Choisir son cellulaire

Le téléphone cellulaire que vous utilisez depuis quelques années vient de rendre l'âme. Vous devez donc le remplacer. Mais quel appareil choisir? Quel type de couverture? Quel contrat? Et quels sont les risques d'utilisation?

Le choix de l'appareil

La première étape à franchir est de bien choisir votre téléphone en fonction de son utilisation.  Voici quelques questions qui vous guideront dans votre choix.

  • Utilisez-vous aussi une ligne filaire (domestique) ou votre téléphone portable demeure votre seul lien avec vos proches, votre travail?
  • Avez-vous vraiment besoin du téléphone dernier cri, ou un appareil moins perfectionné fera amplement le travail?
  • Avez-vous besoin d'un appareil photo « puissant »?
  • Souhaitez-vous faire de la vidéo avec votre téléphone dit intelligent?
  • Avez-vous besoin des nombreux gadgets et applications offerts?
  • Prévoyez-vous télécharger des applications?
  • Avez-vous l'intention d'utiliser votre téléphone pour lire des livres, jouer à des jeux, voire écrire des documents?
  • Votre appareil vous servira-t-il de baladeur?
  • Est-il adapté à votre main?
  • Le clavier est-il facile à utiliser?
  • L'écran est-il facile à lire?
  • La pile doit-elle être rechargée souvent?

Si vous avez répondu « oui » à plusieurs des questions précédentes, vous aurez besoin d'un appareil plus puissant. Dans le cas contraire, un appareil « bas de gamme » fera le travail.

L'utilisation du cellulaire

Une fois que vous avez choisi l'appareil qui semble vous convenir, vous devez déterminer l'utilisation que vous en ferez.

  • Vous vous en servirez sporadiquement pour garder le contact avec votre famille immédiate ou vous l'utiliserez plusieurs fois par jour?
  • Avez-vous l'intention de naviguer sur Internet, de télécharger de la musique?
  • Vous  utiliserez l'appareil durant combien de minutes par mois, pour tous vos appels sortants et entrants?
  • Votre fournisseur offre-t-il des minutes gratuites, les soirs, les fins de semaine?
  • Ferez-vous des appels interurbains?
  • Aurez-vous droit à des textos gratuits?
  • Téléchargerez-vous des données? À quel prix?
  • Quelle est la zone locale couverte?
  • Quelles sont les options dites d'itinérance (soit les coûts des appels dans une zone non couverte par votre fournisseur, mais où vous pourrez utiliser votre appareil grâce à une entente entre deux fournisseurs)?
  • Et quels sont les coûts liés aux appels entrants et sortants, si vous quittez le pays?

Le contrat

Vous avez choisi l'appareil et déterminé l'utilisation que vous en ferez, il vous reste à choisir votre forfait.

  • Lequel vous convient le mieux, selon vos prévisions d'utilisation?
  • De quel budget disposez-vous?
  • Quelles conditions vous semblent les plus avantageuses?
  • Devez-vous opter pour un contrat d'un, deux ou de trois ans?
  • Avez-vous songé aux cartes ou à un forfait prépayé, si vous utilisez sporadiquement votre appareil?

Pour certains contrats, le fournisseur vous proposera un appareil gratuit, moyennant une entente de trois ans, en général. Toutefois, il vous est possible d'acheter votre propre téléphone et d'opter pour des cartes prépayées ou un forfait de durée moindre. Et rien ne vous empêche de modifier votre entente pour qu'elle corresponde à votre utilisation réelle.

Quand vous aurez répondu à ces questions, vous pourrez dresser une liste de points importants à surveiller, apporter cette liste au magasin et ainsi expliquer vos besoins au vendeur pour qu'il puisse bien vous aiguiller.

L'utilisation quotidienne

Vous voilà sorti de la boutique, appareil en main. Mais une question vous taraude : les ondes sont-elles cancérigènes?

Sans avoir de certitude sur les risques liés à l'utilisation de ces appareils, l'agence de recherche sur le cancer de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que l'utilisation de téléphones cellulaires et d'autres appareils sans fil pourrait augmenter les risques de tumeurs au cerveau.

Certaines études abondent en ce sens tandis que d'autres réfutent tout lien entre le cancer et les micro-ondes. Des chercheurs ont toutefois établi un lien entre les risques de maux de tête et l'utilisation du téléphone cellulaire. En l'absence de conclusions définitives, il serait préférable de limiter le temps d'utilisation de votre appareil sans fil.

Et au volant

Au Québec, conduire un véhicule automobile avec un appareil cellulaire en main est interdit. Si un policier vous intercepte, vous « hériterez » d'une amende de 115 $ et de trois points d'inaptitude, même si votre appareil est fermé.

Pour loger ou recevoir un appel, vous devez vous immobiliser dans un stationnement ou une aire de services. Au surplus, vous immobiliser le long d'une route où la vitesse maximale permise est supérieure à 70 km/h vous vaudra également une amende. Utiliser son appareil téléphonique à un feu rouge ou dans un bouchon de circulation est interdit. L'utilisation d'un appareil dit « mains libres » est autorisée, mais il n'est pas conseillé. En fait, le conducteur qui parle au téléphone pendant qu'il se déplace est moins attentif. Les risques de collision sont alors plus élevés.

Évidemment, le civisme recommande de fermer votre téléphone lorsque vous êtes au restaurant ou dans une salle de spectacle. Mais certains ne peuvent se départir de ce petit appareil et embêtent parfois leurs voisins de table, soit en parlant fort, soit en recevant constamment des appels. Si vous devez utiliser votre cellulaire, pensez à ceux qui vous entourent. Ont-ils vraiment besoin de connaître les derniers potins de votre entourage ou les détails de votre prochain contrat?

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires