L’éclairage paysager

Déjà le mois d’août! Comme l’été a passé vite — trop vite, me direz-vous —, les soirées commencent à raccourcir, mais vous aimeriez profiter encore de votre jardin, car il est toujours en fleurs. Vous avez acheté, il y a quelques années, une grosse lumière fixée sur la maison, mais vous aimeriez quelque chose de plus discret? Vous achetez donc un kit chez votre détaillant du coin, mais que doit-on éclairer?

Basse ou haute tension?

La tension électrique est le nombre de volts qui va circuler dans le circuit électrique. Vous avez 2 choix qui s’offrent à vous. Le premier, le 120 V (haute tension), doit être installé par un électricien. Pour un terrain résidentiel, il n’y a aucun avantage à utiliser cette tension. La puissance et la coloration des ampoules vont souvent attirer les insectes. De plus, la tension électrique représente un risque si le fil est sectionné. La basse tension représente moins de risque. Cette tension ne nécessite pas la venue d’un électricien. Si vous comprenez les bases de l’électricité, vous pourrez vous débrouiller ou demander l’aide d’un ami bricoleur.

Les principes clés

D’abord, il faut planifier votre projet. Comme tout projet, il faut d’abord fixer un budget. Si votre budget ne permet pas d’éclairer l’ensemble de la cour, il vaut mieux vous concentrer sur une section précise plutôt que de diluer la lumière sur l’ensemble. Il faut vous questionner sur les endroits où vous passez du temps dans votre jardin, ou de quel endroit dans la maison vous admirez votre terrain.  

Les surfaces verticales

Dans un jardin, il est intéressant d’éclairer les surfaces verticales. Lorsqu’on parle de surfaces verticales, on parle d’arbres, de murs, de colonnes.  Cela donne du volume et de la profondeur à la cour.

Une question de sécurité

Un des motifs qui nous incite à éclairer notre cour est de pouvoir y circuler facilement. Sans nécessairement les éclairer directement, il est important de rendre les escaliers bien visibles. Il est aussi important d’éclairer les changements de textures dans un trottoir, par exemple, la transition entre du pavé et des pas japonais.

Allo, la tour de contrôle…

Sur le marché, on trouve des ensembles de luminaires que l’on pique dans le sol pour éclairer les parterres. Pour un bel effet, il faut les placer dans la platebande, de façon aléatoire, selon les végétaux. Il faut éviter les alignements. Un alignement va recréer l'effet d’une piste d’atterrissage…

Pour un effet naturel

Un des effets les plus communs dans l’éclairage d’une cour est l’effet « clair de lune ». Le principe est de reproduire la luminosité créée par la lune les soirs où elle est pleine. On reproduit ainsi l’ombrage des branches sur le sol. Pour ce faire, il faut fixer des projecteurs en hauteur, et les orienter de manière à ce que le faisceau lumineux croise des branches. L’utilisation d’ampoule DEL (diode électroluminescente) est fortement recommandée pour ce type d’éclairage, compte tenu de leur durée de vie plus élevée qu’une ampoule halogène. Vous aurez moins à grimper dans votre échelle pour remplacer les ampoules.

Éviter les extrêmes

Comme dans bien des domaines, trop, c’est comme pas assez. Trop de lumière dans le jardin va détruire toute ambiance, et s’il en manque, ou bien que les éléments éclairants sont trop distants les uns des autres, cela ne comblera pas le besoin de lumière de l’œil ni ne créera d’ambiance.

En résumé 

  • Éviter d’aligner toutes vos lampes le long d’une allée ou d’un trottoir.
  • Choisir des ampoules à puissance modérée (20-35 watts) est suffisant : on veut créer un effet et non éclairer comme en plein jour.
  • Dissimuler la source lumineuse : on doit voir l’effet et non la lumière elle-même.

Christian Brunet, technicien horticole

Vous aimerez aussi

Commentaires