Il n'est pas le père de mes enfants, mais veut les élever. Que faire?

De nos jours, au Québec, près d'une union sur deux se solde par un échec. Ainsi, les enfants doivent souvent apprendre à vivre avec un seul parent la majorité du temps, ou à se partager entre deux foyers. Par contre, il est bien rare que les conjoints séparés restent célibataires très longtemps... et les jeunes sont ainsi tenus d'accepter dans leur entourage les nouveaux conjoints de leurs parents. Tout dépendamment des situations, cette transition peut se faire en douceur... ou pas!

De plus, il est assez fréquent que le nouvel amoureux de maman prenne son rôle de « beau-père » très au sérieux et veuille, au pire, refaire complètement l'éducation des enfants, et au mieux, s'impliquer un peu trop activement... Que penser de cela? Et surtout, que faire dans ce cas?

L'importance de la communication

Vos besoins

Avant même de décider de vivre ensemble, il est nécessaire de faire part de vos besoins réels au nouveau conjoint. Si l'image que nous lui renvoyons est celle d'une pauvre femme éplorée qui cherche un père pour ses enfants, sa réponse viendra en conséquence. L'homme en question pourrait ainsi s'enfuir à toute vitesse... ou bien sauter sur l'occasion d'avoir enfin la famille dont il rêve!

Les responsabilités de chacun

Évidemment, vous devez aborder le sujet des enfants dès les premiers moments de votre relation, car ils font partie du décor, ils sont au coeur de la dynamique familiale. Ensuite, il convient d'instaurer des rôles qui reviennent à chaque personne. De la même façon que les tâches ménagères et la participation financière, la responsabilité de chacun dans l'éducation des enfants doit être discutée.

Si vous souhaitez que votre nouveau conjoint ne s'implique pas du tout, il doit le savoir... Et si vous aimeriez un coup de pouce à l'occasion, il serait bon qu'il soit au courant!

Mettre des limites claires

Quelle que soit votre vision de la famille recomposée, le nouveau conjoint doit savoir « à quoi s'attendre » avant d'embarquer. Et si vous remarquez un excès de zèle de sa part, il faut absolument l'en avertir.

Affirmer vos règles d'éducation

Dans un couple, chaque personne a un arrière-plan différent et une idée très personnelle de la discipline. Votre nouveau conjoint doit être parfaitement au fait des méthodes d'éducation que vous privilégiez et des valeurs que vous choisissez d'inculquer à votre progéniture. Sa participation ne devrait être acceptée et encouragée que lorsqu'elle tient compte de votre opinion.

S'il pense, par exemple, qu'un enfant ne doit pas être autorisé à regarder la télévision pendant la semaine, c'est son droit... mais si vous avez toujours accepté que vos enfants écoutent les dessins animés en revenant de l'école, il n'y a aucune raison pour que cela change! Vous pourrez parler de cette divergence d'opinions et trouver un compromis le jour ou vous aurez un enfant ensemble... Et jusqu'à ce jour, le sujet devrait tout simplement être clos.

Le rôle du nouveau conjoint en est un de guide, d'ami, de conseiller, mais pas de chef de famille qui décide et organise tout. Il doit se plier aux règles et habitudes déjà existantes.

La place de l'ex-conjoint

Il faut particulièrement faire comprendre à votre nouveau compagnon qu'il n'a aucun droit de remplacer le vrai père de vos enfants. Ces derniers ont déjà deux parents et n'en ont pas besoin d'un troisième.

Évidemment, il arrive parfois que l'ancien conjoint soit totalement absent de la vie des enfants, soit par désintérêt ou en cas de problème particulier (garde exclusive, départ à l'étranger, etc.). Ce cas de figure est un peu différent. Il peut être possible (voire souhaitable, selon les situations) d'accorder une place un peu plus importante au nouveau conjoint, tout en lui exprimant explicitement qu'il n'est pas pour autant devenu le père de vos enfants.

Chaque situation est bien sûr unique, mais votre ex doit être rassuré quant à l'importance qu'il tient aux yeux de ses enfants. Ce n'est pas parce que votre histoire d'amour est finie que son rôle de père ne l'est plus.

L'attitude des enfants

La réaction des jeunes dépend avant tout de leur âge

Des enfants très jeunes auront généralement peu de difficultés à accepter un nouveau conjoint, et tout ce qui vient avec (remontrances, câlins, etc.). Par contre, les ados et préados ont généralement des réactions imprévisibles et peuvent se montrer méchants et agressifs envers le nouveau conjoint. Il faut les comprendre, mais pas pour autant leur permettre de manquer de respect à votre amoureux. Vous ne pouvez bien sûr pas les obliger à apprécier et aimer le nouvel homme de votre vie, mais au moins leur apprendre que le respect de chacun est une valeur importante dans la vie

En conclusion...

La vie est faite d'étapes, certaines plus faciles que les autres. La séparation et l'arrivée d'un nouveau conjoint ne se font pas toujours facilement pour vos enfants. Il faut donc faire preuve de patience et ne pas s'attendre à ce que la situation soit idyllique en à peine quelques semaines. Il faut du temps pour s'habituer les uns aux autres et mettre en place une nouvelle dynamique familiale qui respecte les attentes et les besoins de chaque personne. Et cela ne sera possible que si vous prenez le temps de discuter et d'aborder, calmement, ces sujets qui vous tiennent à coeur.

En bref, n'acceptez pas tout de votre nouveau conjoint, mais ne rejetez pas non plus en bloc ses suggestions. Il a une vision extérieure de la situation et son avis n'est peut-être pas toujours mauvais...

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires