Comment faciliter le déménagement pour les enfants?

Petite famille en plein déménagement

Déménager est une moment stressant pour toute la famille. Il est important de bien préparer nos enfants à ce branle-bas de combat afin que tout se passe bien. Que les circonstances entourant le déménagement soient heureuses ou non, l'enfant vit une perte de contrôle sur sa vie et de grands changements. Comment gérer les hauts et les bas d'un tel déracinement sans trop de bris? Voici nous conseils pour un déménagement le plus harmonieux possible.

Parler du déménagement avec notre enfant

Le plus tôt possible, parlez du déménagement qui s'en vient et expliquez à votre enfant ce que ça comporte. Les enfants ont besoin d'un certain temps pour assimiler de l'information et poser les questions qui les chicotent. Si la réaction est négative, essayez de comprendre ce qui lui fait peur.

Comment les enfants réagiront-ils?

Les réactions d'un enfant à un changement peuvent dépendre de plusieurs facteurs :

  • la nature du changement;
  • sa capacité d'adaptation;
  • sa capacité de gestion du stress et des émotions;
  • son tempérament;
  • la qualité de sa relation d'attachement avec ses parents;
  • les efforts que les parents déploieront pour être à l'écoute de l'enfant et l'aider à s'adapter.

De quelle façon votre enfant a-t-il réagi aux autres changements qu'il a dû vivre dans sa vie jusqu'à maintenant? Par exemple, comment a-t-il réagi lorsqu'il est passé de l'allaitement ou du biberon à la nourriture solide, lorsque vous lui présentez de nouveaux aliments, lorsqu'il rencontre de nouvelles personnes, lorsqu'elle a intégré sa première garderie à la fin de votre congé de maternité? Et lorsqu'un changement l'inquiète, réagit-il positivement à vos tentatives pour le rassurer? Vos réponses à ces questions pourraient vous donner une bonne idée de sa réaction lors du déménagement.

Pour les tout-petits...

Pour les bébés et les tout-petits, les parents sont plus importants que l'environnement. Leur réaction au changement de logis sera probablement minime. Ils réagiront cependant à votre stress. Les bambins ont un certain attachement pour des objets, des odeurs, des couleurs. On essaie donc de minimiser le stress en ne changeant pas trop la décoration de leur chambre et en conservant oreiller, douillette, doudou et toutous.

Les enfants d'âge scolaire et les adolescents

Ce sont les 7-12 ans qui réagissent habituellement le plus fort. Ils ont un réseau d'amis, ils sont attachés à eux. Ils auront peur de perdre ces liens à jamais et de ne plus se faire d'amis. On les rassure qu'on pourra garder contact avec les copains d'une manière ou d'une autre. On note adresses postales, numéros de téléphone et adresses courriel dans un beau cahier pour notre enfant. On peut personnaliser chaque page en y ajoutant la photo de l'ami en question.

Les adolescents manifesteront leur désaccord ou critiqueront la nouvelle destination prévue. Toutefois, le côté aventure de ce changement risque de finir par les stimuler. Et, à leur âge, il est plus facile de se déplacer pour visiter leurs amis.

Quelques pistes de solutions...

Selon l'âge et la personnalité de votre enfant, différentes options s'offrent à vous pour l'aider à traverser cette période de changements.

La bibliothérapie pour les tout-petits

La bibliothérapie est une bonne façon de préparer un enfant en bas âge à un événement qui s'en vient, ou encore de l'aider à s'adapter à un événement qui vient de survenir. Il s'agit de lui lire une histoire dans laquelle un personnage vit une situation similaire à la sienne. Habituellement, l'histoire a un dénouement positif afin d'aider l'enfant à dédramatiser la situation. Voici quelques suggestions de lecture sur le sujet du déménagement:

Je ne veux pas changer de maison!
Tony, Ross
Paris : Gallimard, 2006. 24 p. (Album Gallimard)

Oscar déménage
3 ans+
De Lasa, Catherine
Fribourg : Calligram, 1998. 25 p. (Oscar)

Tom déménage
3 ans+
Le Masne, Christophe
Paris : Mango Jeunesse, 1997. 24 p. (Tom)

N'hésitez pas à demander des conseils à votre libraire qui pourra vous recommander des ouvrages adaptés aux besoins de votre enfant.

Validez ses émotions

Il est important  de ne pas le confronter s'il vous dit qu'il ne veut pas déménager. Souvent, quand les enfants réagissent ainsi et que les parents souhaitent de tout leur coeur qu'ils réussissent à s'adapter, ils ont tendance à tenter de les convaincre des aspects positifs du changement.

Il vaut mieux simplement se montrer à l'écoute de l'enfant en validant ses émotions : « tu sais, je te comprends... c'est normal d'avoir peur du changement, de préférer ton ancienne maison à la nouvelle ». Le simple fait de se sentir compris et écouté apaisera l'enfant. Ensuite, c'est le temps qui lui permettra de faire le deuil de son ancienne maison et de découvrir peu à peu les avantages de sa nouvelle vie.

À la découverte du nouveau milieu de vie

Organisez une sortie en famille pour visiter le quartier. Planifiez cette sortie préférablement un samedi matin ensoleillé afin de voir votre nouvelle rue s'animer. Garez l'automobile et marchez pour avoir l'impression d'y vivre déjà. Si vous en avez la chance, faites-leur visiter leur nouvel appartement ou leur nouvelle maison. Terminez cette randonnée par un lunch dans un restaurant susceptible de plaire aux enfants. Il ne s'agit pas de tricher avec une fausse représentation du nouvel environnement. C'est plutôt une mise en scène avantageuse d'une future réalité. Cela vous aidera à court terme.

Pour les plus petits, il sera important de leur faire rencontrer leur nouvelle gardienne ou de leur montrer leur nouvelle garderie. Si l'éducatrice se montre ouverte à l'idée, vous pourriez peut-être faire quelques courtes visites (une dizaine de minutes) avant le déménagement, afin que l'enfant fasse connaissance avec elle et avec les amis. Vous pourriez aussi demander à l'éducatrice à quelle heure de la journée le groupe se rend au parc afin de vous y rendre en même temps à quelques reprises avant le déménagement.

Une boîte à souvenirs

Si votre enfant a peur de s'ennuyer de son ancienne maison, de son ancienne garderie et de ses amis, vous pourriez lui préparer une petite boîte à souvenirs avec des photos de sa chambre, de la salle de jeu, de la cuisine, des amis de la garderie et avec des petits objets qui lui rappelleront son ancien milieu de vie.

On donne l'exemple

Soyez positif. L'enfant entend ce que vous dites, mais perçoit également ce que vous ressentez. Faites-vous rassurant, répondez à ses questions, expliquez-lui ce qui va se passer, même si c'est la centième fois qu'il pose la question.

Planifier le déménagement

Une fois que l'annonce du déménagement est faite, il est temps de passer en mode action! Pour que tout se déroule sans heurts, l'organisation est la clé.

Faites-le participer

Selon l'âge de l'enfant, impliquez-le dans le processus : que ce soit pour faire des boîtes ou choisir des éléments de la décoration de sa future chambre. Il sentira qu'il a son mot à dire et cela le rassurera.

L'inventaire

Mobilisez toute la famille pour faire un inventaire. On parle ici d'un survol de tous vos biens, particulièrement ceux de la remise, du garage ou du sous-sol. Tout le monde prendra conscience de l'ampleur du travail à accomplir, mais aussi de toutes les choses inutiles que l'on garde sous la poussière, au cas où.

Ce travail tourne bien souvent à la rigolade compte tenu des horreurs que vous découvrirez. Il permettra à tout le monde d'assumer, sans s'en rendre compte, le déménagement à venir.

Le tri

Responsabilisez chacun des membres de la famille pour assembler des objets (vêtements, jouets, vieux appareils électroniques, meubles, articles de cuisine ou autres) pouvant encore servir à ceux qui sont dans le besoin. Demandez aux enfants de faire le tri et de regrouper les items ensemble pour mieux préparer vos dons.

Votre stress diminuera de beaucoup en voyant disparaître les piles de magazines datant d'une autre décennie ou les sacs de hockey de la période pee-wee, alors que vos grands adolescents sont maintenant rendus au cégep.

Le don

Allez porter en famille tout ce dont vous n'avez plus besoin à des organismes près de chez vous. Vous ferez des heureux.

L'équipement

Ramassez à l'avance des boîtes de carton (pas trop grosses) ou achetez-les dans une cartonnerie. Procurez-vous plusieurs gros marqueurs pour les identifier et indiquer les pièces où elles iront sans oublier d'inscrire « fragile » le cas échéant.

L'utilisation de valises et de coffres pour les vêtements, draps et couvertures est idéale.

Un premier emballage

Environ un mois avant la date prévue, dégagez un coin du logis ou de la maison où les boîtes s'empileront, une fois clairement identifiées... chambre de Justin ou Raphaëlle, etc.

Commencez par empaqueter tous les effets (vêtements, jouets, articles) de la saison passée dont vous n'aurez pas besoin avant plusieurs mois.

Fixez une demi-journée pour cette activité avec, comme récompense pour tout le monde, pizza, croustilles et films en famille. Un avant-goût de la journée fatidique.

Emballez toute votre vaisselle des grandes occasions à l'avance pour ne garder que le minimum vital pour les derniers jours. Vous pouvez utiliser serviettes, nappes, linges à vaisselle, essuie-tout ou papier bulle pour l'envelopper et la protéger.

Un petit truc : Placez vos assiettes debout dans les boîtes (comme dans le lave-vaisselle) et non empilées les unes sur les autres. De cette façon, il y a moins de risque de les briser.

Démontage

Pour donner aux enfants le plaisir de camper, démontez les meubles et les lits une semaine à l'avance. Rien de plus amusant que de dormir sur un matelas posé par terre, avec les sacs de couchage. Ainsi, vous pourrez utiliser draps et couverture pour sécuriser vos objets fragiles dans les boîtes. Effectuez les plus gros travaux d'avance afin de diminuer le stress de dernière minute.

Les boîtes d'urgence

Finalement, préparez les boîtes d'urgence : une trousse de premiers soins et médicaments, les papiers mouchoirs et de toilettes, une boîte pour le nettoyage de dernière minute, le nécessaire pour le bébé s'il y a lieu, les iPod pour les ados, quelques jouets et surtout, de l'eau, des breuvages froids, et une glacière bien remplie pour un lunch rapide et les fringales de la journée.

La sacro-sainte routine

Dans la mesure du possible, essayez de respecter la routine dans les jours qui entourent le déménagement : repas, bains, dodos. Votre enfant verra que la terre ne s'est pas arrêtée de tourner et que la vie continue. Il retrouvera ses repaires et retombera plus vite sur ses pattes.

Le jour du déménagement

Responsabilisez chacun des membres de la famille à diverses tâches, la plus importante sera de diriger les déménageurs avec les meubles et les boîtes dans les bons appartements.

Si vous avez de jeunes enfants, prévoyez les faire garder une partie de la journée du déménagement. Sinon, pensez d'avance aux tâches auxquelles votre enfant pourra participer.

Préparez une glacière avec ce qu'il faut pour les collations et ayez à portée de main une petite trousse de dépannage : papier hygiénique, rechange de vêtements, articles de premiers soins, jouets, doudous.

Les jours suivants, chacun des membres de la famille apprivoisera son nouvel espace et partira à l'aventure dans les rues avoisinantes. Une nouvelle vie s'amorcera en douceur.

Des réactions normales

Même si vous avez tout fait pour épargner les nerfs de votre enfant, il y a fort à parier qu'il réagira quand même à ce changement. Les réactions possibles sont multiples. En voici quelques-unes parmi les plus fréquentes :

  • manque d'appétit
  • troubles de sommeil (réveils fréquents, cauchemars)
  • régression (langage, propreté, autonomie)
  • changement de tempérament.

Il faut donc faire preuve de patience et de compréhension, et ce, même si on est nous-mêmes un peu à bout de nerfs. Même si le jour J est passé, le travail d'adaptation, lui, se poursuit. Continuez de parler à votre enfant, écoutez ses craintes et rassurez-le.

Cela dit, les enfants sont des experts en adaptation. Vous verrez que, rapidement, vous envierez la vitesse avec laquelle il adopte son nouveau foyer, prend ses aises et s'approprie son territoire.

Gilles Lapointe, rédacteur Canal Vie

Vous aimerez aussi