Être ami avec son enfant sur Facebook

Les médias sociaux sont devenus un véritable phénomène de société et pour beaucoup, ils représentent le moyen le plus utilisé de communiquer. Aujourd’hui, presque tout le monde a un compte Facebook, même si l’âge légal pour ouvrir un compte est 13 ans… Les préados sont pourtant de plus en plus nombreux sur FB et ils mentent allègrement sur leur âge, avec la permission des parents, le plus souvent.

En tant que parents, nous avons parfois tendance à vouloir protéger et/ou surveiller nos enfants lorsqu’ils naviguent sur Internet et être admis dans leur communauté FB peut sembler un bon moyen, mais est-ce vraiment une bonne idée? Quels sont les avantages et les inconvénients d’une telle action? Et surtout, quels sont les comportements en ligne que nous devrions adopter ou éviter?

Les avantages

Évidemment, le plus gros avantage d’être ami avec ses enfants sur les réseaux sociaux, c’est que cela permet aux parents de les surveiller discrètement, de loin. D’ailleurs, un récent sondage a mis en lumière que presque la moitié des parents font partie du réseau d’amis de leurs jeunes.

Lorsque les enfants grandissent, ils ont moins tendance à parler, à raconter leurs journées et leurs occupations, à évoquer leurs amis et ce qui se passe dans la cour d’école. Avoir accès au « mur » de nos enfants permet donc de connaître les évènements marquants de leur vie sociale, de voir qui ils fréquentent, de contrôler les photos et les informations qu’ils publient aux yeux de toute la toile.

Avec la recrudescence de la cyber intimidation et des problèmes de pédophilie virtuelle, il est important de savoir que nos enfants ont compris les règles de sécurité de base sur Internet et qu’ils ne dévoilent pas de choses trop personnelles au vu et au su de tout le monde.

Les inconvénients

Malgré ces raisons apparemment louables, il existe aussi plusieurs inconvénients à être l’ami de nos enfants sur FB. Et le tout premier concerne justement ce terme « ami. » Même si nous essayons de développer une relation ouverte et de confiance avec nos jeunes, nous ne sommes pas leurs amis, nous sommes leurs parents. Nous devons jouer dans leur vie un rôle d’éducateur et de guide, les préparer pour l’avenir. L’amitié peut bien sûr faire partie de l’équation, mais elle ne doit pas être le fondement de la relation parents-enfants. La limite entre ce qui est permis et ce qui ne l’est pas devient alors floue et les jeunes ne savent plus vers qui se tourner en cas de besoin.

De plus, à l’âge où ils essaient de développer leur autonomie et leur personnalité propre, les jeunes pourraient se sentir offusqués de votre présence sur leur page FB. Ils ont besoin d’intimité et d’une certaine vie privée, ce qui devient difficile lorsque maman et papa commentent toutes leurs publications ou leurs photos.

Alors, oui ou non?

Chaque famille a des valeurs différentes et aborde cette situation différemment :

  • Certains parents s’opposent à ce que leurs jeunes créent un compte FB avant l’âge autorisé, mais lorsqu’ils atteignent 13 ans, ils leur donnent un petit cours sur la sécurité Internet et les laissent ensuite libres de naviguer au gré de leurs envies.

  • D’autres acceptent que leurs préados soient sur la toile, à condition de pouvoir les surveiller selon leur bon vouloir.

  • D’autres encore choisissent d’être des amis inactifs, c'est-à-dire qu’ils sont bien présents dans le réseau de leurs enfants, mais ne se permettent jamais de commentaires : ils se contentent d’observer de loin, de regarder les « posts » passer pour s’assurer que tout est sécuritaire.

Aucune solution n’est meilleure que l’autre. Il s’agit de trouver ce qui vous convient et vous semble acceptable selon votre propre système de valeurs familiales. Quelle que soit votre décision, abordez toutefois avec eux le sujet de la sécurité sur Internet . Apprenez-leur à ne jamais diffuser d’informations personnelles (adresse, numéro de téléphone, etc.)

Les mises en garde

Une chose est certaine, les jeunes d’aujourd’hui s’y connaissent très bien en informatique et si vous les dérangez, ils n’hésiteront pas à créer un nouveau conte à votre insu, pour y dévoiler toutes ces choses qu’ils ne veulent pas que vous sachiez. Mais si vous décidez de leur envoyer une demande d’amitié (ou d’accepter la leur), il y a quelques points que vous devriez garder en mémoire :

  • Ne pas « aimer » chacune de leurs publications.
  • Ne pas demander leurs amis en amis (mais vous pouvez toujours accepter leur demande, s’il y a lieu).
  • Ne pas commenter chaque action, au risque de devenir envahissant!
  • Si on a des reproches ou des critiques, les faire de vive voix à la maison, pas aux yeux de tous ses amis.
  • Faire attention à ce qu'on publie sur leur mur pour ne pas leur faire honte : une photo d’eux bébé, tout nu, ce n’est pas une bonne idée!
  • Utiliser la fonction « message privé » pour leur parler de sujets privés.

Et puis, les mises en garde ne sont pas destinées qu’à préserver l’intimité des enfants : la vôtre aussi est en jeu! Faites attention à ce que vous publiez… ou bloquez-les pour certaines publications. Par exemple, celle qui montre les photos de votre party de Noël de bureau, ou encore lorsque vous êtes tellement épuisé que vous affichez comme statut « Marre des enfants, je veux des vacances! »

Pour finir, n’oubliez pas que les ados ont toujours eu besoin d’un jardin secret, c’est comme ça qu’ils apprennent à se connaître et à devenir des adultes responsables. Même si vous avez du mal à les voir grandir et à ne plus être leurs premiers confidents, sachez que si vous créez un réel lien de confiance entre vous et eux (avec ou sans FB), ils se tourneront vers vous lorsque surviendront des situations importantes.

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie
 

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires