10 trucs pour déjouer les caprices alimentaires de vos enfants

Auteur
Geneviève O'Gleman

Votre enfant lève le nez sur les petits pois? Il boude tous les légumes, peu importe leur couleur, forme ou saveur? Cuisiner pour votre petit bec fin s'avère un véritable casse-tête? Surtout, ne perdez pas espoir. Voici de bons trucs pour que ses goûts évoluent et que votre enfant devienne enfin un bon mangeur, brave et curieux.

Variété

Offrez à vos enfants une grande variété d'aliments et encouragez-les à y goûter, sans menace de punition, sans chantage. Donnez l'exemple en goûtant vous aussi à de nouveaux aliments.

En famille!

Mangez en famille le plus souvent possible en réunissant tout le monde à table et en limitant les tensions et les distractions. Abordez des sujets positifs en tentant d'établir un climat de complicité, propice à la découverte.

Entre les repas

Évitez d'offrir de grosses collations ou de grands verres de lait ou de jus une ou deux heures avant le repas. Si vos enfants ont trop faim ou trop soif avant le repas, offrez-leur des crudités et de l'eau. Pourquoi ne pas leur proposer d'aller jouer dehors en attendant que le souper soit prêt? L'appétit creux, ils seront plus curieux à l'heure du repas.

Jouez!

Organisez des jeux et des sorties gourmandes pour découvrir et apprivoiser les aliments de façon ludique et sans pression. Une visite au marché public, une sortie dans un resto ethnique ou une balade à la ferme piqueront la curiosité de vos enfants.

Impliquez-le!

Invitez vos enfants à cuisiner avec vous le plus souvent possible et impliquez-les dans le choix des repas. Présentez l'aliment au moment de l'achat ou de sa préparation et parlez de l'aliment : d'où il vient, comment il est produit, ce qu'il goûte... Laissez votre enfant sentir et manipuler l'aliment pendant la préparation ou même pendant le repas. La découverte des aliments passe par les cinq sens.

Persévérez!

Servez les nouveaux aliments avec d'autres que votre enfant aime bien. Offrez d'abord une toute petite portion et soignez sa présentation. L'équivalent d'une balle de golf d'un nouvel aliment suffit. Vous devrez probablement offrir un nouvel aliment plusieurs fois avant que votre petit accepte d'y goûter. Variez les recettes et les présentations et n'interprétez pas un refus comme une fin de non-recevoir. Votre patience sera récompensée.

Pas de deuxième choix

N'offrez pas de plan B, pas d'autres options. Pas question de faire trois repas différents pour plaire à tous. Offrez un repas aussi varié et appétissant que possible. Un soir, ce sera le repas préféré de fiston et l'autre soir, ce sera au tour de sa soeur d'être aux anges

Il vous écoute...

Faites attention aux commentaires négatifs sur la nourriture, même entre adultes. Les enfants entendent et décodent bien plus de choses qu'on peut le croire. Vous n'aimez pas les tomates? Silence, votre enfant n'a pas besoin de le savoir. Il devra se faire sa propre opinion sur les aliments.

Dessert?

Attendez que tout le monde ait terminé le plat principal avant d'évoquer le dessert. Si votre enfant demande ce qu'il y a pour le dessert avant que le repas ne soit terminé, répondez-lui simplement que vous parlerez du dessert lorsque tout le monde sera rendu au dessert!

Un jour à la fois

Soyez persévérants, et ne voyez pas trop grand ! Si vous révolutionnez l'alimentation de votre enfant du jour au lendemain, parions qu'il s'y opposera fortement. Visez de petits changements en douceur, ce sera moins déstabilisant. Un repas à la fois !

Vous aimerez aussi