St-Patrick et les trois patates

Le 11 mars 2015 par Mme Carrée

Patates St-Pat

Même sans vouloir faire de jeux d'mots plates...

L'histoire est toujours compliquée quand elle est géographique, politique ou sociale. Mais quand c'est pour raconter la simple patate... j'estime qu'elle se complique jusqu'à la racine.

J'dis ça parce qu'à l'école quand j'étais jeune, on avait appris qu'il y a avait eu une grande famine en Irlande, en 1757. Une famine causée par la patate, l'aliment de base des Irlandais à l'époque. Toutes les récoltes avaient failli plusieurs années de suite, tout avait pourri, causant l'exil et l'émigration, mais surtout la mort de centaine de milliers d'Irlandais affamés.

Pis depuis c'temps-là, la patate est associée à l'Irlande... faque moi, par association, j'ai longtemps cru que la patate venait de là.

Patates St-Pat Patates St-Pat

Du temps des Celtes..

Plusieurs années plus tard, j'apprends-tu pas que la patate est indigène au Pérou! Deh...

Pendant un moment j'me suis demandé : «Comment la patate est arrivée en Irlande pour devenir son emblème; quel rapport entre les Incas de la patate et les Irlandais qui l'ont popularisée?»

Patates St-Pat

Mardi prochain marque la St-Patrick, le saint, l'évêque, le missionnaire qui a christianisé l'Irlande au 5e siècle.

Pis si vous décidez de manger à l'irlandaise ce jour-là (non, la bière compte pas!), y'a bien des chances que vous trouviez des patates quelconques au menu: patates en pain, en purée, en galette, en crèpe, patates au chou, patates au beurre, patates en pâté, patates en stew; sont tous synonymes de l'Irlande, surtout le jour de St-Patrick.

Des Romans, des Saxes, des Vickings et des Normands

Mais comme Patrick et le christianisme, la patate a été importée en Irlande, parce qu'elle est en réalité sud-américaine et n'a touché le sol gaélique qu'à la fin du 17e siècle. Ce sont les Espagnols qui l'ont introduite en Europe, après leurs conquêtes américaines.

Mais de l'Espagne à l'Irlande, on ne sait pas exactement comment, ou à travers qui, elle s'y est rendue.

Patates St-Pat

Mais y'avait beaucoup de monde en Irlande, bien avant la patate!!

Faque inévitablement, j'me suis demandé : «Bonyenne! Qu'est-ce qu'ils ont mangé d'abord, les Irlandais pendant 1200 ans, entre Patrick et la patate?»

La réponse simple c'est... du lait.

Apparemment que les verts pâturages de l'Irlande étaient prédestinés à une fière culture bovine, laitière. Tellement, qu'un des courants prédominants de sa littérature ancienne, tourne autour d'épopées, de héros, de grands vainqueurs de violentes chicanes de bétail, de troupeaux à lait.

L'Irlande se nourrissait alors de ce qu'elle appelait «bin bidh» (aliment blanc). On buvait du lait, du babeurre, du lait caillé frais, du vieux lait caillé, du vrai lait caillé, du lait de beurre, fermenté, battu, barraté, du petit-lait aussi, auquel on ajoutait de l'eau pour une boisson rafraîchissante; étrangement, leurs concoctions favorites étaient toujours les plus aigres, les plus surettes : entre babeurre et crème sûre. D'ailleurs, avant la patate, les Irlandais auraient bu leur lait sous plus de vingt formes différentes.

Les Anglais disaient même lors d'époques tourmentées, que pour empêcher les rebellions irlandaises, il ne suffisait que d'exterminer leurs vaches.

Patates St-Pat

Mais par-dessus tout...

Il y a plus de mille ans, les Gaels vénéraient le lait pour faire du beurre, du beurre, pis encore du beurre.

Une nourriture considérée barbare par les Grecs, qui les qualifiaient péjorativement de «boutyrophagoi» (mangeurs de beurre - de bactéries).

Nombre d'historiens s'entendent même pour dire que les Irlandais, sont les plus grands consommateurs de beurre au monde, toutes époques confondues.

Et comme pour le lait, ceux-ci ne se contentaient pas de manger du beurre plate, ben ordinaire, non!

Dès le 12e siècle, ils le parfument déjà à l'ail, aux oignons, aux herbes, au miel et l'enterrent depuis bien plus longtemps encore, scellé, dans la mousse de terres humides des marais, pour obtenir un produit unique, très goûteux, cireux, acidulé et parfumé, qu'ils appelaient bog butter (beurre de tourbe).

D'ailleurs, un des plus vieux bog butters déterrés en Irlande en 2009, daterait de quelques milliers d'années.

Les lois de Brehon et le folklore gaélique débordent de références à ce beurre sacré, qui fut même un certain temps, utilisé en guise de monnaie pour payer taxes et autres impôts fonciers.

Patates St-Pat Patates St-Pat

Mais à part les produits laitiers?

Les Irlandais mangeaient comme tout l'monde : un peu de poisson, très peu de viande vue l'utilisation de leur élevage, quelques baies indigènes, une certaine variété de légumes racines, de choux, et un peu de céréale; probablement de l'avoine en grande partie, parce que le blé très difficilement cultivable, était réservé aux riches. La Encyclopedia of Food and Culture ne mentionne d'ailleurs pas la farine de blé utilisée pour faire le typique soda bread irlandais, avant le 19e siècle.

Faque même le soda bread qui accompagnerait vos patates irlandaises, ne serait pas, lui non plus, aussi ancestral que vous ne pourriez le penser.

Patates St-Pat

Et patati et patata

Lorsqu'elle est introduite en Irlande, la patate mit fin en quelque sorte, aux anciennes traditions alimentaires irlandaises. Elle était facile à cultiver, demandait peu d'efforts et nourrissait beaucoup plus de bouches que n'auraient jamais pu le faire le lait et l'avoine combinés.

Mais cette grande simplicité, associée à la production et au commerce européen grandissant, ont poussé l'Irlande à la dépendance malsaine d'un seul et unique type de récolte... pis on sait tous comment cette histoire s'est terminée.

Ceci dit, pour célébrer l'authenticité de la St-Patrick, le 17 mars prochain, il faudrait plutôt penser à un bon pichet de lait bien sûri, caillé ou fermenté... pis une grosse livre de beurre bien grasse!

À vous de voir

Parce que Patrick lui-même, n'a jamais vue une môsus de patate de sa vie!

Bonne St-Patrick! Lá 'le Pádraig ! Qu'on prononce lah-leh-PAH-drig.

Patates St-Pat Patates St-Pat

Boxty

Typique galette de patate irlandaise

4 moyens Boxty
Préparation : 10 minutes
Cuisson : à la poêle 4 minutes de chaque coté

  • 1 tasse de pommes de terre cuites pilées
  • 1 tasse de pommes de terre crues finement râpées (ou plus grossièrement, au goût)
  • 1 oeuf battu
  • 1/4 tasse de lait
  • 1 tasse de farine
  • 1 cuillerée à thé de poudre à pâte
  • 1/2 cuillerée à thé sel
  • Oignons verts émincés au goût (ou ciboulette)
  • Beurre (pour la cuisson)
  • Sucre ou sirops (facultatif)
  1. Dans une jatte, bien mélanger les pommes de terre pilées et râpées, l'oeuf et le lait; réserver.
  2. Dans un bol, bien mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel, et ajouter le tout au mélange réservé; façonner la pâte obtenue en 4 galettes.
  3. Faire cuire les galettes à la poêle dans un peu de beurre, sur un feu modéré, 4 minutes de chaque côté ou jusqu'à bien dorées; servir au déjeuner surtout, sucrées ou non.

Farls

L'ancêtre du Soda Bread irlandais; du gaélique «farlden» : «quatre parts»

4 farls
Préparation : 10 minutes
Cuisson : à la poêle 3 minutes de chaque côté

  • 1 tasse de pommes de terre cuites pilées (ou un reste)
  • 1/4 tasse de de farine (un peu plus pour abaisser)
  • Pincée de poudre à pâte
  • Sel et poivre au goût
  • Beurre salé (pour la cuisson)
  1. Dans une jatte, mélanger tous les ingrédients jusqu'à l'obtention d'une pâte épaisse qui se détache bien des parois de la jatte.
  2. Sur un plan de travail fariné, abaisser la pâte jusqu'à une épaisseur de 1 cm, en forme de disque; couper le disque en quatre parts égales.
  3. Faire cuire les quartiers de farls ensemble ou séparément, à la poêle, dans un peu de beurre fondu, sur un feu modéré, 3 minutes de chaque côté ou jusqu'à légèrement dorés.

Colcannon

Typique purée irlandaise

Pour 6 personnes (en accompagnement)
Préparation : 30 minutes

  • 4 grosses pommes de terre pelées grossièrement coupées
  • 1/2 chou vert émincé finement (ou chou de savoie)
  • 1/2 tasse de lait (ou crème 15%)
  • 6 cuillerées à table de beurre divisé
  • 2 oignons verts émincés
  • Sel et poivre au goût
  • Persil ou ciboulette finement haché (au goût)
  1. Dans une grande casserole, faire cuire les pommes de terre à grande eau salé jusqu'à tendre, environ 15 à 20 minutes.
  2. Pendant ce temps, dans une casserole sur un feu modéré (ou au micro-onde) faire cuire le chou avec un peu d'eau, à couvert, pendant 5 minutes ou jusqu'à tendre ou al dente, au goût.
  3. Bien égoutter le chou, le remettre dans la casserole avec le tiers du beurre, couvrir et laisser reposer.
  4. Lorsque les pommes de terre sont cuites, les égoutter, les piler avec le lait et le second tiers de beurre; ajouter les oignons verts, saler et poivrer au goût, et bien mélanger.
  5. Conserver au chaud jusqu'au moment de servir, ajouter le persil (ou la ciboulette) à la dernière minute, et laisser fondre le dernier tiers de beurre sur le dessus.

Patates St-Pat

Mme Carrée

Tous les blogues Cuisine

Derniers billets

Bonne fête des Mères!

Le 06 mai 2015 par Marie-Michelle Garon

Mon dernier billet...

Le 04 mai 2015 par Saskia Thuot

Le mot de la fin

Le 28 avril 2015 par Josée Bournival

Chez Schwartz

Le 23 avril 2015 par Marie-Michelle Garon

Bye bye, maman!

Le 21 avril 2015 par Josée Bournival

Archives

Vous aimerez aussi

Commentaires