Mon chien est malade en voiture

Quand vous avez adopté ce mignon petit chien, vous avez sans doute mûrement réfléchi à tout ce que cela impliquait pour les années à venir… sauf peut-être au fait que Pitou allait avoir le mal des transports. Sur le chemin du retour, après l’adoption, vous avez peut-être mis ses malaises sur le compte du stress de se retrouver en compagnie d’une famille qu’il ne connaissait pas, mais les semaines ont passé, et rien n’a changé; votre nouvel ami semble ne pas supporter les promenades en voiture. Que faire?

Les raisons du mal des transports chez le chien

Comme chez l’humain, les malaises liés aux transports chez le chien proviennent d’un trouble dans l’oreille interne. C’est d’ailleurs plus fréquent chez les chiots, car la structure interne de leurs oreilles peut ne pas être complètement développée et mature.

Dans une majorité de cas, les choses s’arrangent quand le chien grandit. Toutefois, les mauvaises expériences liées aux voyages en voiture peuvent être traumatisantes pour le chiot, ce qui augmente le risque de souffrir du mal des transports, même lorsque ses oreilles deviennent matures. Le mal physique devient alors plutôt un mal d’ordre psychologique parce que le chien associe des émotions négatives aux voyages en voiture. Dans sa tête de chien, il se dit : « Oups, auto! Je vais vomir! », et il s’attend tellement à cette réaction de son organisme qu’il est effectivement malade.

Les symptômes

Si votre chien est malade en voiture, vous êtes déjà au courant. Mais voici tout de même une petite liste des signes de son malaise :

  • Coulées de bave importantes : sa poitrine peut devenir complètement mouillée en quelques minutes.
  • Bâillements.
  • Plaintes et gémissements.
  • Immobilité : le chien reste prostré dans une position.
  • Stress : le chien semble avoir peur.
  • Vomissements.
  • Diarrhée.

Des trucs pour améliorer la situation

La plupart du temps, le mal des transports chez le chien disparaît une fois qu’il est considéré comme adulte, c'est-à-dire entre 12 et 18 mois, selon les races. Pour plusieurs chiens, on peut même s’attendre à une amélioration de la situation à un plus jeune âge. Mais en attendant, il est important d’habituer l’animal à circuler en voiture. Il existe plusieurs trucs, plus ou moins efficaces selon les chiens :

  • Associer le voyage en auto à une activité que le chien aime : si vous ne l’emmenez en auto que pour aller voir le vétérinaire, ce n’est pas une bonne association! Emmenez-le au parc, voir d’autres chiens, en forêt, etc. Il doit comprendre que cette chose bruyante qui bouge est parfois nécessaire pour obtenir quelque chose qu’il aime.
  • Ne pas lui donner à manger dans les 2 heures précédant le voyage : cela ne réduit pas le malaise, mais il y a moins de risque de vomissements.
  • Attacher le chien avec un harnais de sécurité qui le maintient de manière à ce qu’il puisse voir la route, ou le mettre dans sa cage pour restreindre ses mouvements et peut-être même le rassurer.
  • Lui donner un morceau de sucre avant le départ : cela diminue les nausées.
  • Rester calme afin de ne pas le stresser encore plus.
  • Ouvrir les fenêtres de la voiture : l’air frais est toujours bon en cas de nausée.
  • Sortir le chien, jouer avec lui, et le faire courir avant de prendre la voiture : il sera fatigué et s’endormira peut-être avant d’avoir des nausées.
  • Lui réserver un jouet qu’il adore uniquement pour la voiture : il sera tellement content de le retrouver qu’il en oubliera peut-être son malaise.

Apprivoiser la voiture

Lorsque rien n’y fait, il est nécessaire de dresser le chien à monter en voiture, de la même manière dont on le dresserait à s’asseoir, se coucher ou venir quand on l’appelle. Ce peut être un travail de longue haleine (plusieurs semaines), mais le jeu en vaut la chandelle. Il faut compter plusieurs étapes dont la durée varie de quelques jours à 2 semaines, suivant les chiens :

  • Ne pas le faire monter en auto pendant 1-2-3 semaines pour qu’il oublie le plus possible les mauvais souvenirs. Il n’oubliera pas complètement, bien sûr, mais l’idée est de minimiser les mauvaises associations.
  • Pendant ce « sevrage » de quelques semaines, essayer de le récompenser chaque fois qu’il s’approche de l’auto, qu’il la sent ou la regarde.
  • Ensuite, pendant environ 1 semaine, le faire monter tous les jours dans la voiture pendant quelques minutes, sans la démarrer. S’asseoir à ses côtés, le caresser, jouer avec lui, lui donner une gâterie. Continuer cette étape jusqu’à ce qu’il semble content de monter en voiture et qu’il cherche à s’en approcher par lui-même.
  • L’étape suivante consiste à monter dans l’auto et à la démarrer, mais sans avancer. Rester quelques minutes dans la voiture avec lui, puis en descendre et faire une promenade ou une autre activité que votre pitou apprécie.
  • Après, faire de très courtes distances dans la voiture : cela peut être simplement de monter et descendre votre allée, ou faire le tour du pâté de maisons. L’important, c’est que le chien ne soit pas assez longtemps en auto pour avoir des nausées. Toujours le récompenser une fois la « promenade » terminée.
  • Lorsque le chien semble rassuré, augmenter chaque jour la distance de quelques kilomètres. Attention, il est toutefois nécessaire de bien lire son langage corporel, car si le chien vomit, tout est à recommencer!

Et si ça ne s’arrange pas?

Si votre chien continue d’expérimenter des malaises en auto, parlez-en à votre vétérinaire. Plusieurs médicaments sont disponibles :

  • Du Gravol : le même que pour les humains. Il faut toutefois adapter la quantité de pilules selon la taille du chien. Votre vétérinaire vous dira quelle est la bonne dose pour le vôtre.
  • Un tranquillisant : il existe de légers tranquillisants qui aident votre chien à se détendre avant le voyage en auto. Ils sont surtout efficaces lorsque le malaise est plus d’ordre psychologique que physique. Le chien est légèrement « endormi », mais il ne vomit plus.
  • Un traitement spécialisé : on trouve aussi des médicaments spécialement destinés à traiter ce problème. Très efficaces, ils ne sont toutefois recommandés que de manière occasionnelle, lors d’un grand voyage, par exemple. Les pilules sont vendues à l’unité chez le vétérinaire et sont efficaces pendant 24 h. Par contre, il faut attendre plusieurs jours avant d’en donner une autre. C’est donc une bonne méthode pour un voyage occasionnel, mais il faut oublier les road trips!

De plus, des personnes ont remarqué que certaines méthodes naturelles sont efficaces avec leur chien. Rien ne vous empêche d’essayer : gingembre, granules homéopathiques, branches de persil accrochées à son collier, etc.

Et n’oubliez pas que, même si vous êtes à bout à force de nettoyer les dégâts dans votre auto, votre chien se sent certainement encore plus mal que vous, car en plus d’être malade, il sent bien qu’il vous « déçoit », alors qu’il voudrait tellement que vous soyez content de lui! Dans tous les cas, il faut s’armer de patience…

Bon courage!

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires