Bulgur

Le bulgur, que l’on appelle aussi boulgour ou boulghour, est fabriqué à partir du blé dur. Il est originaire de la Turquie, mais fait partie des traditions culinaires de beaucoup de pays méditerranéens (Arménie, Grèce, Liban, entre autres.) Après la récolte, il faut le débarrasser de la fine pellicule qui l’enveloppe (le son) en prenant soin de garder le germe. Après l’avoir mis à tremper quelques heures, on le précuit à la vapeur. Ensuite, on l’étale sur de grands draps pour le faire sécher au soleil. La dernière étape consiste à concasser les grains de manière plus ou moins grossière selon l’usage auquel on les destine.

Saison : Puisque c’est une céréale séchée avant d’être emballée. Le bulgur est disponible toute l’année

Guide d’achat

Il existe du bulgur fin ou plus grossier. Il est préférable de le choisir selon les directives indiquées dans votre recette.

Selon la sorte de grains utilisés, il peut être très clair ou brun, mais cela n’altère en rien son goût.

Conservation

Le bulgur doit être conservé dans un sac en plastique ou un contenant hermétique, à l’abri de la lumière (dans un placard ou un garde-manger).

Une fois réhydraté, il se conserve jusqu’à 4 jours au réfrigérateur.

Bienfaits pour la santé

Le bulgur contient 370 calories par portion de 100 g (sec), ce qui en fait un aliment assez riche. Il a la même valeur énergétique que les pâtes ou la semoule.

Il est aussi très riche en glucides lents, qui sont mieux absorbés par l’organisme.

Il est une excellente source de:

  • Fer
  • Magnésium
  • Phosphore
     

Astuces culinaires

Le bulgur se cuit comme le riz, soit dans deux fois son volume d’eau. Dépendamment de la sorte de blé utilisée pour le faire, il peut nécessiter un peu plus d’eau, mais cela sera indiqué sur l’emballage. Selon les recettes, on peut aussi simplement le réhydrater en le mettant à tremper dans de l’eau tiède pour qu’il gonfle. Une fois cuit ou réhydraté, on peut le déguster :

  • Dans le taboulé : la vraie recette de cette salade populaire se fait avec du bulgur. On y ajoute aussi du persil haché, des raisins secs, des tomates et des oignons en dés, de la menthe, des pois chiches et du jus de citron.
  • Dans les farces pour les légumes ou le poulet.
  • Dans les salades composées en tout genre.
  • On peut juste ajouter un peu de beurre ou d’huile d’olive et le servir en accompagnement des viandes, poissons, volailles.
  • Il est l’un des ingrédients des « kibbeh », une spécialité libanaise : ce sont de petites boulettes d’agneau aux pignons et bulgur, que l’on épice avec de la cannelle, du cumin et de la coriandre. On les sert sur une salade de concombres et tomates avec de la sauce blanche (style tzatziki).
  • Sec, on l’ajoute directement dans les soupes et potages pour les épaissir et en faire des repas complets.
  • On peut le cuire lentement dans du lait sucré pour une collation nourrissante et délicieuse.
  • On peut le substituer au riz dans toutes les recettes : risotto, pilaf, etc.
  • C’est aussi une alternative à la semoule de couscous dans vos recettes préférées.