Apprivoiser la solitude, enfin!

Auteur
Nadine Descheneaux
Femme solitaire

Apprivoiser sa solitude n’a rien de facile. Après une rupture, un deuil ou un déménagement, on peut être forcée de vivre des moments en solo. Au lieu d’angoisser, il faut voir la solitude comme une opportunité positive.
 

Méli-mélo d’émotions avec la solitude

Si certains événements dans notre vie nous obligent à concilier notre quotidien avec la solitude, le manque ou l’ennui, il est clair qu’une vague d’émotions intenses vient nous submerger. Nier ses émotions est une erreur à éviter, on ne fait que repousser le problème : elles viendront nous happer un jour ou l’autre, peut-être même avec plus d’intensité. Aussi, cette tactique de protection engendre un grand stress. On doit plutôt s’affairer à évacuer ces émotions, les nommer et surtout les accepter. Il est normal de ne pas se sentir bien et on doit pouvoir le dire pour mieux le vivre. On peut avoir tendance à vouloir s’étourdir pour ne plus penser à ce qu’on vit, mais on ne fera perdurer le malaise que plus longtemps. Finalement, certaines périodes - comme notre anniversaire, le temps des Fêtes, les vacances, etc. - peuvent être plus difficile. On les planifie mieux afin de ne pas se laisser submerger par un flots d'émotions difficiles.

Bon plan : on écrit afin de se libérer. Chaque jour si nécessaire pour ne pas laisser d’émotions néfastes s’incruster en nous.
 

Inconfortable, mais positive

La solitude peut être inconfortable, mais elle est souvent temporaire. Quand on sait comment la transformer en un moment positif, on vit de mieux en mieux avec elle. On doit savoir qu’on a la capacité de s’adapter à différentes situations si on y met quelques efforts. On peut choisir de ruminer les effets négatifs d’être seule, mais on peut opter pour prendre ce temps pour plonger au fond de soi et faire du « ménage » intérieur. Cette pause nous permettra peut-être de nous connaître mieux parce qu’on aura eu le temps de se poser différentes questions ou parce qu’on en profitera pour changer certaines de nos habitudes ou façons de faire. C’est le temps de se faire plaisir en osant.

Bon plan : Se réinventer à travers la solitude? Bien sûr que c’est possible. On s’aide en lisant L’art de se réinventer de Nicole Bordeleau.
 

S’ouvrir à la nouveauté 

Qui a dit qu’on devait rester toute seule si on a envie de sortir et de rencontrer de nouvelles personnes? Attendre chez soi n’est pas une option si on veut se créer un réseau. On franchit nos peurs pour aller de l’avant en allant au cinéma, au musée ou au restaurant seule. Qui sait les rencontres qu’on peut y faire? Être seule ne devrait pas nous tenir à la maison.

Bon plan : On mise aussi sur les activités de groupe, les associations ou les groupes de réseautage déjà existants. Pour les trouver, on épluche les hebdomadaires, on vérifie les babillards et on en parle autour de soi.

 

Vous aimerez aussi

Commentaires