Une chasse au trésor de Pâques... urbaine ou bucolique!

Lorsqu’on prépare les célébrations de Pâques, on pense inévitablement à la traditionnelle chasse aux cocos, qui se déroule le plus souvent dans le confort de notre foyer ou à deux pas, dans la cour. Cette année, pourquoi ne pas intégrer un peu de changement à notre routine et repenser l’itinéraire de notre quête? Idées éclatées pour esprits éclairés!

Hors des sentiers battus

Nos villes regorgent d’endroits conviviaux où les enfants aiment aller se balader. Cette année, pourquoi ne pas changer d’air et prévoir une chasse aux cocos urbaine et pas banale, qui ravira vos petits en plus de les surprendre tout en les dépaysant?  En faisant de cette tradition une sortie en famille ou entre amis (on peut inviter d’autres amis avec leurs enfants, afin d’élargir les troupes), on s’assure de prendre l’air et de perdre quelques-unes des livres accumulées durant les festivités.

Explorer les ressources de sa ville

Il existe mille et une façons d’investir les lieux de la ville pour faire de cette chasse un évènement mémorable pour les petits! Les parcs les plus vastes de la ville (Parc Maisonneuve, Lafontaine et Mont-Royal à Montréal, Plaines d’Abraham à Québec) regorgent de cachettes idéales où dissimuler les cocos en vue de la chasse. Si les petits sont très jeunes, on peut disséminer les œufs au fil de la balade, à l’insu de leur regard émerveillé, mais naïf. Pour les plus vieux, il est recommandé d’envoyer un adulte en éclaireur, quelques minutes avant notre arrivée, et de prévoir des cachettes un peu plus sophistiquées (dans le creux d’un tronc d’arbre, dissimulés au cœur des buissons, etc).

Une solution à petit prix

Au-delà des parcs, faciles d’accès et souvent gratuits, d’autres endroits fournissent une alternative intéressante; du Jardin botanique aux berges d’un canal, en passant par les endroits publics tels l’Aquarium, le Biodôme et les divers centres d’interprétation, plusieurs options s’offrent à vous, moyennant quelques dollars supplémentaires, qui couvriront les frais d’entrée. Ainsi, vous doublez la mise en ajoutant à la chasse le bénéfice d’une visite culturelle et/ou éducative, qui occupera une bonne partie de la journée, en plus de fouetter le moral des troupes.

Une bonne façon de prendre l’air

Pour ceux qui disposent d’un peu plus de temps et qui ont envie d’une chasse à grand déploiement, rien ne nous empêche de quitter les limites mêmes de la ville pour découvrir, par exemple, des parcs nationaux ou nature. Si l’on choisit cette option, on peut ajouter à notre chasse une dimension supplémentaire, transformant l’activité en véritable chasse au trésor, avec indices et énigmes à la clé.

En se servant du plan de l’endroit, on prépare des cartes qui mèneront les jeunes d’un indice à l’autre jusqu’au grand trésor, bien caché au sein de la nature environnante. Si les enfants sont d’âges très différents, on peut prévoir deux chasses au coefficient de difficulté adapté aux diverses capacités. Après la chasse, on déguste un pique-nique en groupe en faisant le décompte des cocos amassés; on peut même décerner un prix spécial à celui ou celle qui en rapporte le plus grand nombre au bercail!

Catherine Morency, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires