Le chocolat dans les mets salés

Quand on pense au chocolat, on imagine (surtout nous, les femmes) des crèmes, biscuits, boissons et gâteaux décadents qui peuvent régler en quelques instants tous nos problèmes… ou presque! Évidemment, cette image est un peu exagérée, mais bien peu parmi nous pensent à utiliser le chocolat dans des plats salés. Et pourtant, c’est une tendance très actuelle qui permet de profiter de tous les bienfaits de ce produit, sans les effets négatifs du sucre.

Le chocolat comme boisson

Nous sommes tellement habitués au goût du chocolat dans nos desserts que nous n’imaginons pas que c’est loin d’être comme ça qu’il était utilisé par les premiers dégustateurs… Traditionnellement, le chocolat était cultivé par les peuples d’Amérique Centrale, et il a été ramené en Europe, à la cour d’Espagne, par les conquistadors espagnols.

Les Aztèques buvaient du chocolat pour toutes les grandes occasions et le servaient aussi en offrande à leurs dieux, mais la façon de l’apprécier était alors bien différente : c’était une boisson froide et très amère, concoctée à partir d’eau et des grains de cacao fermentés, séchés, grillés et moulus. Le chocolat à l’époque était consommé pour ses vertus énergisantes et aphrodisiaques, mais on n’y ajoutait pas de sucre.

Une fois que le cacao a été importé en Europe, ses vertus l’ont rendu « à la mode », mais son goût très amer ne plaisait pas aux papilles gustatives européennes. On a donc modifié petit à petit la recette originale en y ajoutant du sucre, de la crème, des épices (cannelle, anis, vanille, etc.)… jusqu’à devenir notre fameux chocolat chaud. Ensuite, de nouvelles méthodes ont été inventées et il est devenu petit à petit un aliment de consommation courante, mais toujours sucré!

Le chocolat comme épice

Dans les terres d’où il est issu, le chocolat faisait partie du quotidien et il était également utilisé pour parfumer la nourriture de tous les jours. C’était une épice au même titre que le piment, par exemple, et on l’intégrait à de nombreuses recettes. De la même manière, le cacao comme épice a été utilisé par les cuisiniers dans les grands centres commerciaux. Il est donc un ingrédient très important dans de nombreux plats traditionnels espagnols, italiens et français (du sud.)

Quelques idées pour l’apprêter

La saveur intense du chocolat relève agréablement de nombreux plats et il peut transformer vos recettes ordinaires en véritables bijoux gastronomiques. Pour cela, on recommande toujours d’utiliser de la poudre de cacao non sucré ou encore des carrés de chocolat amer, et de l’ajouter à la dernière minute, parce qu’une cuisson trop longue altère sa saveur et ses qualités. Il est délicieux :

  • Dans tous les plats d’inspiration mexicaine : il suffit d’ajouter un peu de poudre de cacao à vos chilis con carne, mélanges pour fajitas et tacos, pour les rendre encore plus savoureux avec un petit goût authentique et original. Un seul essai vous convaincra.

  • Dans le mole, cette sauce riche et savoureuse qui accompagne à merveille le poulet et le canard.

  • Dans les sauces au vin qui accompagnent le gibier et la volaille, surtout le sanglier et le lapin.

  • Dans les sauces qui ont une touche sucrée, par exemple avec des cerises, des framboises ou des raisins secs.

  • On en fait aussi une sauce fine et délicate qui relève les poissons grillés et les fruits de mer.

  • Dans les vinaigrettes : le mélange vinaigre (ou jus de citron) et chocolat noir, associé à une bonne huile d’olive, relève à merveille les salades de verdure et d’agrumes.

  • En Italie, un plat traditionnel consiste à saupoudrer de chocolat râpé un plat de pâtes en sauce de Gorgonzola et noix concassées. Un délice!

  • En Italie encore, le chocolat est mélangé à de la purée de courges pour farcir des raviolis.

  • Quelques cuillères de cacao non sucré donnent un goût incomparable aux pains maison (non sucrés), et sera délicieux servi avec du foie gras ou des fromages forts.

  • On peut utiliser quelques carrés de chocolat noir (ou même blanc, il y aura alors une légère saveur sucrée) pour lier une sauce, exactement comme le beurre.

Alors, cette année pour la Saint-Valentin, aurez-vous le courage de concocter un repas dont tous les plats seront relevés de cet aliment aphrodisiaque? Et en plus, c’est la nourriture des dieux… Votre Adonis ou votre Vénus ne pourrait rêver mieux!

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires