Dressage de base pour votre chien

Avoir un chien comme animal de compagnie apporte beaucoup de joie au quotidien, à condition de pouvoir communiquer avec lui! Le chien est un animal très attachant et intelligent, et il est possible de lui apprendre une multitude de tours. Mais avant d’en faire un champion (si c’est ce que vous souhaitez), il y a quelques commandements de base qu’il doit assimiler afin de rendre votre cohabitation plus harmonieuse. En effet, personne ne souhaite être dominé par un chien hors de contrôle. Votre animal doit savoir qui est le chef et obéir aux ordres qu’il reçoit.

Voici un aperçu des premiers commandements à lui apprendre. D’ailleurs, si vous n’avez pas d’ambitions particulières pour la « carrière » votre animal préféré, vous devriez passer avec lui des moments extraordinaires tout le temps que durera sa vie en vous contentant de lui enseigner seulement ces quelques ordres de base.

Quelle méthode utiliser?

Entrainer un chiot à obéir à des ordres demande du temps, de la disponibilité, de la patience, et beaucoup d’amour! Il existe de nombreux sites internet et vidéos réalisés par des entraineurs professionnels qui peuvent vous aider dans cette démarche. Si vous ne savez pas trop comment vous y prendre, on recommande un cours de « maternelle » pour jeunes chiens. Ces sessions de plusieurs séances sont excellentes, tant pour le chiot que pour le maître, car elles font le tour de tous les commandements de base, et vous dirigent dans les exercices spécifiques à faire à la maison pour que le chien assimile ce qu’on veut lui enseigner.

Beaucoup d’entraineurs utilisent la méthode du clicker, qui est reconnue pour être très efficace. Le clicker est un petit objet qui fait un bruit qui ne change jamais. Il est vraiment pratique, car le chien reconnaît très vite que le bruit survient quand il fait quelque chose de bien (souvent suivi d’une gâterie), et il comprend qu’il a intérêt à répéter l’action qu’il faisait au moment précis où le bruit est survenu.

Dans tous les cas, quelle que soit la méthode d’entrainement que vous choisissez pour votre chien, il ne faut jamais faire usage de violence, frapper ou pousser sèchement l’animal, le punir ou l’enfermer lorsqu’il fait une bêtise. L’utilisation de violence est en effet le meilleur moyen de créer des problèmes de comportement chez votre animal.

Son nom

Bien sûr, le nom de votre chien est la toute première chose qu’il doit connaître afin de savoir lorsque vous vous adressez à lui. Généralement, cela se fait sans aucune difficulté en quelques jours, même si le chiot que vous acquérez est très jeune. Il suffit pour cela de le lui répéter souvent, à chacun des actions ou jeux que vous faites avec lui. Même s’il ne comprend pas encore les ordres que vous lui donnez, il va rapidement reconnaître que son nom revient systématiquement chaque fois que vous lui parlez, et saura que c’est de lui qu’il s’agit. Aux alentours de 6-7 mois, il est possible qu’il ne réagisse plus lorsque vous l’appelez. Ce n’est pas parce qu’il a oublié son nom, mais parce qu’il est en pleine « crise d’adolescence », et souhaite faire ce qu’il veut. Il ne faut pas se décourager pour autant, et il faut surtout continuer à l’appeler fréquemment. Cette période ne dure normalement que quelques (intenses) semaines.

Non (ou stop)

Comme n’importe quel bébé, votre chiot souhaite toucher à tout, sauter partout et expérimenter. C’est correct jusqu’à un certain point, mais il doit tout de même savoir s’arrêter lorsque ces actions ne sont pas permises. S’il ronge les pieds de chaise, saute sur tout le monde et prend possession du divan familial, il faut lui faire comprendre que vous n’êtes pas d’accord. Un NON sec et catégorique, en haussant un peu la voix (mais sans hurler) chaque fois qu’il fait une action non désirée, suffit habituellement. S’il n’obéit pas immédiatement, aidez-le (par exemple, dites « non » en le descendant du canapé.) De plus, il est préférable, lorsque vous lui interdisez une action, de ne pas prononcer son nom pour qu’il ne fasse pas d’association négative. Préférez le « NON! » au « MÉDOR, NON! ».

Au pied

Il n’y a rien de plus désagréable qu’un chien qui tire constamment sur sa laisse, vous forçant à le retenir et à courir après lui pour ne pas tomber à la renverse. Très jeune, le chien doit apprendre à marcher en laisse à vos côtés. Pour cela, il faut l’habituer, dès le premier jour, à marcher en laisse rapprochée (les laisses qui s’étirent sur plusieurs mètres ne servent à rien dans ce cas.) Commencez par l’habituer à porter son collier et à faire de courtes marches avec vous dans la maison ou à l’extérieur. Il est beaucoup plus facile de commencer cet entrainement à l’intérieur parce que les milliers d’odeurs qui montent à son cerveau lorsqu’il est dehors peuvent rapidement le déconcentrer.

Assis

Il s’agit ici encore d’un commandement très pratique pour attirer son attention et l’empêcher de sauter sur vous ou sur vos visiteurs. Pour le chien, la position assise est naturelle, et il lui est facile de l’assimiler lorsqu’on appuie sur son postérieur en disant le commandement (et en lui offrant une gâterie lorsqu’il vous obéit).

Couché

Ce commandement s’apprend normalement lorsque le « assis » est bien compris. Les dresseurs recommandent d’ailleurs de partir de la position assise pour lui apprendre à se coucher, en tirant doucement ses pâtes vers l’avant quand on prononce le mot. Cette position doit permettre au chien de se calmer lorsqu’il est surexcité après un jeu, une visite imprévue ou une promenade, par exemple.

Tapis (ou panier)

Le chien doit aussi apprendre à relaxer tout seul sur son coussin ou dans son panier. C’est très apprécié lorsqu’on a de la visite qui n’apprécie pas particulièrement les pitous, que l’on veut cuisiner en paix, ou simplement quand on a besoin d’un peu d’intimité. Plutôt que de lui enseigner l’ordre simplement avec son coussin, il est préférable qu’il comprenne que n’importe quelle surface délimitée peut être un tapis (son lit, le paillasson d’entrée, une serviette, etc.). De cette manière, il devient possible de lui donner cet ordre même si on n’est pas à la maison.

Reste

Une fois qu’il est assis, couché, ou sur son coussin, votre chien peut croire que, vous ayant obéi, il a maintenant le droit de revenir vous voir. D’où l’importance de lui apprendre l’ordre « RESTE! » Il faut y aller de manière vraiment progressive pour qu’il comprenne cet ordre. Commencer par quelques secondes, puis augmenter petit à petit la durée, les distractions et la distance entre vous et le chien.

Viens

Apprendre le rappel à son chien est très important. Il doit absolument savoir qu’il n’a pas le choix de venir lorsque vous lui dites de venir. Encore une fois, il faut y aller progressivement pour lui faire comprendre ce commandement. On commence à la maison, puis sur de courtes distances dans une zone fermée (cour, parc à chien), ou en le tenant avec une laisse qui s’allonge. Le jeune chien est très facilement distrait lors des ballades à l’extérieur, et il est possible qu’il n’écoute pas beaucoup, du moins au début. Mais il suffit d’être vigilant et patient, et l’ordre finira par « rentrer dans sa tête » après quelques semaines d'entrainement.

Et les autres commandements?

On peut apprendre littéralement des dizaines de choses à son animal de compagnie : donner la patte, faire le mort, faire le beau, ramper, amener des objets, sauter par-dessus des objets, aboyer sur commande, sonner une cloche lorsqu’il veut sortir faire ses besoins, ranger ses jouets… Et la liste est presque infinie! Si vous en avez l’envie et la patience, ce sont des heures de jeux et de plaisir qui vous attendent, mais il est essentiel de commencer par les ordres de base. Une fois que vous pourrez communiquer de cette manière, il sera plus facile de lui apprendre d’autres tours.

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires