Devine qui vient garder? : L’entrevue de Michèle Richard

Michèle Richard en compagnie d'un des deux enfants qu'elle a gardé: Alexia.

Tout d’abord, quelle a été votre réaction quand on vous a proposé de participer à cette émission?

J’ai trouvé ça amusant parce que d’habitude, on ne me voit pas en compagnie d’enfants. Je me demandais comment j’allais m’y prendre. Personne ne sait comment je suis avec eux parce que je n’en ai jamais eus. Ma famille n’était pas proche, et j’étais tout le temps en voyage.

Pourquoi avoir accepté?

J’ai accepté par défi. J’étais curieuse de voir comment ça allait se passer, comment j’allais réagir avec ces jeunes, et comment eux allaient réagir avec moi.

Aviez-vous des attentes, des peurs ou des craintes? Étiez-vous fébrile?

Je n’ai pas de crainte par rapport au fait que tout le monde m’observe. J’ai fait assez de spectacles dans ma vie pour ne pas être gênée de passer à la télévision, même dans une situation à laquelle je ne suis pas habituée.

Combien d'enfants avez-vous gardés?

J’ai gardé deux enfants de 9 ans et 6 ans, une fille et un garçon.

En quelques mots, comment décririez-vous les enfants que vous avez gardés?

C’était deux enfants modèles! Ils étaient vifs d’esprit, bien élevés, curieux, souples. Vraiment, je suis chanceuse, j’ai eu « la crème de la crème ».

Après votre journée passée en compagnie des enfants, quelle est votre première réaction?

J’étais épuisée, mais aussi contente. Dans une vie, quand on n’a pas eu d’enfant, on peut se demander si on aurait été capable d’être une bonne mère. C’est sûr que cette question m’a déjà traversé l’esprit. Lors de cette journée que j’ai passée en compagnie des enfants, j’ai été très patiente, comme on pourra le voir à l’écran. Je pense que j’aurais en effet été une bonne mère. J’avais envie de leur apprendre des choses, de répondre d’une façon logique à leurs questions, de leur parler comme à de grandes personnes. Ils comprennent très bien. J’ai trouvé cette expérience formidable.

Est-ce qu’il y a eu un moment où vous avez souhaité intérieurement être n’importe où, mais ailleurs?

Non! Je me suis un peu énervée à un moment donné, mais ce n’était pas après les enfants! En fait, on a fait du bateau, et les moniteurs qui ramaient n’allaient pas du bon côté, et on s’éloignait de la caméra alors qu’on aurait dû s’en rapprocher. C’est vraiment le seul moment où j’ai été un peu tannée, et j’ai dû leur dire de virer de bord. Mais en dehors de ça, il n’y a rien qui ne m’a pas plu pendant cette journée. J’ai tout adoré!

À l’inverse, est-ce qu’il y a un moment ou une anecdote qui vous a particulièrement touché avec ces enfants?

Oui, à l’heure du dodo de la petite fille. Juste avant de dormir, elle m’a glissé dans l’oreille « le dessert! », et moi je ne comprenais pas… Et puis, je me suis rendu compte que j’avais oublié de leur donner leur dessert, alors on est allé le chercher, et on l’a mangé dans le lit. Sa mère ne permet pas ça, alors je lui ai dit de ne pas en parler à sa maman pour ne pas qu’on se fasse chicaner. C’était un petit moment de complicité spécial. En général, j’aime mieux les petits garçons que les petites filles, mais dans ce cas-là, même si le gars était fin et brillant, j’ai eu un coup de cœur pour cette petite fille. Elle était touchante.

Qu'est-ce que vous avez retiré de votre journée, avez-vous appris quelque chose?

J’ai réalisé que j’ai la maturité nécessaire pour garder des enfants, même si je n’en ai pas eus et que cela n’a pas fait partie de ma vie. Je sais comment bien m’occuper d’eux.

Qu'est-ce que vous pensez que les enfants vont retenir de leur journée avec vous?

Je pense qu’ils vont se rappeler le côté festif de toute cette journée. Je leur ai montré comment dresser la table, et on a fait ça comme pour un gros party. C’était spectaculaire. Je pense qu’ils vont se rappeler que, quand je suis chez eux, on se fait du fun!

Est-ce qu’il y a beaucoup d’enfants dans votre entourage?

Il n’y en a jamais vraiment eu. Il n’y en a pas dans ma famille proche, les amoureux que j’ai connus n’en avaient pas non plus. Et puis, n’ayant pas d’enfants, mes amis n’en ont pas non plus. C’est comme un cercle vicieux. Je n’ai pas de vie personnelle avec des enfants.

Comment sont vos contacts avec eux en général?

En général, je n’ai pas beaucoup de contacts avec des enfants. Mais après cette expérience, je pense que je suis plutôt cool avec eux. Mais il faudrait le leur demander… Ils vous diront ce qu’ils ont pensé de moi!

Avec le recul, vous pensez que vous auriez été quel genre de mère?

Je pense que j’aurai été une bonne mère.

Si on pouvait retourner en arrière et faire des choix différents, choisiriez-vous aujourd’hui d’avoir des enfants? Est-ce que c’est un regret ou un choix assumé?

Je ne retourne jamais en arrière. Je ne vis pas dans le passé. Je ne dis jamais de phrases comme « si j’avais su, si j’avais pu ». Ma vie n’a pas été de même. Je l’accepte, et je regarde vers l’avant.

Pensez-vous qu’on puisse être une mère dans l’âme et le cœur sans pour autant avoir d’enfants? Si oui, vous considérez-vous comme telle?

Je suis convaincue que c’est possible d’être une mère dans l’absolu, même sans avoir d’enfant. Et je sais que je suis une de ces femmes.

Avant de terminer, je voudrais aussi souligner un point très important : toute cette journée en compagnie des enfants, ça s’est fait naturellement… Mais je veux vraiment féliciter toute l’équipe de tournage pour leur patience, leur conscience et leur contact avec les jeunes. C’est une équipe extraordinaire et je les félicite. C’était grandiose!

Propos recueillis par Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires