Prendre la décision d'être une mère au foyer

Il y a à peine 50 ans, la norme pour les femmes était de rester à la maison afin de s'occuper de leurs enfants ainsi que de toute la logistique domestique (cuisine, ménage, courses, etc.) De nos jours, la très grande majorité des femmes font des études et travaillent avant d'avoir des enfants, puis reprennent leur occupation professionnelle quelques mois (parfois quelques semaines) après la naissance de leur bébé, confiant ce dernier à une garde extérieure. Pourtant, même si elles sont souvent  en marge des valeurs dominantes de la société, certaines mères restent attachées à des valeurs plus traditionnelles et choisissent la fonction de mère au foyer.  Et vous? Êtes-vous faite pour cela?

Pourquoi être une mère au foyer?

Les femmes qui choisissent d'abandonner (définitivement ou provisoirement) leur carrière afin de se consacrer pleinement à l'éducation de leurs enfants invoquent plusieurs raisons.

Pour s'occuper de ce qui compte

D'abord, c'est bien évidemment le besoin viscéral de s'occuper elles-mêmes de leur progéniture qui pousse les femmes à devenir mère au foyer. En effet, elles trouvent inconcevable de confier leurs petits à des mains étrangères. Elles préfèrent être présentes lors de tous les apprentissages de leurs enfants, les voir grandir et évoluer, s'occuper de chacun des aspects de leur vie.

Pour une vie moins stressée

Ensuite, les mères au foyer affirment que la dynamique familiale au complet (vie conjugale comprise) bénéficie de ce changement, car le stress est beaucoup moins présent au quotidien. Ces familles ne subissent pas toute la pression qui est l'apanage de la vie moderne : se lever, manger à toute vitesse, préparer les lunchs, amener les enfants à l'école ou garderie, aller au boulot, récupérer les enfants, faire les courses, préparer le repas, etc. Les mères au foyer sont plus zen... ce qui ne veut pas dire qu'elles sont paresseuses : c'est un travail à temps plein de s'occuper d'une maison et de deux enfants ou plus!

Recréer un modèle gagnant

Enfin, il est fréquent que ces mères au foyer souhaitent reproduire leur propre modèle familial, qui a « fonctionné. » Même si le discours actuel insiste sur l'importance pour les femmes d'obtenir une carrière satisfaisante, bien des femmes ont envisagé depuis leur plus tendre enfance de rester à la maison et élever leurs enfants. C'est leur propre conception de l'épanouissement. Rester à la maison peut sembler dégradant ou sclérosant pour certains, mais c'est à la personne concernée de décider comment mener sa vie...

Les finances

Bien sûr, c'est le premier point à prendre en compte si vous souhaitez cesser de travailler pour vous consacrer à l'éducation de vos enfants. Certaines caressent peut-être secrètement ce souhait au fond d'elle-même, mais se refusent à le mettre en pratique, car elles craignent de passer par des moments trop difficiles sur le plan matériel. Il est clair qu'un salaire de moins dans une famille, ça laisse un trou...

Par contre, il faut également prendre en compte les économies possibles :

  • pas de service de garde
  • pas de deuxième auto et d'assurance à payer
  • pas de frais de vêtements « de carrière » (et ils sont souvent hors de prix, disons-le!)
  • pas de resto ou de livraison à la dernière minute, car il n'y a rien de prêt et les enfants hurlent de faim
  • pas d'aliments tout prêts (et si dispendieux) puisqu'il y assez de temps pour planifier vos repas, etc.

Il convient de bien faire vos comptes, et vous découvrirez peut-être que la baisse d'argent au sein de votre foyer ne serait pas en fait si terrible... De plus, les femmes qui choisissent ce mode de vie affirment que voir grandir leurs enfants vaut bien la baisse de revenu.

Dépendre de son conjoint?

Il peut sembler difficile, après avoir connu une certaine indépendance financière, de vous sentir « entretenue » par votre conjoint et de devoir systématiquement lui demander de l'argent pour acheter ce qui vous tente (pour vous, ou les enfants, ou la maison). Il est absolument nécessaire d'aborder ce sujet avec votre amoureux avant de vous lancer.

Cela peut être une bonne idée, par exemple, de discuter un certain montant que votre conjoint pourrait virer dans votre compte mensuellement. Dépendamment de votre « arrangement », ce montant pourrait couvrir toutes les dépenses familiales (incluant le loyer, les divers comptes, l'épicerie, les activités et vêtements des enfants, et les vôtres). Ainsi, vous vous sentirez « en contrôle » de la situation, même si vous ne travaillez pas, et pourrez vous gâter à l'occasion sans avoir à demander la permission au préalable; il vous faudra simplement gérer votre budget de façon adéquate. Une autre option consiste à avoir chacun un compte personnel pour « l'argent de poche » et créer un compte conjoint qui servira à toutes les autres dépenses familiales.

La vie sociale

Vous devez tout de suite savoir que votre choix de vie ne fera probablement pas l'unanimité parmi vos proches et vos connaissances... Vous entendrez beaucoup de réflexions du genre :

  • Moi, je ne pourrais pas me sentir comme une bonne à tout faire!
  • Mais tu as des diplômes, de l'expérience, pourquoi rester à ne rien faire?
  • Tu as de la chance, tu es tout le temps en vacances!
  • Tu te fais vivre par ton conjoint, c'est dégradant...
  • Les femmes se sont battues pour pouvoir travailler, tu régresses!

Et j'en passe... Une chose est sure : il faudra être absolument certaine de vouloir vous orienter dans cette direction, car sinon, vous serez effectivement malheureuse. Nos grand-mères ne se sont pas battues pour avoir le droit de travailler, mais plutôt pour avoir le choix de le faire. Si votre choix personnel consiste à rester à la maison, il est tout aussi valable et respectueux de la condition féminine que celui de votre collègue qui préfère placer ses enfants en garderie dès 6 mois.

De plus, vous devez vous attendre à vivre des changements dans votre réseau social : il se peut que vous viviez de l'isolement, surtout au début. En effet, vous ne connaîtrez surement que peu de personnes qui vivent comme vous. Si vous vous sentez seule, il est absolument nécessaire de sortir et faire des activités avec vos enfants : bibliothèques, magasinage, parc, associations de cafés-rencontre pour les mères au foyer, etc. Après quelque temps, vous aurez une vie à nouveau trépidante, entourée de personnes qui évoluent dans la même réalité que vous. Vous pourrez tisser de nouvelles amitiés, tout comme vos enfants.

Quelques points à discuter avec votre conjoint

Évidemment, la décision de devenir mère au foyer se prend à deux. Vous devrez aborder tous les sujets concernant ce mode de vie avec votre conjoint afin de ne pas avoir de mauvaise surprise par la suite. Voici quelques-unes des choses à discuter :

  • Très important : est-ce qu'il approuve et encourage réellement votre décision, ou se sent-il « obligé » d'accepter? Certains hommes n'apprécient pas particulièrement de se savoir l'unique pourvoyeur de la famille...
  • La planification financière (voir plus haut) : comment allez-vous partager l'argent gagné par monsieur? Dans quelles dépenses allez-vous « couper » pour pallier la baisse de revenus?
  • La planification des tâches domestiques : si votre conjoint travaille toute la semaine pour subvenir aux besoins de la famille, il est en droit de s'attendre à ce que vous ne comptiez pas en plus sur lui pour le ménage et le lavage... Parlez-en!
  • Souhaitez-vous participer à une activité quelconque (sport, bénévolat, etc.) à l'occasion, afin de sortir de la maison? Il serait bon d'en parler tout de suite, ou vous pourriez bien ne jamais pouvoir le faire.

D'une manière générale, quels que soient les points qui vous viennent à l'esprit, il vaut mieux les mentionner avant de vous lancer... Vous éviterez des incompréhensions et des malentendus!

Et quand les enfants auront grandi?

Le grand avantage, dans notre société contemporaine, c'est qu'aucun choix n'est forcément définitif! Contrairement à nos grands-mères qui restaient femmes au foyer toute leur vie sans avoir la possibilité de changer leur condition, nous pouvons décider de rester à la maison quelques années, puis de recommencer à travailler... Certaines femmes préfèrent retourner au travail lorsque leurs enfants sont tous à l'école, d'autres attendent qu'ils soient « grands » (après le secondaire), d'autres apprécient tellement leur rôle et leur routine qu'elles la conservent pour le reste de leur vie.

Bien sûr, il n'est pas toujours évident de retrouver un emploi stimulant après un gros trou dans votre CV, mais il est toujours possible de se réorienter, de prendre des cours de mises à jour, de créer une petite entreprise...

Pour finir

Sachez que personne à part vous ne sait ce qui vous convient le mieux. Vous souhaitez être une mère au foyer? C'est une option parfaitement envisageable, à condition de s'en donner les moyens. Ne vous bornez pas à écouter les avis extérieurs pour prendre votre décision, car c'est en vous-même que vous trouverez la solution. Pendant des siècles, les femmes se sont épanouies (oui, oui) en remplissant leurs rôles de mères et d'épouses. Ce n'est pas parce que la société a changé que toutes les femmes ont changé... Soyez réalistes et pesez bien le pour et le contre, mais n'hésitez pas à poursuivre votre rêve, même si celui-ci semble déroger à la norme.

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Commentaires