il faut respecter ces différents postes budgétaires. Faites le point chaque semaine, en entrant les montants de dépenses dans votre tableau. De la sorte, vous saurez que vous n'avez plus d'argent pour telle ou telle dépense pour l'instant. L'exercice est intéressant et c'est là aussi qu'on se rend compte qu'on achète souvent des trucs plus ou moins essentiels.

Comment dépenser moins?

Pour parvenir à vivre de manière frugale, il est nécessaire de comprendre que chaque dollar dépensé creuse un trou dans votre « équilibre financier. » Bien sûr, il n'est pas facile de se limiter lorsqu'on a l'habitude d'acheter ce que l'on veut quand on veut, mais tant que vous ne déciderez pas qu'il est temps de changer les choses, que vous ne ferez pas d'efforts pour réduire efficacement vos dépenses, il y a fort à parier que vous ferez des cauchemars dans lesquels s'alignent des colonnes interminables de chiffres.

Les petites dépenses qui font la différence

Voici quelques exemples de « petites dépenses » qui s'additionnent sans que l'on y prenne garde et qui peuvent complètement déstabiliser votre budget global. Si vous tâchiez d'éliminer ces frais, votre portefeuille s'en porterait mieux presque instantanément.

  • Un ou deux cafés latte au bureau
  • Des repas trop fréquents au restaurant
  • Des achats impulsifs au supermarché
  • Des sorties et des loisirs chaque fin de semaine
  • Jeter pour systématiquement acheter du neuf lorsqu'il serait possible de réparer
  • Acheter de produits en vente dont on n'a pas vraiment besoin... mais on ne sait jamais et il faut bien en profiter!
  • Etc.

Les 10 commandements du parfait économe

Il n'est bien sûr jamais facile de changer en quelques jours toute une vie d'habitudes quant à votre relation à l'argent, mais il faut faire le premier pas et prendre la résolution de se sortir (vraiment) du trouble pour y parvenir. Essayez de suivre les quelques conseils suivants sérieusement, et il n'y a aucun doute que vous verrez la différence après seulement quelques semaines.

1. On prépare et on apporte son lunch au bureau (à l'école) TOUS les jours, sans exception. C'est la meilleure façon de faire passer tous vos restes et ainsi manger ce que vous avez dépensé!

2. On surveille dans le journal local les sorties et activités gratuites : il existe une foule de choses à faire sans débourser un seul sou, alors il faut en profiter (maisons de la culture, bibliothèques, musées, activités extérieures).

3. On évite de prendre la voiture lorsque c'est possible, et on n'achète jamais le gaz en fin de semaine (les prix descendent systématiquement les lundis-mardis).

4. On découpe les coupons d'épicerie dans les circulaires, on vérifie les spéciaux de la semaine et on achète en grande quantité les choses que l'on consomme souvent lorsque leur prix est avantageux.

5. On sort du compte l'argent de la semaine et on paye en liquide : c'est une excellente façon de se rendre compte de la vitesse à laquelle disparaissent les dollars. Idéalement, on n'apporte pas de carte lorsqu'on sort.

6. On n'utilise la carte de crédit QUE lorsque le montant est disponible dans un autre compte et qu'on peut le rembourser tout de suite.

7. On n'achète pas systématiquement du neuf : vous avez besoin d'une nouvelle table de salon, d'un vélo pour votre enfant, de haut-parleurs pour l'ordi? Les sites de petites annonces proposent une infinité d'articles en excellent état pour une fraction du prix.

8. On élimine le superflu : pourquoi payer la boîte vocale de la compagnie de téléphone si on a un répondeur? Pourquoi payer le supplément de téléchargement si vous passez 10 min par jour sur l'ordi de la maison? Pourquoi payer pour 125 chaînes de télévision si le quart vous suffit amplement?

9. Plutôt qu'acheter constamment, on fait réparer ce qui peut l'être, dans la mesure où ça ne coûte pas plus cher de le faire réparer...

10. Et surtout, on profite de la vie, sans se dire qu'elle serait plus belle si on avait plus de moyens! Ce n'est pas l'argent qui fait le bonheur, et tant que vous avez un toit pour vous protéger et de quoi manger dans votre assiette, vous avez la capacité d'être heureux.

La société de consommation

Nous vivons dans une société capitaliste qui nous « force » à consommer constamment. Nous en venons même parfois à avoir l'impression que compter notre argent et faire attention à nos finances est un défaut, une tare. Pourtant, il est nécessaire de revenir aux vraies valeurs, à celles de nos grands-parents et à celles de la majorité des hommes et femmes sur Terre.

Malgré l'image de la réussite et du pouvoir, omniprésente partout autour de nous, nous n'avons pas à nous conformer et à chercher uniquement la prospérité financière. Oui, c'est vrai que, vue de l'extérieur, la vie semble plus belle lorsqu'on n'a pas besoin de compter l'argent qui entre et sort de notre compte, mais la plupart des gens riches vous diront que si le coeur est malade, tous les millions de la terre ne changeront rien. Il est donc nécessaire d'apprendre à être heureux quelles que soient les conditions de vie, dans les bons et les mauvais moments.

Rappelez-vous ce sentiment qui vous a envahi lors de votre dernière sortie en camping : le bien-être total d'être dans la nature, en toute simplicité, sans se soucier de tous les artifices de la vie moderne. C'est en tâchant de recréer ces émotions au quotidien que vous découvrirez la vraie valeur de la vie... et de l'argent!

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie.

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires