Planter ses fleurs et ses bulbes à l’automne

Amis des fleurs et des plantes, ne vous laissez pas rebuter par la saison hivernale et enfilez vos gants! Planter ses bulbes, ses plantes et ses vivaces à l’automne comporte de nombreux avantages. Non seulement vous éviterez la cohue dans les centres jardins, vous bénéficierez de nombreux rabais, mais vous découvrirez peut-être des espèces que vous n’auriez pas choisies au printemps.
En outre, il est beaucoup plus facile à l’automne de déterminer l’emplacement d’une nouvelle plante puisque vous avez un portrait complet de votre jardin. Au printemps, vous pouvez risquer de déterrer des plans oubliés qui n’ont pas encore germé.
Pour faire un travail de qualité, voici comme procéder :

La préparation du sol

Vous devrez investir quelques heures de préparation et de planification, mais le travail est simple et assure un meilleur résultat. Généralement, les bulbes préfèrent un sol bien drainé. Une terre trop sèche ou trop mouillée n’est pas favorable à leur survie. Il est conseillé d’ameublir le sol, avant toute chose. Si une pluie abondante s’annonce, remettez à plus tard la plantation, car la densité de la boue pourrait asphyxier vos bulbes. Enfin, pour favoriser la floraison, prévoyez un bon compost organique.

Le bon moment pour planter les bulbes

Généralement, les bulbes qui fleuriront au printemps doivent être plantés à l’automne. Pour certaines régions, les semences peuvent se faire en septembre, pour d’autres, en octobre ou au début du mois de novembre, selon la température du sol qui doit se situer à environ 13 °C. Si vos bulbes sont plantés trop tôt, ils risquent de ne pas s’épanouir. Toutefois, si le travail s’est fait trop tard, le gel les empêchera de prendre racine.

L’emplacement adéquat

Les bulbes trouvent leur place n’importe où dans votre jardin. Ils peuvent être plantés dans les plates-bandes, dans la rocaille ou en guise de bordures. D’un point de vue esthétique, tenez compte de l’agencement des couleurs, de l’équilibre des hauteurs et de l’aspect du feuillage. En ce qui a trait à l’exposition au soleil, respectez les explications indiquées sur l’emballage. Certaines plantes préfèrent le plein soleil, d’autres prolifèrent dans des zones mi-ombragées. 

Comment les planter

Pour prévenir les caprices et les rigueurs de l’hiver, ponctué de périodes de gel et de dégel, il est conseillé de planter vos bulbes à une profondeur correspondant à trois fois leur hauteur. Certaines personnes optent également pour une couverture de paillis, afin d’assurer une protection supplémentaire. En ce qui a trait à la distance entre chacun, vous devrez considérer le diamètre et la grosseur des fleurs à venir.

Le choix des bulbes et des vivaces

Les bulbes peuvent être associés à des plantes vivaces, à condition que celles-ci aiment le soleil. Les bulbes mis en terre à l’automne produiront des fleurs qui orneront votre pelouse de belles couleurs variées, le printemps venu. De plus, avec le temps l’agencement prendra de l’expansion. L’effet visuel sera encore plus spectaculaire.

Parmi le vaste choix de bulbes offert sur le marché, vous pourrez opter pour des crocus et les perce-neige, qui afficheront de belles taches colorées dès la fin de l’hiver. Parmi les incontournables, vous choisirez des tulipes qui offrent une incroyable quantité de variétés et de teintes. Celles-ci peuvent être plantées partout, dans votre massif de fleurs, au pied d’un arbre, le long de votre haie, et même en pot sur votre terrasse.

Les narcisses, les jacinthes, le muguet, le lys et les jonquilles constituent de véritables trésors pour garnir votre jardin.

La liste est longue et vous aurez l’embarras du choix. Soyez créatif et ne craignez pas la profusion. Pour un effet plus joli, privilégiez une masse de fleurs plutôt qu’une rangée trop sage.

Les rongeurs, ces ennemis des bulbes

Si les écureuils déterrent vos bulbes, agissez préventivement. Voici quelques trucs.

  • Cultivez des variétés moins attirantes pour les petits rongeurs, comme l’ail ornemental, la jacinthe et le muscari. 
  • Déposez une grille de métal sur vos semences avant de les recouvrir de terre.
  • Les écureuils n’aiment pas l’odeur de certains fertilisants (fumier de poulet, par exemple); assurez-vous de respecter la dose indiquée sur le mode d’emploi.
  • Les cheveux humains et les poils de chat ont un effet répulsif pour les rongeurs. Répandez-en sur vos semences.
  • Un détecteur de mouvements peut être aussi très efficace.

Ranger les bulbes d’été

C’est aussi le temps d’entreposer les bulbes d’été. En effet, plusieurs bulbes à floraison estivale ont besoin d’être déterrés et entreposés dans un endroit frais et sec, une chambre froide, par exemple. C’est le cas notamment des bulbes de bégonias, de callas, de dahlias, de glaïeuls et de lys.

En général, ils ont besoin de température fraiche, environ 5 °C. Mais plusieurs nécessitent des conditions particulières. Informez-vous auprès de votre jardinerie.

Les plantes vivaces

Généralement, les plantes vivaces peuvent être plantées toute l’année, sauf en période de gel. Mais l’automne demeure la saison idéale pour diviser les vivaces à floraison printanière (phlox, myosotis, cœurs-saignants, thlaspis et tiarelles, pour ne nommer que ces variétés).

Rien ne vous empêche d’empoter une ou deux plantes pour les rentrer à l’intérieur. Mais ne vous attendez pas à une floraison rapide, la plante a besoin de reprendre des forces avant de s’épanouir à nouveau.

Dans les régions froides et humides, il est conseillé de le faire dès la fin de l’été ou au début de l’automne, afin de les protéger du froid et des pluies abondantes.

Pour les régions au climat plus doux, la plantation en automne ou au printemps est plus indiquée, car les vivaces supportent mal la sécheresse et les hautes températures.

Les jardineries regorgent de vivaces offertes en solde et qui n’attendent que vous. Si, traditionnellement, on plantait les vivaces au printemps, l’automne (de la mi-septembre jusqu’au début novembre, selon les régions) demeure la saison idéale. Pourquoi? Le sol est réchauffé, les pluies sont abondantes et l’évaporation due aux chauds rayons du soleil est moins importante. Sortez la plante du pot et plantez-la à l’endroit prévu, tout simplement. Elle survivra sans problème.

Pour les vivaces à floraison automnale (les chrysanthèmes d’automne et l’anémone du Japon ou les asters, par exemple), une précaution s’impose : une fois en terre, éliminez les fleurs et rabattez la plante de moitié. Leurs racines ne s’en porteront que mieux.

Soyez sans crainte. Les vivaces conçues pour votre zone de rusticité survivront aux gels automnaux et aux grands froids de l’hiver. Et vous n’aurez pas à attendre un an avant d’obtenir une floraison plus abondante.

Il n’est pas toujours facile de réussir à entretenir et à traiter des plantes et vous n’avez peut-être pas le « pouce vert ». Cependant, si vous suivez les règles de base du jardinage, en tenant compte de la qualité du sol, de l’apport équilibré en eau et des critères d’ensoleillement, soyez confiants, vous obtiendrez probablement le jardin idéal, le lieu fleuri dont vous avez toujours rêvé.

Il n’est pas toujours facile de réussir à entretenir et à traiter des plantes et vous n’avez peut-être pas le « pouce vert ». Cependant, si vous suivez les règles de base du jardinage, en tenant compte de la qualité du sol, de l’apport équilibré en eau et des critères d’ensoleillement, soyez confiants, vous obtiendrez probablement le jardin idéal, le lieu fleuri dont vous avez toujours rêvé.
Bon jardinage!

Petit rappel d'entretien avant l'hiver

Les avis sont vraiment partagés concernant la préparation du jardin pour l'hiver. On coupe ou on ne coupe pas nos plantes? Un appel dans un centre jardin nous a éclairé. Bien que les paysagistes coupent les vivaces et les fleurs à l'automne, ce n'est pas une obligation pour le jardinier amateur. Les professionnels le font souvent pour accélérer le travail au printemps.

Le fait de garder les plants tout entiers pour l'hiver n'affecte en rien leur rendement. Au contraire! Leurs feuilles les protégent du vent, du froid et de l'accumulation de neige. Seule exception, toutefois, les plantes qui ont contracté une maladie pendant l'été. Dans ce cas, si vous ne voulez pas que le problème se reproduise au printemps, il faut couper les fleurs et les feuilles à 10 centimètres du sol, comme vous le ferez pour les autres plantes dès la fin avril.

En somme, pas besoin de vous casser la tête aujourd'hui pour l'entretien du jardin. Tout peut attendre... le retour du beau temps! 

Jacinthe Dompierre, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi