Triste à l'idée de le laisser à la garderie?

Pour la plupart d'entre vous, il arrive un moment déchirant où il faut laisser votre petit ange à la garderie afin de reprendre vos activités professionnelles... Eh oui, l'argent ne pousse pas dans les arbres et le congé parental a une fin!

Si, de nos jours, la majorité des mères apprécient grandement la possibilité d'avoir une vie professionnelle, elles expérimentent tout de même des sentiments mitigés lorsque vient le jour fatidique de laisser bébé aux bons soins de mains inconnues, aussi expérimentées soient-elles! Afin que la transition se fasse le plus agréablement possible, voici quelques trucs.

Trouvez votre garderie le plus tôt possible

Évidemment, il s'agit du point le plus important. Vous allez laisser votre bien le plus précieux aux mains d'une (presque) inconnue. Il est nécessaire, pour votre propre bien-être et celui de bébé, que vous ayez une parfaite confiance en la personne qui prendra soin de votre enfant. De plus, si vous savez assez tôt avec qui bébé passera ses journées, vous aurez l'occasion de le laisser pour de courtes périodes de quelques heures, afin de l'habituer progressivement.

Planifiez à l'avance votre retour au travail

Les points suivants ne soulageront probablement pas votre peine, mais ils vous permettront de recommencer le boulot sans vous soucier des petits détails techniques qui ajouteraient encore au stress déjà présent.

Contactez l'employeur

Vous devriez contacter votre patron 2 à 3 semaines à l'avance, afin de discuter de votre horaire et de vos tâches. Dans certains cas, il peut même être possible de recommencer à travailler à temps partiel, ou en effectuant quelques jours de travail à domicile chaque semaine, ce qui pourrait être une bonne solution pour que la transition se fasse progressivement.

Prévoyez le sevrage

Si vous allaitez encore bébé et choisissez d'arrêter avant de recommencer le travail, commencez le sevrage quelques semaines à l'avance. Si vous préférez continuer l'allaitement, assurez-vous cependant d'habituer bébé à prendre ses biberons dans la journée, aux heures où vous ne serez pas là.

Organisez-vous pour la garderie

Communiquez avec la garderie pour savoir ce que vous devrez apporter, afin de ne pas vous retrouver avec une montagne d'objets à identifier le soir avant.

Pratiquez la routine

Effectuez au  moins une fois le trajet (aux heures de pointe) entre votre domicile, la garderie et le travail, pour savoir une idée exacte du temps que le voyage prendra le jour J. Vous serez ainsi en mesure de vous réveiller assez tôt pour vous préparer et accorder à bébé toute l'attention dont il a besoin le matin.

Restez en contact (sans exagérer!)   

Les éducatrices savent qu'il n'est pas facile de laisser votre enfant, surtout les premières semaines. Elles comprendront parfaitement que vous appeliez à l'occasion pour savoir comment se déroule la journée de votre tout-petit. Assurez-vous cependant de ne pas appeler pendant les heures de sieste, et de ne pas appeler toutes les 15 minutes! Un coup de téléphone dans le courant de la journée devrait être suffisant pour vous rassurer... Et surtout, ne vous imaginez pas le pire, même si bébé hurlait à votre départ, il est probable que sa crise ait passé après quelques minutes. Les éducatrices disent toujours « il a arrêté dès que vous avez refermé la porte »... et c'est généralement la vérité!

Gardez des photos dans votre portefeuille

N'hésitez pas à installer des cadres sur votre bureau, à mettre des photos en arrière-plan de votre ordinateur, à conserver quelques clichés dans votre sac. Ainsi, vous pourrez admirer bébé et ses plus beaux sourires quand l'envie se fera trop pressante : respirez un bon coup, dites-vous qu'il est entre de bonnes mains et passe sûrement une excellente journée... et voilà vos batteries rechargées pour les quelques heures restantes.

Simplifiez votre routine

Dans les premiers temps, vous aurez besoin de rattraper les heures « perdues » et voudrez sûrement profiter de votre enfant le plus possible à votre retour à la maison. Pour cela, n'hésitez pas à oublier un peu le ménage, préparer des repas simples et rapides et demander l'aide de votre conjoint.

Ne culpabilisez pas

Oui, c'est plus facile à dire qu'à faire, mais il ne sert absolument à rien de culpabiliser. Cela ne rendra pas les choses plus faciles et vous dépenserez ainsi une énergie qui pourrait avoir un bien meilleur usage. Tâchez de voir au contraire les points positifs de la situation : vous pouvez enfin sortir de la maison et avoir des conversations « normales » entre adultes, votre enfant pourra rencontrer des amis de son âge et développer une certaine autonomie, vous disposerez de plus de moyens financiers pour des sorties et pour gâter bébé, etc.

Faites preuve de patience  

Bien sûr, il est normal de vous sentir triste lors des premières semaines, mais il faut bien comprendre que tous les changements dans votre routine et celle de bébé amènent leur lot d'insécurité et de questionnements. Après quelque temps, vous serez tous deux biens habitués à la situation et pourrez profiter de votre journée pleinement (même séparés) et de vos soirées et fins de semaine ensemble.

Dans certains cas, il peut arriver que la séparation soit trop difficile, surtout pour la maman... Eh oui, un bébé finit toujours par s'habituer alors que les sentiments de culpabilité chez la mère peuvent augmenter... Si c'est votre cas, rien ne vous empêche d'envisager un mode de vie différent : devenir travailleuse autonome ou maman au foyer. Toutes les mères n'ont pas l'âme d'une carriériste, et il n'y a rien de mal à cela!

Bon courage!

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie.

Vous aimerez aussi

Commentaires