Comment aider son jeune à trouver son orientation scolaire?

Dès la fin du secondaire 4, les adolescents doivent déjà penser à leur choix de carrière. Et pourtant, une très faible proportion des jeunes de 16 ans ont une idée claire de la profession qu’ils aimeraient exercer. En tant que parents, comment pouvons-nous les aider à faire de bons choix pour leur avenir?

Les choix disponibles

La première chose à faire si vous souhaitez aider votre ado dans son choix de carrière consiste bien évidemment à vous familiariser avec les choix disponibles. À partir de la 4e secondaire, les jeunes doivent effectuer leur choix de cours pour leur dernière année de secondaire en fonction de leurs intérêts et résultats disciplinaires. Il peut sembler bien réducteur qu’un certain cours puisse ou non permettre la poursuite des études supérieures et/ou universitaires, mais c’est pourtant le cas.

Afin de mieux comprendre le système scolaire, des brochures sont souvent distribuées par les établissements, mais il existe aussi d’autres ressources, comme cet excellent site Internet qui pourra vous aider durant tout le cheminement de votre enfant au secondaire :

Globalement, les options qui s’offrent aux jeunes sont :

  • La formation professionnelle DEP, accessible dans certains cas dès la 3e secondaire.

  • La formation passerelle DEP-DEC qui permet, après l’obtention du diplôme professionnel choisi, de poursuivre au collégial si le jeune le souhaite.

  • La 5e secondaire traditionnelle, avec plusieurs options disponibles, comme la chimie, la physique, les mathématiques ou toute une flopée d’options artistiques et sportives selon les établissements. Ce cursus permet de continuer ensuite vers l’enseignement collégial général ou technique.

Tenir compte des préférences de votre ado

Évidemment, ce n’est pas tout de vous dire que « les sciences, c’est ce qu’il y a de mieux! » Même s’il est vrai que certains programmes ne sont ouverts qu’aux élèves qui ont passé avec succès les cours de sciences du 5e secondaire, ce ne sont pas tous les jeunes qui souhaitent poursuivre leurs études dans l’un de ces domaines contingentés.

Si votre jeune exprime depuis toujours une nette préférence pour toutes les matières littéraires et de sciences humaines, il y a de fortes chances que son choix de carrière sera lui aussi orienté dans ce domaine, alors, à quoi lui servirait-il de se tuer à la tâche avec les mathématiques qu’il abhorre, puisqu’il n’en aura même pas besoin? Pire, de mauvais résultats dans une matière pourtant non requise pour son programme pourraient faire baisser sa moyenne générale et lui en fermer l’accès.

Même si votre enfant n’est pas encore certain de ce qu’il aimerait faire plus tard, il en a sûrement déjà une idée, aussi floue soit-elle. Parlez-en avec lui afin de l’aider dans ses choix. Les options de cours qu’il devrait choisir ne seront pas les mêmes s’il se passionne pour la programmation informatique, la menuiserie ou la philosophie.

Les questions à poser

Si votre enfant semble lui-même perdu dans tous ces choix qui se présentent à lui, il y a quelques questions qui devraient l’aider à y voir un peu plus clair. Demandez-lui :

  • Quels sont les sujets qui le passionnent, qui le font vibrer?

  • Est-ce qu’il aime étudier, est-ce qu’il se voit encore plusieurs années sur les bancs, ou est-ce qu’il souhaite juste en finir le plus vite possible?

  • Parmi les 5 domaines suivants, lequel se rapproche le plus de ses intérêts :

                    1- Les êtres vivants, incluant plantes, animaux, humains, etc.

                    2 - Les matières

                    3 - La société en général (sciences humaines, éducation, etc.)

                    4 - La gestion et les techniques de pointes

                    5 - Les arts et cultures

  • S’il a déjà une idée bien arrêtée de sa profession de rêve, aidez-le à en apprendre encore plus à ce sujet, à en connaître tous les aspects, les avantages et les inconvénients.

  • Si vous voyez qu’il a des aptitudes spécifiques, vous pouvez aussi l’enligner en lui suggérant des choix de métiers. Par exemple, s’il a une excellente mémoire et qu’il a une facilité pour les langues, des études en traduction pourraient être une option. S’il est créatif, adore les films et s’amuse souvent sur Internet à faire des montages photo, vidéo ou du stop motion, peut-être aurait-il envie de se diriger en cinéma ou en animation vidéo.

Les erreurs à ne pas faire

De nombreux parents, même s’ils souhaitent le meilleur pour leurs jeunes, ne s’y prennent pas de la bonne manière. Ils ont tendance à oublier que cet ado a des talents, des goûts et des limites qui lui sont propres. Ainsi, il faut à tout prix :

  • Éviter de projeter sur votre enfant vos propres désirs. Les passions que vous aviez dans votre jeunesse ne sont pas les siennes.

  • Éviter de choisir à sa place, parce que vous êtes certain qu’il a les qualités requises pour telle ou telle profession. Peut-être avez-vous raison, mais le choix doit être le sien. Lui suggérer oui, choisir à sa place, non.

  • Ne pas rejeter ses idées et ses rêves, même s’ils vous semblent illusoires (ce qui est souvent le cas lorsque des jeunes souhaitent s’orienter dans le milieu artistique.)

  • Vous montrer intraitable sur la poursuite d’études supérieures : tout le monde n’est pas fait pour aller à l’université. Si votre jeune, même avec des bons résultats, sait d’avance qu’il préfère s’orienter vers un travail manuel, ce n’est pas lui rendre service que le pousser à tout prix dans une autre direction. C’est le meilleur moyen de le voir abandonner en cours de route… sans avoir une profession!

Consulter un professionnel

Si tout le processus d’orientation vous semble, à vous et à votre ado, un peu trop compliqué, n’hésitez pas à demander l’aide d’un intervenant professionnel. Il y a toujours les conseillers d’orientation des établissements scolaires, mais aussi des intervenants au privé qui pourraient vous aider dans cette démarche, grâce à divers tests d’intérêts et de personnalité.

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires