Le nettoyage du jardin : pas si vite!

Auteur
Véronique Pepin

Le printemps s’est fait désirer amplement cette année! Comme moi, j’imagine que vous êtes impatients d’aller faire un petit tour sur votre terrain pour nettoyer les platebandes, racler le gazon, commencer les plantations et mettre enfin en pratique tous les beaux projets que vous vous êtes imaginés durant cet hiver long et rigoureux.

Patience!

Pas trop vite, jardiniers passionnés ! Il est trop tôt pour aller sur votre terrain. La neige n’est pas toute fondue encore et le sol n’est vraiment pas prêt à vous accueillir. Il faudra malheureusement patienter encore un peu. Eh oui! Pourquoi donc? Je vous explique.

Tout d’abord, il faut comprendre que Dame Nature, notre belle planète ainsi que ses habitants forment un écosystème complexe, un lieu de vie qui permet à toutes ces composantes d’établir des relations gagnant gagnant. Chacun des éléments interagit avec les autres. Malheureusement, l’humain oublie souvent que ses actions sont en fait un contrôle de la nature. Il décide à sa place quand il faut agir. Par malheur, si vous essayez de le faire, elle finira par se rattraper. Inutile d’aller trop vite; soyez patients, sinon, je vous assure qu’elle vous donnera du travail supplémentaire.

Un sol en santé

La base de la vie végétale débute par un sol en santé. Il doit permettre la vie. Un sol équilibré est un sol qui permet à l’activité biologique d’avoir lieu. Bref, il doit respirer, être meuble et accueillir des organismes et micro-organismes. Ce qu’il faut savoir, c'est que le passage et les actions de l’homme ou de l’outillage sur un sol encore trop humide auront pour effet de le compacter. C’est exactement ce que l’on provoque en s’activant trop rapidement au printemps! En exécutant votre jardinage ou votre aménagement avant le bon temps, vous contribuez à éliminer l’air du sol en le compactant. Alors, pas si vite! Le gel-dégel de notre climat québécois contribue grandement à décompacter le sol en provoquant des mouvements, alors il serait opportun de laisser la nature faire son œuvre.

Mais quel est l’impact d’un sol qui serait trop compacté? En fait, cela limite le développement et l’établissement des racines, empêche l’eau de bien percoler dans le sol et diminue la possibilité de la vie active des organismes. Comme dans plusieurs sphères, un milieu ardu diminue les populations.

Quand commencer?

Comment reconnaître le bon moment d’agir? Il faut patienter s’il y a encore présence de neige sur votre terrain ou sur les terrains avoisinants; s’il y a accumulation d’eau en surface du sol; si vous marchez sur votre terrain et que vous sentez que le sol bouge, se déplace ou vous donne un effet de mouvance. Déjà, je peux vous dire que ceux qui possèdent un terrain sablonneux pourront se mettre en action bien avant ceux qui se situent en sol argileux. La raison est simple : les sols sablonneux drainent plus rapidement et sèchent bien avant les sols argileux.

Je sais, on a tous hâte de se faire aller dans notre jardin, mais chose certaine, nous sommes plus près du but que jamais! Alors, patientons un peu encore et rêvons à un printemps digne de ce nom!

 

Véronique Pepin, Les Jardins de Babylone inc.

Vous aimerez aussi

Commentaires