Les fêtes quand on a des enfants...

Dans quelques jours, ce seront les premières Fêtes de bébé. Plutôt que de vous réjouir, cette perspective vous angoisse. La tradition veut que vous passiez près de deux semaines à visiter la parenté, manger à des heures incongrues et vous coucher beaucoup trop tard. Rien de tout cela ne convient à bébé. Vous vous demandez comment passer à travers cette période de festivités en un morceau.

L'importance de s'écouter

La meilleure façon de protéger votre poupon du stress qu'occasionne le temps des Fêtes est de vous ménager, vous. Soyez assurée que vos proches comprendront. En fait, la plupart du temps, la pression vient de nous et de notre désir de vouloir tout faire sans compromis.

Que ce soit parce qu'on ne veut pas briser la tradition ou parce qu'on veut que notre vie revienne « à la normale », cela nous coûte de refuser des invitations. Mais il faut être réaliste : cette année, vous ne pouvez tout simplement pas en faire autant que les années précédentes.

Suivez votre instinct et donnez-vous le droit de décliner les offres qui semblent de trop. Tout au long de la période des Fêtes, prenez le temps de vous arrêter pour réévaluer la situation et de vous ajuster au niveau de fatigue de bébé et du reste de la maisonnée.

Des invitations triées sur le volet

Première étape pour alléger l'horaire : choisissez judicieusement les fêtes auxquelles vous assisterez en prenant en considération la distance à parcourir. Ne conservez que les célébrations essentielles.

La sainte routine

Une routine bien établie peut s'avérer très rassurante et c'est souvent quand on la bouleverse qu'on se rend compte à quel point bébé y tient. On essaie donc, autant que possible, de conserver les routines, surtout celles entourant les siestes et le coucher du soir. On apporte dans le sac à couches doudous, toutous et veilleuse. Moins l'horaire sera bouleversé et plus bébé sera rassuré et heureux.

La visite arrive

Pourquoi ne pas changer un peu la tradition et inviter la famille chez vous cette année? Vous aurez l'avantage de choisir la formule et l'horaire qui vous convient, et ce, sans trop bouleverser les habitudes de bébé.

On recommande chaudement d'adopter la formule du repas collectif, où chacun apporte un plat. Pour les amis, on les invite à venir faire un tour lors de votre journée « porte ouverte ». On propose une plage horaire claire, préférablement entre les repas, comme ça on peut se contenter d'offrir des trucs à grignoter, sans plus de formalité.

Peu importe la formule choisie, demandez l'aide d'une âme charitable qui s'occupera de la logistique une fois sur place, vous laissant libre d'aller allaiter ou de coucher bébé quand le temps sera venu.

On limite les contacts

Oui, bébé sera exposé à une quantité importante de germes et de microbes. Cela fait partie de la vie et on ne s'empêche surtout pas de sortir pour cette raison. On doit limiter les contacts pour ne pas surstimuler bébé et le rendre à bout de nerfs. Il n'est pas habitué de se faire passer ainsi de bras en bras.

Donc, sans empêcher notre grande aïeule de bercer notre trésor, on pense à déposer bébé de temps à autre dans son siège ou sur son tapis et à l'éloigner de l'action pour lui donner une petite pause.

Si pour vous, les fêtes sont votre période préférée de l'année et que l'idée d'épurer les festivités vous attriste, n'oubliez pas que tout ceci est temporaire. L'an prochain, avec bébé en voie de devenir un bambin qui trottine, vous pourrez vous en permettre plus.

Caroline Bouffard, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi