Devine qui vient garder? - L’entrevue de Jérémy Demay

Les enfants de la famille Caumartin et leur gardien d'un jour, Jérémy Demay.

Tout d'abord, as-tu des enfants?

Non, je n’en ai pas pour l’instant!

En veux-tu?

Oui, ça, c’est sûr.

Pourquoi as-tu décidé d'essayer l’expérience de Devine qui vient garder? Qu’est-ce qui t’a poussé à accepter le défi?

Je voulais voir avant tout quel genre de père j’allais être. C’était un peu pour tester mes compétences, si on peut dire ça comme ça.

Combien d'enfants as-tu gardés?

J’ai gardé six enfants!

Six enfants, quel défi de taille! Et était-ce difficile de gérer toute cette belle marmaille?

Étonnamment, non! Je dirais même que c’était plutôt facile. En fait, on a travaillé en équipe, c’est-à-dire que chacun avait son propre rôle. Pendant que certains accomplissaient telle tâche, d’autres en faisaient une autre. Bref, tout le monde a mis la main à la pâte. À part pour la cuisine, les enfants m’ont beaucoup aidé.

Est-ce ta première expérience de gardiennage?

J’ai déjà fait du babysitting lorsque j’étais plus jeune, mais je n’avais définitivement jamais gardé autant d’enfants en même temps!

En quelques mots, comment décrirais-tu les enfants que tu as gardés?

Ils étaient généreux, énergiques, gentils, allumés. Si je pouvais les décrire en un seul mot : fabuleux.

Avais-tu des attentes, des peurs ou des craintes? Étais-tu fébrile?

J’étais excité! Je ne savais pas dans quelle famille j’allais me ramasser ni combien d’enfants j’allais avoir à garder. Mais j’avais bien hâte de voir! Quand j’ai vu que j’allais être responsable de six enfants, j’étais évidemment surpris, mais j’étais prêt à relever le défi.

Y a-t-il un moment où tu as pensé avoir perdu totalement le contrôle de la situation?

Heureusement, je n’ai pas perdu le contrôle. Selon moi, c’est justement dû au fait qu’on a travaillé en équipe, qu’on s’est entraidé. Oui, il y a eu quelques moments plus difficiles, mais rien de catastrophique. Aucun désastre à signaler! Plutôt qu’un stress, l’expérience fut pour moi un vrai « lâcher-prise ».

Quel fut ton moment préféré dans ta journée de gardiennage?

À la fin, avant de partir, les enfants m’ont offert un gros dessin sur lequel chacun avait participé. Ça m’a beaucoup ému, surtout parce que c’était personnalisé, parce que ça venait d’eux.

Qu'est-ce que tu as retiré de ta journée, as-tu appris quelque chose?

Que j’allais être un bon père… et c’est rassurant! Cette expérience m’a confirmé que j’allais être à la fois un père responsable, mais qui sait tout autant garder son cœur d’enfant.

Que penses-tu que les enfants vont retenir de leur journée avec toi?

Honnêtement, que de la joie. Nous nous sommes tous très bien entendus, nous avons eu beaucoup de plaisir… nous avons même bâti des liens! De ce fait, les enfants et moi avons échangé nos numéros de téléphone, et nous comptons certainement garder contact. On a même parlé du fait que je pourrais déménager sur le terrain en face de leur maison! (Rires) Et ce sont les enfants qui l’ont proposé, ce qui m’a beaucoup touché. L’expérience fut réellement un succès.

Veux-tu toujours des enfants après cette épuisante expérience?

Oui, certainement. Mais pas autant… je ne vais m’en tenir qu’à 2!


Propos recueillis par Catherine Robert, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires