Vanessa Sicotte rend hommage à sa maman

Auteur
Vanessa Sicotte

Chère maman, 

J'ai écrit et effacé cette petite lettre au moins 10 fois avant de trouver les mots justes pour te dire tout ce que je ne prends jamais le temps de te dire. Et même là, je pense qu'ils ne te rendent pas justice. 

C’est depuis que je suis maman à mon tour que je réalise tous les sacrifices que tu as faits pour moi. Tu n'avais que 23 ans lorsque tu m'as eue, tu étais seule ici avec papa, loin de ta famille en France, dans un nouveau pays qui allait devenir ta maison. 

Entrepreneure et femme d’affaires, tu as trouvé comment concilier travail et famille… d’ailleurs, il faut que tu me dises comment tu as fait, car des fois, j’en perds mon latin à essayer de jongler avec autant de choses en même temps.

Mais à travers mon enfance et mon adolescence, ce qui m’a toujours le plus impressionné, c’est que tu ne t’es jamais souciée des « qu'en-dira-t-on ». Dans la voiture, ou au ski, en route vers le Dairy Queen par une chaude soirée d’été, tu chantais à tue-tête des chansons de Francis Cabrel et de Joe Dassin : « Vava, on s’en fout si les gens nous écoutent et nous trouvent bizarres, j’adore cette chanson, allez, chante avec moi! »

Je dois aussi te remercier pour les valeurs que tu m’as transmises : celles du travail, de la famille et de l’intégrité : « Vava, dans la vie tu n’as qu’une parole, utilise-la bien et ne regrette jamais rien ». Mais je dois aussi te remercier pour quelque chose qui a façonné la femme que je suis devenue. Toutes les ventes de garage, les brocantes et les sous-sols d’église que nous avons faits ensemble m’auront menée là où je suis aujourd’hui à faire ce que je fais dans la vie. C’est fou quand même quand on y pense, non?

Merci maman d’être un compas pour moi, une boussole qui me pointe toujours le nord et qui me ramène dans la bonne direction quand j’en ai besoin. Merci maman d’être là pour mes 3 enfants et de les aimer autant (si ce n’est plus encore!) que tu m’as aimée, moi.

Je sais que je ne prends pas suffisamment le temps de te le dire ou de te prendre dans mes bras pour te le démontrer et je pense que tu me tirerais l’oreille si je devenais trop mielleuse. Mais aujourd’hui, je me « lâche lousse » et je t’inonde de bisous et de câlins.

 

Maman, je t’aime.

Xx

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires