Entrevue avec le Dr. Christian Jessen, animateur de Docteur, suis-je normal?

Q : Dr. Jessen, de votre cabinet londonien d'Harley Street, comment vous êtes-vous retrouvé à la barre d'émissions traitant de désordres alimentaires comme Supersize vs Superskinny ou Docteur, suis-je normal?

R : Tout à fait par hasard. Les producteurs cherchaient alors un médecin spécialisé en maladies infectieuses et c’est là qu’on m’a demandé « Pourquoi pas toi? » Et de fil en aiguille, je me suis retrouvé dans le milieu.

Q : N'est-ce pas un pari un peu risqué pour un médecin de poser le bon diagnostic devant tout le Royaume-Uni et ailleurs?

R : Oui effectivement, et à partir de bientôt nous le ferons en direct via Skype!

Q : Avez-vous déjà visité le Québec?

R : Je n’en ai pas encore eu l’occasion, malheureusement. J’aimerais beaucoup le visiter, par contre. Voir Montréal et, comme je suis amateur de pêche, j’aimerais aussi descendre le long de la vallée du Saint-Laurent et pouvoir m’y adonner à quelques endroits.

Q : Saviez-vous que votre émission était diffusée au Québec?

R : Non, pas du tout, vous me l’avez appris. J’étais d’ailleurs vraiment surpris par votre demande d’entrevue. J’accorde moins d’entrevues qu’avant, par manque de temps, mais aussi parce que j’ai déjà beaucoup parlé aux médias de mes champs d’action : la santé sexuelle, l’infectiologie et les désordres alimentaires.

Q : Bien que vous soyez d'origine Germano-Scandinave, vous êtes né et avez grandi à Londres. Quels coins de cette ville auriez-vous envie de nous faire partager?

R : J’éviterais le côté « glam » de la ville, vous aurez le temps de le découvrir vous-même. Je vous amènerais plutôt voir toutes ces petites rues édouardiennes et victoriennes, les marchés londoniens comme le Borough Market. Le Londres classique, la belle cité traditionnelle, qui nous ramène 200 ans en arrière et qui a servi de toile de fond aux nouvelles de Charles Dickens, par exemple. Un Londres moins fréquenté par les touristes, mais qui offre tellement plus à découvrir.

Q : Si nous vous demandions de nous faire découvrir un coin de la planète que vous appréciez, quel serait-il?

R : Ça peut vous paraître étrange, mais si j’avais à vous amener quelque part, ce serait en Afrique de l’Est, plus particulièrement en Ouganda. Ce pays n’est pas une destination touristique commune. Personnellement, j’ai connu ce pays dans le cadre de mes fonctions et les gens ne s’imaginent pas à quel point il est magnifique. Quelles extraordinaires photos on peut faire là-bas, c’est tout simplement incroyable!

Q : Vous est-il déjà arrivé de partir sans avoir de destination précise et de vous laisser guider par l'inspiration du moment?

R : Non, malheureusement pas. En raison de mon travail, je voyage déjà énormément, ce qui limite le temps disponible pour les voyages d’agrément. Et avec la nature des déplacements que je fais, il m’est impossible de partir sans que le moindre détail ne soit planifié. Par contre, si un jour j’ai l’occasion d’en faire un, j’aimerais que ce soit sur la côte ouest des États-Unis. Prendre la voiture en Californie et longer le Pacifique, entrer à l’intérieur du continent et me rendre à Las Vegas. Il me semble que ce coin-là se prête bien à ce genre d’aventure.

Q : Entre votre cabinet, les émissions, vos nombreux déplacements, vous reste-t-il encore du temps à consacrer à l'activité physique?

R : Je ne fais malheureusement pas autant d’activités de plein air que je le voudrais, vous l’avez dit, par manque de temps. Mais lorsque j’en ai l’occasion, j’aime beaucoup aller à la pêche. D’ailleurs, certains de mes meilleurs souvenirs d’enfance sont liés à la pêche, entre autres en France avec mes parents. C’est une activité très ludique qui relaxe et qui permet de reconnecter avec le plein air aussi bien qu’avec soi-même. Présentement, mes activités physiques se déroulent davantage à l’intérieur qu’à l’extérieur par obligation. Je me rends au gym régulièrement, ce qui est très bien, mais ça ne remplace pas les bénéfices psychologiques d’être à l’extérieur. Le plein air évoque un tel sentiment de liberté…

Q : Nous aimerions connaître votre opinion sur les problèmes de santé liés à la sédentarité. Ces dernières années, les problèmes de surpoids ont rattrapé la société québécoise, tout comme d'autres sociétés dans le monde. Comment expliquez-vous ce phénomène?

R : Assez simplement, je dois dire, par la grande disponibilité de la nourriture, les énormes formats, les prix dérisoires de la malbouffe et toutes les promotions qui s’ajoutent à cela, du genre achetez-en un et obtenez-en un autre gratuitement. Tout pour nous encourager à consommer davantage et créer des désordres alimentaires. D’autant plus que pour la plupart des gens, la nourriture représente un excellent refuge émotionnel. La bonne nouvelle dans tout cela, par contre, c’est qu’il n’est jamais trop tard. Il n’est jamais trop tard pour un individu pour renverser la vapeur.

Q : Et que diriez-vous à cet individu pour l'encourager?

R : D’y aller par étape, un pas à la fois. Ne pas avoir de trop grandes ambitions à la fois et essayer d’arriver à de grands résultats trop rapidement. Souvenez-vous que la meilleure diète, celle qui est la plus efficace, demeure celle dont nous ne nous rendons pas compte. Une diète trop sévère crée des frustrations et, pour cette raison, est vite abandonnée. Il faut y aller à un rythme soutenable. Vous saviez que je termine chaque repas par un petit quelque chose de sucré? Parce qu’à petites doses, c’est bon, et c’est bon pour le moral…!

Q : Le plein air pour vous évoque un sentiment de liberté. Si nous vous demandions de résumer en quelques mots ce que signifient pour vous :

Les road trips, que diriez-vous spontanément :  La fin des classes.
Un sport extrême que vous avez pratiqué : La descente en rappel… ouf!
Les Découvertes : Sortir des sentiers battus (Think outside the box).
Êtes-vous davantage intérieur ou extérieur : Intérieur, mais pas par choix.
Un conseil santé en voyage :SVP, gardez vos vaccins à jour!

Merci beaucoup pour cet entretien, Dr. Christian!

Cette entrevue réalisée par Réjean Savard est une gracieuseté du Magazine Découvertes

Logo Découvertes magazine

Paru dans le Magazine Découvertes – Volume 11 – Page 90 et 91
Photo © 2009 Sue Rider Management

 


 

Vous aimerez aussi

Commentaires