Devine qui vient garder? – L’entrevue de Mahée Paiement

Les trois garçons de la famille Robert et leur gardienne d'un jour, Mahée Paiement

Tout d'abord, as-tu des enfants?

Oui! J’ai une petite fille, Eva, qui a 2 ans et demi.

Pourquoi as-tu décidé d'essayer l’expérience de Devine qui vient garder? Qu’est-ce qui t’a poussé à accepter le défi?

D’abord, l’amour des enfants. J’ai la fibre maternelle exacerbée, et je trouvais ça enrichissant de passer du temps avec de nouveaux enfants et d’apprendre à les connaître. Le concept de Devine qui vient garder? m’a tout de suite paru très intéressant. D’ailleurs, étant une maman de 38 ans, je suis une adepte de Canal Vie, et j’étais ravie de pouvoir participer à l’une des émissions de la chaîne.

Combien d'enfants as-tu gardés?

J’ai gardé 3 garçons, âgés respectivement de 5, 7 et 9 ans. J’étais ravie, car j’étais curieuse de voir ce que c’était de s’occuper et d’interagir avec des garçons.

Selon ton expérience à Devine qui vient garder?, as-tu trouvé qu’il était différent d’interagir et de s’occuper d’un petit garçon, en comparaison avec ta fille?

Oui, très différent, surtout au niveau des jeux. N’ayant qu’une fille, je suis plus familière avec les jeux de « fifilles », avec tout ce qui est princesse, rose et tout… mais pas nécessairement avec les jeux de super-héros! D’ailleurs, je suis habituée avec une seule petite fille, alors que les garçons étaient trois et qu’ils étaient plus vieux. C’était intéressant de voir leurs comportements et leurs réactions. Aussi, les garçons avaient énormément d’énergie, et ils aimaient beaucoup se taquiner entre eux. Et c’est sûr que trois enfants, c’est beaucoup de surveillance; il faut veiller à leur sécurité et être attentif en tout temps.

Tu disais participer à l’expérience pour faire face à tes questionnements face à avoir un enfant du sexe opposé, soit un garçon. Finalement, après avoir interagi avec trois garçons pendant toute une journée, crois-tu que tu aimerais en avoir un ou plusieurs?

Oui, ça, c’est certain. J’étais curieuse de voir comment j’allais me comporter avec un ou plusieurs garçons à ma charge, et je crois que je me suis très bien débrouillée. C’est rassurant, et ça me donne assurément envie d’avoir un petit garçon.

En quelques mots, comment décrirais-tu les enfants que tu as gardés?

Dynamiques, généreux, énergiques, mais doux à la fois… Lorsque je suis arrivée et que les parents étaient encore là, les garçons étaient très excités, mais heureusement, ils se sont calmés par après.

De plus, les enfants que j’ai gardés étaient très allumés; lorsque je proposais une activité, ils se prêtaient au jeu, et ils s’investissaient à 100 %. Par exemple, bien que nous ayons joué à des jeux « de garçons », j’ai eu aussi l’idée de leur proposer une activité plus féminine : cuisiner des petits gâteaux. À mon grand bonheur, ils se sont montrés très ouverts, et ils ont tout simplement trippé! C’était beau à voir; les garçons étaient créatifs avec le glaçage et les décorations des petits gâteaux, et ils étaient emballés à l’idée de faire une activité plus artistique.

Et en plus de tout cela, ils m’écoutaient. Ils se sont montrés très sages et respectueux. Bref, les enfants que j’ai gardés aujourd’hui étaient de bons petits bonshommes ultras attachants et très bien élevés.

Avais-tu des attentes, des peurs ou des craintes? Étais-tu fébrile?

J’étais excitée, j’avais hâte. Évidemment, on ne sait pas combien d’enfants on va garder, mais puisque je n’ai qu’une petite fille, je me doutais qu’on allait me challenger, et qu’on allait me confier des garçons un peu plus âgés. Et ce fut le cas! Je suis contente qu’on m’ait donné ce petit défi, c’était très enrichissant.

Y a-t-il un moment ou une anecdote qui t’a particulièrement touchée avec les enfants? Quel fut ton moment préféré dans ta journée de gardiennage?

Juste avant de quitter, les garçons m’ont offert un petit cadeau et des petits gâteaux qu’ils avaient préparés eux-mêmes. Ça m’a beaucoup touché puisque c’était sincère et ça venait du cœur. C’était un beau moment. À ce moment particulier, je me suis rendu compte à quel point je m’étais attachée à ces petits bonshommes, et ce, seulement en une journée!

Qu'est-ce que tu as retiré de ta journée, as-tu appris quelque chose?

J’en ai surtout appris sur les interactions entre enfants – dans ce cas-ci, entre frères - et sur la dynamique qui règne entre eux. La façon dont ils se taquinent, qu’ils s’entraident, qu’ils s’aiment si fort. La façon dont le plus vieux prend en contrôle chaque activité, comme s’il était en mission, et que le plus jeune écoute et admire ses deux grands frères, les yeux brillants. C’était beau à voir. Ça m’a confirmé que je voulais un autre enfant. Cela dit, je crois que trois enfants, c’est peut-être un peu trop pour moi! Je pense bien que je vais m’en tenir à deux.

Que penses-tu que les enfants vont retenir de leur journée avec toi?

De toute évidence, c’était une journée très spéciale et différente pour eux. D’abord, ils ont été suivis par une équipe télé et des caméras, et ils ont passé la journée avec quelqu’un qu’ils n’avaient jamais rencontré. Mais au-delà de cela, je crois que les garçons vont garder un bon souvenir de notre journée passée ensemble. Personnellement, j’espère qu’ils ne se seront pas ennuyés, qu’ils n’auront pas été déçus. J’ai fait de mon mieux pour les divertir. Je ne voulais pas faire de discipline ni être autoritaire, je voulais avant tout m’amuser et avoir du fun avec eux. Pour ma part, je retiens que ce fut une expérience extraordinaire.

La famille Robert

Propos recueillis par Catherine Robert, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires