Luminothérapie : guide pour l’achat d’une lampe

La luminothérapie, de quoi s'agit-il déjà?

Humeur morose, anxiété, irritabilité, troubles de l’appétit et du sommeil, difficulté de concentration, manque d’énergie… Si ces symptômes vous sont familiers, il se pourrait que vous viviez une déprime hivernale.

Au Canada, on estime qu’une personne sur cinq serait touchée par ce type de déprime, et que 3 % d’entre elles seraient aux prises avec un trouble affectif saisonnier (TAS), une sorte de dépression.

Même si les causes exactes de ce trouble sont encore inconnues, on sait cependant que la mélatonine, aussi appelée hormone du sommeil, joue un rôle important dans son apparition.

Sécrétée principalement la nuit en réponse à une absence de lumière, elle agit comme un régulateur qui permet à notre corps de se mettre en veille. Dès le début de l’automne, quand les journées commencent à raccourcir, notre organisme a alors tendance à produire cette hormone en plus grande quantité, rendant par la même occasion nos réveils plus difficiles.

Mais heureusement, un traitement médical reconnu peut s’avérer très efficace dans la majorité des cas : la luminothérapie. Ainsi, une exposition quotidienne à une lumière artificielle imitant celle du soleil procurerait un effet bénéfique, en quelques semaines seulement. La lampe de luminothérapie, aussi appelée « lampe solaire », est l’appareil qui peut vous fournir la lumière artificielle dont vous avez besoin.

La lampe de luminothérapie

L’utilisation

Il est fortement conseillé de commencer un traitement de luminothérapie dès l’apparition des premiers symptômes, du début de l’automne jusqu’à la fin de l’hiver.

Les spécialistes préconisent également une utilisation matinale, puisqu’elle permet de stopper la production de mélatonine. Et comme il n’est pas nécessaire de regarder directement la lumière, on peut s’en servir pendant le déjeuner, en lisant le journal, ou en travaillant à l’ordinateur!

L’intensité

Il est recommandé de s’exposer à la luminothérapie d'une intensité de 10 000 lux, à une distance d’environ 40 à 50 centimètres de soi, à raison de 30 minutes par jour. Si vous optez pour une lampe de 5 000 lux, vous devrez alors doubler le temps d’utilisation.

Quant à la couleur de la lumière, il est préférable d’opter pour des ampoules blanches puisque les bleues pourraient être dommageables pour les yeux à long terme.

L’inclinaison

Il existe de nombreux modèles de lampes de luminothérapie qui permettent un accrochage mural. Néanmoins, une lampe sur pied ou munie d’un support constitue un choix plus judicieux puisque vous aurez la possibilité de l’incliner vers le bas, en imitant ainsi le soleil.

En revanche, même si la plupart des modèles en sont équipés, assurez-vous de la présence de filtres à ultraviolets qui vous protégeront des rayons UVA et UVB. 

Précautions à prendre

Dans tous les cas, il est conseillé de consulter un professionnel de la santé qui déterminera si, selon vos symptômes, la luminothérapie est appropriée. C’est sans compter que certains assureurs prennent en charge ce traitement, quand celui-ci est prescrit par un médecin, bien sûr.

Il faut également savoir que les personnes souffrant de diabète, de bipolarité ou de maladies des yeux ne peuvent cependant pas bénéficier de traitement de luminothérapie.

Les utilisateurs de médicaments et de pilules de type photosensibilisants, ou de mélatonine, doivent eux aussi consulter un médecin avant d’utiliser une lampe de luminothérapie, afin d’éviter toutes interactions qui pourraient s’avérer néfastes.

Où trouver une lampe de luminothérapie?

Toutes les pharmacies (ou presque) proposent des modèles de lampes pour la luminothérapie. Même chose pour les grands magasins comme Costco, Sears, Walmart et Canadian Tire.

Des boutiques spécialisées comme Medicus offrent également une large sélection de lampes, ainsi que d’excellents conseils sur la luminothérapie.

 

Philippine de Tinguy, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi