Les cuisines collectives

Nous sommes tous déjà passés devant la vitrine d’une cuisine collective, en regardant à l’intérieur avec un œil interrogatif et peut-être même avec certains préjugés. Pourtant, les cuisines collectives, souvent méconnues, s’adressent à un large public. Elles pourraient même répondre à l’un de vos besoins.

Une cuisine collective, qu’est-ce que c’est?

Une cuisine collective rassemble un petit nombre de personnes qui se réunissent pour préparer des plats économiques, sains et appétissants. Tous les participants mettent en commun leur temps, leur argent, leurs compétences et leurs idées pour confectionner des repas ou des desserts. Les cuisines collectives s’organisent autour de quatre étapes : la planification, les achats, la cuisson et l’évaluation. Le tout se fait dans un climat de solidarité et de respect.

Pourquoi joindre un groupe de cuisine collective?

Les motifs qui réunissent les gens au sein de ces groupes varient d’une cuisine collective à l’autre. D’autant plus que chaque groupe ou organisme fonctionne à sa façon, selon sa propre réalité. Certaines cuisines reçoivent des dons en argent ou en nourriture alors que d’autres sont totalement autonomes. Certains groupes proposent des thèmes tels que les purées pour bébé, des recettes pour les diabétiques ou en fonction d’allergies alimentaires. Les gens joignent donc un groupe de cuisine collective pour apprendre à cuisiner, pour économiser un peu d’argent, mais également pour répondre à d’autres besoins plus spécifiques. 

Qui peut y participer et comment?

Les cuisines collectives s’adressent à toutes les personnes - peu importe leur âge et leur revenu - qui souhaitent cuisiner en groupe ou apprendre à cuisiner pour obtenir une meilleure qualité de vie pour elles et leur famille.

 À travers le Québec, il existe plus de 1 400 cuisines collectives. Consultez le Regroupement des cuisines collectives du Québec ou communiquez avec le CLSC de votre région pour trouver celle de votre municipalité ou de votre quartier.

Communiquez avec les responsables de la cuisine collective la plus près de chez vous pour vérifier l’horaire et les différents groupes que vous pouvez joindre. Si vous avez des besoins spécifiques, ils pourront vous conseiller et, s’il y a lieu, vous diriger vers une autre cuisine qui saura mieux y répondre. N’hésitez pas à poser des questions puisque chaque organisme ou groupe possède ses propres caractéristiques.

Les cuisines collectives : des avantages au-delà de l’aspect économique

La mise en commun de temps et d’argent permet de préparer des recettes plus élaborées et à moindre coût. Dans la majorité des cas, une portion revient à environ un dollar. Toutefois, le coût varie en fonction du groupe et selon les besoins de chacun. En effet, les recettes élaborées en fonction de certaines allergies ou maladies peuvent engendrer des frais légèrement plus élevés. Certaines cuisines apportent également un soutien aux participants pour faire un budget et pour repérer un véritable rabais dans une circulaire.

Bien que le volet économique constitue un élément central des cuisines collectives, les avantages dépassent cet aspect.

Les cuisines collectives permettent de briser l’isolement, tant du côté des jeunes parents et des personnes âgées que de celui des personnes nouvellement arrivées dans un quartier. Le mélange des participants mène à la découverte de nouveaux aliments, de nouvelles recettes et même, dans certaines situations, à des échanges culturels.

Les ateliers permettent d’apprendre à cuisiner et aident à se structurer pour la préparation d’un plat, mais également dans la planification de son temps. En s’inscrivant à un groupe de cuisine collective, on s’assure de mettre une journée à son horaire pour cuisiner des repas santé.

Les groupes de cuisine collective offrent de véritables moments de plaisir. Bien des individus se rendent à une cuisine collective pour répondre à un besoin spécifique, mais ils y restent, car ils développent des liens avec les autres participants et découvrent le bonheur de cuisiner en groupe. 

L’envers de la médaille…

Le nom le dit bien : cuisine collective. La collectivité apporte un grand nombre d’avantages, mais nous oblige à faire des concessions et des compromis. En voici quelques-uns.

  • Les ateliers ont lieu à un moment fixe, ce qui ne cadre pas toujours avec notre horaire.
  • Tous les participants doivent s’entendre sur les mêmes recettes.
  • Les membres d’un groupe demeurent aléatoires. Chaque participant doit donc s’ajuster aux différents tempéraments.
  • La préparation d’un repas demande plus d’un déplacement : lors de la planification, de la cuisson et de l’évaluation.
  • Les règles de la cuisine collective doivent être respectées par tous les membres : ponctualité, hygiène, engagement envers le groupe, etc. Bien que certains individus puissent trouver contraignant de s’y plier, elles sont nécessaires pour le bon fonctionnement de tout groupe.

Une journée « cuisine collective » à la maison

Il n’y a aucun doute, le principe des cuisines collectives est bénéfique : on se regroupe, on cuisine et l'on mange mieux! On met en commun notre argent, notre temps et nos talents et l'on passe un bon moment ensemble. Pourquoi ne pas organiser une journée ou une fin de semaine de cuisine collective à la maison?

Invitez des amies et échangez vos recettes préférées. Choisissez-en une ou plusieurs, selon le temps dont vous disposez. Allez faire les achats en groupe, c’est tellement plus amusant. Pour une fois, vous pouvez acheter en grande quantité, sans avoir de remords de gaspiller certaines portions. Distribuez bien les tâches et allez-y! Vous passerez une belle journée à cuisiner, jaser et rigoler avec vos amies et vous aurez de bons plats au congélateur qui n’attendent qu’à être réchauffés.

Idées recettes

Voici quelques idées de recettes que vous pouvez faire en petit groupe et congeler par la suite :

Que vous joigniez un groupe de cuisine collective ou que vous en improvisiez un entre amies, l’important est de prendre plaisir à cuisiner, ce qui entraine nécessairement une meilleure alimentation. Dans notre monde individualiste, un peu de « collectif » ne peut apporter que des bienfaits.

 

Cynthia Brunet, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires