Récompenses et réprimandes pour le chien

Pour entretenir une relation harmonieuse avec votre animal de compagnie, ce dernier doit absolument savoir qui est le maître, et connaître les comportements qui sont adéquats en toutes situations ainsi que ceux qui sont inacceptables. Bien sûr, Pitou ne connaît pas d’instinct ce qui est convenable dans une famille humaine, et il faut donc l’éduquer et le dresser. Pour cela, il est important d’instaurer un système de récompenses et de réprimandes clair que votre chien comprendra facilement.

Quelles récompenses?

Bien souvent, les nouveaux maîtres de chiens pensent que la seule forme de récompense comprise par leur animal est la nourriture ou les gâteries. Il est évident que Pitou adore se faire donner des « nananes », mais il en existe d’autres moyens de lui transmettre votre approbation… ou son contraire. D’ailleurs, il n’est pas recommandé de baser les apprentissages de votre animal seulement sur la nourriture, car il pourrait alors ne répondre qu’à cette motivation, ce qui n’est pas l’idéal. En effet, que feriez-vous le jour où vous n’auriez aucun biscuit dans vos poches? Il faut donc inclure, en plus des gâteries :

  • Des caresses;
  • Des encouragements vocaux enthousiastes : Bravo! C’est bien! Bon chien!;
  • Des encouragements non verbaux : sourires, câlins, etc.;
  • Des séances de jeux;
  • De nouveaux jouets à l’occasion (ou la permission de jouer avec son jouet préféré une fois la séance de dressage terminée);
  • De l’attention.

Personne ne peut le nier, ce sont les friandises que votre chien comprend le mieux. Toutefois, si vous les accompagnez systématiquement de caresses et d’encouragements physiques, il sera possible, après un certain temps, de les espacer graduellement, jusqu’à ne plus en avoir besoin du tout. De plus, la taille de la gâterie n’a absolument aucune importance. Une demi-croquette ordinaire (ou même ¼) est suffisante, et il n’est donc pas nécessaire d’investir dans des bouchées hors de prix ou de vous inquiéter de son apport alimentaire en période de dressage.

Quelles réprimandes?

Lorsqu’on parle de punitions ou de réprimandes, il faut à tout prix écarter ce qui ressemble de près ou de loin à de la violence physique ou verbale. La violence sous toutes ses formes ne permettra pas à votre chien de comprendre que son comportement est inadéquat. Certains maîtres affirment que cette manière fonctionne, mais elle sert surtout à créer de la peur chez l’animal. Lorsqu’il a peur au quotidien, le chien peut développer plusieurs problèmes de comportements comme s’enfuir ou devenir agressif.

De plus, les punitions doivent être exceptionnelles, et toujours données au bon moment. Par exemple, on ne punit pas un chiot (par exemple, en lui mettant le nez dans son urine ou ses selles) si on remarque un dégât dans un coin de la maison. Il ne comprendra pas que ce qu’il a fait n’est pas convenable pour vous. Bien sûr, il va comprendre que vous êtes fâché, mais sans savoir pourquoi. Du coup, le but ne sera pas atteint, et il risquera de recommencer la même action. Dans ce cas précis, on ne peut réprimander le chien que si on le surprend « en flagrant délit », et la réprimande adéquate consiste généralement à prononcer un « NON » très ferme. Votre animal comprendra, à votre ton de voix, que c’est cette action précise que vous n’aimez pas, et l’évitera à l’avenir; cela peut prendre quelques jours ou quelques semaines, mais le résultat viendra!

Les réprimandes acceptables sont :

  • Lui dire non sèchement, au moment de la bêtise;
  • L’ignorer totalement pendant une dizaine de minutes (pas de regards, caresses, etc.);
  • L’amener à son panier, sa niche, sa cage ou dans une pièce, et l’isoler quelques minutes, sans lui parler ni répondre à ses gémissements.

Dans tous les cas, il ne faut jamais battre son chien, lui crier après pendant de longues minutes, l’attacher ou l’enfermer dans sa cage. Il faut aussi éviter de le cajoler et le câliner juste après une réprimande, car cela la rendrait totalement inutile et inefficace. Votre animal doit comprendre que son comportement vous a déplu, et c’est en l’ignorant, après la bêtise et la chicane, qu’il le comprendra le mieux

Mon chien ne me comprend pas

Le plus important, c’est que votre chien comprenne, grâce à votre comportement verbal et non verbal, que vous êtes très content de lui, au moment précis où il accomplit une action. En effet, il souhaite tellement vous plaire et vous faire plaisir qu’il répétera ensuite cette action à la demande parce qu’il aura compris que cela vous rend heureux.

Il ne sert à rien d’utiliser de longs discours ou des phrases à la syntaxe compliquée. Il peut vous comprendre très facilement, à force de patience et de constance, si vous utilisez des mots uniques simples : oui, non, assis, couché, au pied, rapporte, donne, etc.

De plus, pour chacun des ordres que vous enseignez à votre chien, il vous faut de la patience. Notre langage humain ne signifie rien pour lui, et il a besoin que nous lui montrions précisément, au moyen de répétitions et de récompenses, ce que nous attendons de lui. Pour chaque ordre ou tour que vous souhaitez lui apprendre, il y aura un déclic à un moment donné, mais il faut y mettre le temps nécessaire, lequel diffère selon le chien.

L’importance de la constance

Pour terminer, il faut aussi préciser qu’il est essentiel d’être constant avec son animal de compagnie. On ne peut pas attendre de son chien qu’il ne monte pas sur les divans, par exemple, lorsque des invités sont présents, si on l’y autorise le reste du temps. Ou qu’il saute sur les adultes qui entrent chez vous pour leur faire la fête, mais pas sur les enfants. Les règles doivent être les mêmes en toutes circonstances. Si vous les changez, il ne saura pas pourquoi vous le chicanez parfois et pas d’autres fois, et il sera juste mélangé!

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires