Devine qui vient garder? - L’entrevue de Cathy Gauthier

Cathy Gauthier

Tout d'abord, as-tu des enfants?

Non, je n’ai pas d’enfant. Cela dit, mon copain a une petite fille de 7 ans.

En veux-tu?

Oui, éventuellement. Mais il va falloir que ça se passe dans un avenir moyennement rapproché!

Combien d'enfants as-tu gardés aujourd'hui?

4 enfants, âgés de 1 an et demi, 3 ans et demi, 6 ans et 8 ans et demi.

En quelques mots, comment décrirais-tu les enfants que tu as gardés?

Ils n’étaient pas du tout gênés, ils étaient à l’aise avec les caméras et étaient heureux de passer à la télévision. Ils étaient super dynamiques et drôles. La plus vieille, âgée d’environ 8/9 ans, était très attachante. Elle était particulièrement mature et responsable. Puisqu’elle a des frères et sœurs plus jeunes, ça paraissait qu’elle était habituée d’aider. Elle était toujours au-devant, prête à aider, et en plus, ça lui faisait plaisir de le faire. On a même eu des longues conversations. C’était vraiment comme une jeune adulte. Elle m’a vraiment marquée, j’ai vraiment eu un gros coup de cœur pour elle.

Avais-tu des attentes, des peurs, des craintes? Étais-tu fébrile?

Je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre puisqu’on ne nous donne pas d’indices. Cela dit, lorsque je me faisais maquiller au sous-sol, avant le début du tournage, j’ai vu des photos de famille. J’ai alors su qu’il allait y avoir 4 enfants. Mais encore là, je n’étais pas certaine puisque la maman avait l’air si jeune sur les photos que je pensais qu’il s’agissait peut-être d’une adolescente! Elle ne fait réellement pas son âge!

Y a-t-il un moment où tu as pensé avoir perdu totalement le contrôle de la situation?

J’ai perdu légèrement le contrôle sur l’heure du dîner lorsqu’il fallait que je « gère » le macaroni avec les enfants. Faire la cuisine avec les enfants dans les jambes, ce n’est pas évident. Ce qui arrive, c’est qu’ils veulent aider, mais au final, ça nuit plus que ça aide…

Quel fut ton moment préféré dans ta journée de gardiennage à Devine qui vient garder?

À la fin de notre journée ensemble, les enfants m’ont offert des petits cadeaux. J’ai trouvé ça très touchant. Aussi, un moment qui m’a, disons, surprise, est lorsque je suis arrivée, un des garçons est venu vers moi et m’a dit : « Toi, t’es une charrue! » En fait, son père lui avait montré une vidéo de moi, tirée de mon DVD 100 % Vache Folle. Donc, j’ai répondu au garçon : « C’est quoi une charrue? » Et il a rétorqué : «  C’est un camion de vidange! » Donc, dès mon arrivée, je fus très surprise!

En effet, ça surprend! Est-ce cela t’as mise à l’aise ou au contraire, effrayée?

Ça m’a mise à l’aise parce que j’ai réalisé que c’était des gens assez cool, relax, qui avaient le sens de l’humour. Et ça m’a montré que je n’allais pas avoir de problème à bien m’entendre avec eux.

Qu'as-tu retiré de ta journée de gardiennage? As-tu appris quelque chose?

Qu’à 37 ans, garder 4 enfants, ça « tire du jus »!

Est-ce que ton expérience à Devine qui vient garder? a accru ton envie d’avoir des enfants ou au contraire, cela t’a fait douter?

Cette expérience ne m’a définitivement pas enlevé le goût d’avoir des enfants, mais ce fut assez laborieux pour moi de garder 4 enfants; ça demande énormément d’organisation et de patience. C’était beaucoup de travail, j’ai été « dans le jus » toute la journée parce qu’on garde pour vrai, c’est bien réel! On ne le verra peut-être pas à l’écran, mais j’ai fait seule tout ce que les parents ordinaires font : s’occuper du bébé qui a la diarrhée, moucher les petits nez qui coulent et faire le souper pour 4 mômes qui te courent autour.

C’est une famille assez nombreuse et aujourd’hui, c’est assez rare 4 enfants de la même mère du même père. Et les parents, je les trouve bons de faire ce qu’ils font; ils les ont à temps plein, ils n’ont jamais de répit!

Après cette journée passée en compagnie des enfants, quelle est ta première réaction?

Ma première réaction fut plutôt : « Enfin! » Pas parce que j’étais tannée d’être là, mais parce que 4 enfants, c’est très épuisant. C’était l’fun, mais disons que je ne ferais pas ça chaque semaine. Lorsque je suis partie, je me suis sentie probablement comme la maman lorsqu’elle couche les enfants le soir et qu’ils dorment enfin. Elle doit s’asseoir et dire « Ouufff! ».

Propos recueillis par Catherine Robert, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires