Le stress des Fêtes… on n’en veut pas!

Il y a les cadeaux à trouver puis à emballer. Il y a le ménage puis l’époussetage. Il y a les partys à organiser puis ceux auxquels on est invité. Il y les journées très longues puis les nuits trop courtes. Il y a tout ce qu’on a à faire puis tout ce qu’on voudrait faire, sans extension de temps dans notre journée. Il y a tant de gens qu’on voudrait voir puis toutes ces vieilles chicanes qui nous minent encore. Il y a les promesses puis tous les souvenirs accumulés à travers les années. Bref, le temps des Fêtes, c’est un «melting pot» d’émotions. Difficile de tenir le cap? Parfois, je l’avoue. On est tiraillé entre ce qu’on devrait faire et qu’on souhaite vraiment. On ne veut pas brimer personne, mais on se pile parfois sur le cœur. Et on est fatiguée – décembre est toujours épuisant! – ce qui gruge notre patience et fait grimper notre stress. C’est alors qu’il y a un risque de débordement d’émotions : chicane avec son conjoint, grogne envers les enfants ou prises de becs avec la belle-sœur.

Pas de recettes miracles pour baisser le stress durant les Fêtes, mais on peut arriver à mieux prévenir ces instants où le plaisir est caché trop loin derrière un paquet de soucis. Voici des idées :

Choisir

On ne peut pas accepter toutes les invitations, on ne peut pas donner des cadeaux à tout le monde, on ne peut pas faire plaisir à tous. On choisit. On se déleste ainsi d’un poids sur nos épaules.

Ménager

On réduit nos efforts pour que notre maison ressemble à une réplique d’un magazine de décoration. On n’y arrivera pas, on risque d’être fâchée et notre humeur s’en trouve écorchée. On réduit nos attentes. On veut pouvoir manger sur la plancher ou profiter de bon temps avec nos amis?

Refuser

Et ce, sans pointe de culpabilité et sans remords. On a le droit de se choisir pour une fois. Faites-le! On a le droit de ne pas vouloir aller dans un party trop loin de chez soi parce qu’on sait que le lendemain, les enfants seront trop fatigués. On a le droit de dire «On passe notre tour, cette fois-ci! On veut rester en amoureux ce soir! Amusez-vous bien!».

Se laver

Cela semble étrange comme recommandation, mais prendre une longue douche ou un bain chaud nous permet de défaire certaines petites tensions. Aussi, c’est souvent le moment où on a plus de 10 minutes rien que pour soi.

Réduire

Le nombre de sorties en combinant amis et famille dans un seul gros party. Cela peut être une solution pour certains afin de réduire le nombre de partys, de déplacements et de soirs d’affilée à l’extérieur de la maison.

Se terrer

Au moins une fois durant les Fêtes, on vit en pyjama dans la maison. On ne cuisine pas (on mange des restes!) ou on commande du resto. On flâne, on n’a pas d’horaire, on mange quand on a faim, on sieste, on paresse, etc.

Être réaliste

Noël est souvent idéalisé et partout on nous envoie des images de Noël plus-que-parfaits dont on rêve peut-être secrètement, mais qui sont bien loin de notre réalité. On part les Fêtes du bon pied en notant trois choses qui nous feraient vraiment vraiment plaisir. Vous verrez ce n’est rarement des trucs matériels qui s’illustrent dans un magazine. Ça peut être prendre une grande marche main dans la main avec son amoureux pour regarder les lumières dehors, jouer une partie de Scrabble avec son père ou manger des bonbons spéciaux provenant d’une recette familiale. Cela nous permet de nous recentrer ce qui nous fait vraiment plaisir.

Couper au plus vite

Oui, votre grand-mère faisait toutes ses tourtières et ses tartes, en plus de s’occuper de ses 8 marmots. On lui lève notre chapeau! Mais ce n’est peut-être que parce que les pâtes à tarte déjà préparées n’existaient pas. Ou qu’il n’y avait pas cette excellente boulangerie au coin de chez elle… On a amplement le droit de prendre des raccourcis à la cuisine.

Dormir

On se couche tard et on peine à faire la grasse matinée le lendemain? On essaie de faire une sieste. Un déficit de sommeil n’est jamais un bon allié pour chasser le stress.

Nadine Descheneaux, rédactrice

Vous aimerez aussi

Commentaires