La fois où les conditions n’étaient pas nécessairement idéales pour un spectacle d’humour...

Spectacle

Pour la plupart des gens, un spectacle d'humour rime avec une grande salle bondée et chaleureuse, une belle scène dotée d'un éclairage à la fine pointe de la technologie et bien évidemment, de loges spacieuses remplies de chocolat, d'alcool à volonté et de caviar! Ah! L'humour, c'est si glamour!

C'est effectivement le cas, pour peut-être 1 % des artistes... Sauf, qu'il faut remplacer le caviar par des «chips» au fromage.
Mais toutes ces conditions optimales ne surviennent qu'après des années de travail, d'écriture, de réécriture, d'essais et d'erreurs, souvent dans des endroits de rodage louches.

C'est pour cette raison que j'ai un immense respect envers les humoristes, leur résilience. D'ailleurs, il n'y a rien de plus drôle qu'une gang d'humoristes qui se raconte leurs pires anecdotes de spectacles! Il y a bien sûr les « classiques » que nous avons tous vécus! Par exemple, les spectateurs trop saouls, brûlés après leur journée de golf, qui non seulement n'écoutent pas, mais se permettent de te crier des bêtises tout le long de ton numéro!

Ou encore les innombrables performances devant 12 spectateurs, ceci incluant les employés du bar en question, dans des salles pouvant contenir une centaine de personnes. Croyez-moi, il y a beaucoup plus d'ambiance dans un salon funéraire!

Pendant les quelques années où je gagnais ma vie comme humoristes sur scène, j'ai cumulé, moi aussi, mon lot d'histoires croustillantes. Par exemple, j'ai déjà joué sur une scène extérieure pendant un violent orage. En fait, je dis « scène », mais c'était plus « dans un camion remorque »! Histoire vraie!

J'ai déjà été payée en bière, en coupon-rabais, en condoms...

J'ai déjà participé à un spectacle dans un bar sportif, qui avait lieu le même soir qu'un premier match des séries entre les Canadiens et les Bruins, sauf que les organisateurs avaient oublié d'annoncer que le match ne serait pas diffusé en entier... à cause d'une soirée d'humour de la relève. Faire un numéro d'humour lorsque les 2 premières rangées te tournent le dos et que les autres te huent, c'est assez ordinaire.

Mais reste qu'à ce jour, la pire soirée que j'ai moi-même vécue, s'est déroulée dans un petit bar du sud-ouest de Montréal. Comment pourrais-je bien d'écrire le bar? L'atmosphère était très similaire... à une scène de crime dans un documentaire à Canal D! Le public était composé à 100 % de piliers de bar, c'est-à-dire de 7 messieurs déjà complètement ivres à 19 h je n'osais même pas aller à la salle de bain toute seule! Pour l'éclairage, disons que le résultat aurait été plus avantageux si j'avais utilisé ma propre lampe de poche pour m'éclairer le visage par en dessous! Et la scène...
En fait, c'était ça le plus gros problème... Il n'y avait tout simplement pas de scène! À la place, l'organisateur de la soirée avait déniché un petit monte-charge amovible qui datait de l'avant-guerre décoré avec des banderoles jaune « scène de crime – ne pas dépasser »!!! Un point pour l'ingéniosité, mais moins 1000 pour la sécurité!

Le moindre petit mouvement de bras provoquait un déplacement de la « scène ». Difficile d'être léger et amusant, quand tu dois t'agripper sur les barres de côtés pendant que tu fais des blagues! La structure bougeait tellement, qu'elle aurait facilement atteint un 4,6 sur l'échelle de Richter!
Heureusement pour moi, très peu de témoins ont assisté à cette performance d'humour quasi burlesque de ma part, puisqu'au moment de mon entrée sur scène, 4 des 7 messieurs dans l'assistance s'étaient endormi depuis longtemps sur leur table respective.

Comme quoi l'humour, c'est loin d'être si glamour...

Isabelle Ménard

Vous aimerez aussi

Commentaires