Lui a des enfants, moi pas. J'en veux, lui pas!

Depuis quelque temps, vous filez le parfait amour avec un vrai gentleman... Il répond à toutes vos attentes (et même plus) sur le plan relationnel. En fait, en y réfléchissant bien, vous vous dites que c'est peut-être lui, le prince charmant que vous avez cherché depuis longtemps.

Et pourtant, il y a une petite ombre au tableau : votre nouvel amoureux a déjà goûté aux joies de la paternité et n'entend répéter l'expérience sous aucun prétexte. Pas parce qu'il est un père blasé, bien au contraire, mais seulement parce qu'il est « passé à autre chose. » Seulement voilà, vous, vous n'avez pas encore d'enfant, et la maternité fait partie de vos objectifs dans la vie... Alors, que faire?

Un refus catégorique?

Lorsque vous abordez ce sujet pour la première fois avec votre amoureux, ne gardez pas les choses en suspend. Tâchez de savoir ce qu'il pense vraiment. Si votre homme n'envisage absolument pas la possibilité d'avoir un jour un enfant avec vous, il vous le dira clairement.

Bien sûr, il ne s'agit pas ici d'une conversation à avoir dans les premiers jours de votre relation (à moins qu'il n'amène lui-même le sujet sur le tapis). Parfois, certaines personnes disent ne pas penser à fonder une famille (et c'est aussi vrai pour les femmes) parce qu'elles souhaitent avant connaitre l'autre sous toutes ses coutures.

Ce n'est pas parce qu'il vous dit, lors d'une conversation banale, qu'il ne songe pas à avoir d'autres enfants, que cela est forcément le cas pour toujours. Par contre, s'il vous déballe de long en large les raisons pour lesquelles il ne veut plus jamais tenter l'expérience, vous auriez tout intérêt à le croire sur parole et voir ensuite ce que vous allez faire de cette nouvelle donnée.

La fameuse horloge biologique...

Vers la mi-trentaine, il est fréquent pour les femmes qui n'ont pas d'enfants de revoir leurs convictions. Eh oui, la « machine » ne fonctionnera pas éternellement. Certaines ressentent une certaine urgence de concevoir un bébé, même si cela n'a jamais été au coeur de leurs priorités auparavant. Même si cela peut sembler cliché, cet élément n'est pas à négliger. Il se peut fort bien que votre unique priorité désormais consiste à enfanter...

Si c'est le cas, votre conjoint devrait en être avisé... Après tout, une relation se bâtit sur la confiance. Si vous vous rendez compte tous deux que vos attentes ne sont plus les mêmes, il est nécessaire d'en parler pour pouvoir aller de l'avant, et ce, quelle que soit l'issue de la relation.

Peut-être que vous ne trouverez pas un conjoint avec lequel fonder une famille par la suite, mais au moins, vous n'en voudrez pas à votre conjoint actuel. Il n'y a rien de pire qu'entretenir des rancoeurs contre la personne qui partage notre quotidien : la vie devient vite un enfer, en ce cas.

Rompre, ou faire le deuil des enfants?

Tout dépend ici de votre perception intime des choses. Certaines femmes rêvent d'être mères depuis la plus tendre enfance, pensent régulièrement aux possibles prénoms de leurs hypothétiques enfants, échappent quelques larmes devant tous les nouveau-nés qu'elles croisent et s'extasient sur les bambins de leurs proches.

Si vous vous reconnaissez dans cette description, il y a fort à parier que vous n'êtes pas prête ni disposée à laisser tomber votre rêve. Soyez avant tout honnête avec vous-même et écoutez votre ressenti intérieur. Si vous êtes malheureuse juste à penser que vous n'aurez jamais d'enfants, les choses n'iront pas en s'améliorant avec le temps!

Il existe aussi d'autres femmes pour lesquelles la maternité n'est pas et n'a jamais été une priorité. Elles y pensent comme une éventualité, mais ont également d'autres buts et objectifs pour l'avenir. En fait, il peut même arriver que, sans avoir vraiment pensé qu'elles n'auraient jamais d'enfants, ces femmes se sentent confortables avec l'idée, et prêtes à envisager un avenir différent, mais qui leur convient parfaitement.

Il convient maintenant d'être honnête avec vous-même et de voir où vous vous situez exactement... Personne ne peut savoir mieux que vous-même ce qu'il convient de faire. Vous avez peut-être l'impression que votre homme est égoïste, et il se peut que cela soit le cas, mais vous ne pouvez assurément pas l'accuser de malhonnêteté à votre égard.

Il pourrait bien sûr arriver que son avis change... Il reverra peut-être ses priorités en réalisant votre peine, mais il ne faut jamais compter sur cette option, car ce n'est qu'une hypothèse.

Il est également possible qu'après une peine d'amour, vous rencontriez quelqu'un qui partage votre désir de fonder une famille.

Dans tous les cas, sachez qu'il n'est jamais, jamais, jamais recommandé de « piéger » votre homme avec un enfant qu'il ne désire pas. N'envisagez surtout pas d'oublier intentionnellement de prendre votre pilule : voilà la meilleure façon de créer un nouveau foyer brisé!

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires