Lait de poule : histoire et origine!

Auteur
Nadine Descheneaux
lait de poule

Comme boisson réconfortante les jours de grands froids, le lait de poule devient une belle tradition à adopter dans le temps des Fêtes.

Son nom curieux fait sourire plus d’un! On appelle cette boisson ainsi parce qu’elle est constituée d’œufs qu’on mélange à du lait, de la crème, du sucre, quelques épices et parfois un peu d’alcool.

Le lait de poule, une tradition rassembleuse

Partager un lait de poule durant le temps des Fêtes est une tradition culinaire qui, bien que moins populaire que la classique bûche de Noël, perdure depuis des générations. On sert le lait de poule comme boisson de bienvenue durant les réunions de famille ou encore comme un ultime réconfort près d’un feu de foyer.

Les origines du lait de poule

On attribue souvent des origines européennes à cette tradition culinaire, mais ses racines sont encore plus profondes. En effet, le lait de poule découlerait d’un breuvage médiéval – le posset – qui était en fait une boisson à base de bière à laquelle on rajoutait du lait chaud et, parfois, des épices et du sucre. Comme aujourd’hui, on conférait des vertus réconfortantes à cette boisson et on disait qu’elle avait même le pouvoir de soulager les frissons. Si la recette a évolué, ses attributs restent semblables. Le lait de poule a un effet réchauffant notamment parce que beaucoup préfèrent le boire chaud, mais aussi parce qu’on peut y rajouter une rasade d’alcool brun.

Saviez-vous que…

Depuis ses origines médiévales, le lait de poule a été adopté et modifié dans plusieurs pays selon les cultures de la place. Son nom n’est pas partout le même. Voici quelques-unes de ses appellations : 

  • Advocaat en Belgique
  • Eggnog en Grande-Bretagne et États-Unis
  • Eierpunsch en Allemagne
  • Zabaglione en Italie où on le sert en dessert et non en breuvage.

Recettes de lait de poule et inspirations

Un signe que le temps des Fêtes est bien installé? Le lait de poule revient sur les tablettes des rayons réfrigérés des épiceries. En effet, ces versions non alcoolisées, prêtes à servir, sont commercialisées depuis les années soixante. Mais une recette du commerce n’est jamais comme celles faites maison! Peu à peu, cette tradition s’est un peu diluée, mais de nouvelles inspirations viennent dépoussiérer les souvenirs d’antan que bien des Québécois ont avec cette boisson. Puisqu’il est facile d’en faire à la maison et que ces versions sont bien plus savoureuses que celles du commerce, voici deux recettes à essayer pour vous réapproprier cette tradition et la faire revivre chez vous. En version sans alcool pour les petits ou avec un soupçon de brandy, de rhum, de bourbon, de whisky ou de cognac pour les plus grands.

Bonne dégustation!

 

Commentaires