Édito de Marie Plourde, porte-parole de la Journée sans maquillage

Troisième année à titre de porte-étendard de la Journée Sans maquillage, sûrement l’expérience la plus révélatrice de ma vie.

Elle a dévoilé mes vraies couleurs, celles que je porte depuis toujours, mais trop souvent cachées derrière un paravent de fards. De vraies couleurs plus soutenues, plus profondes, plus guerrières et plus douces, aussi. Plus douces parce que j’apprends tranquillement à me regarder avec tendresse et non avec les yeux d’une impitoyable juge à la recherche de défauts à gommer. Bien comme je suis, à la fois femme, maman, communicatrice et politicienne. Transparente et pourtant bien visible.

Cette journée a également réveillé une confiance en moi profondément assoupie. La confiance de me promener le visage nu et de savoir que ça n’altère en rien mes compétences. Cette confiance retrouvée est sans doute le plus étincelant des fards qui me permet de briller avec ou sans maquillage.

Le mouvement aussi s’épanouit. Il se décline maintenant au quotidien à travers des photos sur les réseaux sociaux, à la télé et dans de nombreuses écoles. Même les superstars habituelles abonnées au photoshop s’y mettent. Être belles au naturel semble la nouvelle tendance. En espérant que le mouvement devienne plus qu’une mode, mais bien un véritable mode de vie.

Au-delà des apparences, la Journée sans maquillage est un moment de solidarité et de réflexion collectif sur l’image de la femme jeune ou vieille. Et surtout, c’est un moment de liberté où l'on célèbre ensemble la beauté sous toutes ses formes.

 

Marie Plourde

Vous aimerez aussi

Commentaires