Prévoir les lunchs pour la semaine

Avec la rentrée scolaire et le retour à la routine, il y a une chose que beaucoup de personnes détestent qui va revenir : l’incontournable corvée des lunchs à préparer. Honnêtement, y a-t-il quelqu’un qui est heureux de se lever 20 minutes plus tôt pour fouiller dans le réfrigérateur afin de confectionner pour soi-même et le reste de la maisonnée un repas équilibré et appétissant, et ce, tous les jours de la semaine? La réponse est non, non et non! Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il existe plusieurs trucs pour rendre cette tâche rébarbative un peu moins éprouvante. Voici une petite liste de 10 trucs à mettre en pratique tout de suite pour des matins moins stressants :

On cuisine en grosse quantité

Les ragouts, soupes-repas, gratins et casseroles se prêtent parfaitement à la congélation. On réserve donc une journée la fin de semaine pour préparer quelques-uns de ces plats réconfortants. Ensuite, il suffit de congeler des portions individuelles dans des plats de plastique adaptés au four à micro-ondes. Il ne restera qu’à sortir les plats en question du congélateur la veille.

On se fait des réserves

Tâchez d’avoir toujours à disposition deux ou trois sortes de pains (tranché, bagels, tortillas, pita, etc.), du fromage (cheddar, suisse, à la crème, etc.) ainsi que des viandes froides de votre choix. Ainsi, il sera beaucoup plus facile d’imaginer votre sandwich idéal plutôt que de fouiller dans tous les placards pour trouver ce que vous allez manger.

On cuit à l’avance

Œufs durs, légumes blanchis, macaronis ou riz, tous ces ingrédients peuvent être conservés plusieurs jours au réfrigérateur. Le jour J (ou le soir avant), il suffit d’un peu d’imagination pour créer en 2 temps 3 mouvements un repas rapide et original. Par exemple : une portion de macaronis cuits, quelques légumes, du jambon en dés et une petite poignée de fromage râpé constituent un repas équilibré qu’il suffira de réchauffer au four à micro-ondes.

On coupe les légumes

Les carottes, céleris, tomates-cerise, concombres et autres légumes peuvent être lavés, pelés et coupés dès le retour du supermarché. Il suffit ensuite de les entreposer dans des récipients adéquats (avec de l’eau pour les carottes/céleris) pour en avoir pour toute la semaine.

On lave les fruits

Tâchez d’avoir toujours une réserve de fruits frais (pas trop fragiles) déjà lavés : oranges, pommes, raisins, bananes, prunes, etc. Les fruits constituent un dessert ou une collation parfaite.

On prévoit des portions individuelles

C’est une excellente idée de préparer en portions les crudités, fruits coupés, morceaux de fromage, craquelins, muffins, biscuits, croustilles et autres ingrédients. Faites-vous une bonne provision de petites boîtes réutilisables et garnissez chacune d’elle selon l’appétit des enfants (ou des grands).

On adopte les boîtes Bento

Cette « mode » japonaise consiste à garnir une boîte réutilisable à plusieurs compartiments de tous les ingrédients qui constituent un lunch santé : fromage, viandes froides, fruits et légumes, craquelins, etc. On peut les faire à l’avance, et il ne reste ensuite qu’à glisser la boîte, une boisson et quelques collations (barres tendres, par exemple) dans la boîte à lunch.

On range tout au même endroit

C’est une excellente idée de réserver une étagère de votre garde-manger et une autre dans votre réfrigérateur pour les lunchs. De cette manière, vous aurez tout sous la main et cela vous évitera de perdre vos précieuses minutes à chercher un peu partout.

On utilise les restes

Peut-être que vos enfants n’apprécient pas de manger deux fois de suite le même repas, mais il est possible de conserver vos plats 2-3 jours sans danger! Votre repas familial du lundi soir pourrait être très apprécié en lunch le mercredi ou le jeudi. Il vous suffit pour ça de garder les portions inutilisées dans des contenants qui vont au four micro-ondes.

On prévoit des plats cuisinés de secours

On le sait, les plats tout prêts ne font pas un repas idéal, mais une fois de temps en temps, cela ne cause pas trop de mal. Pour ces matins où le cerveau fonctionne au ralenti (ou lorsqu’on est vraiment en retard), on cache tout en haut d’un placard inaccessible, ou au fond du congélateur, quelques plats cuisinés à réchauffer. Mais attention, il ne faut pas que cela devienne une habitude!

Cécile Moreschi, rédactrice Canal VIe

Vous aimerez aussi

Commentaires