Trucs pour que sortie rime avec harmonie plutôt que conflit...

Auteur
Camping famille

Quoi de mieux pour agrémenter la vie familiale que de sortir avec votre petit clan pour une escapade de quelques heures ou même de quelques jours?

Afin que ces expériences demeurent sources de bonheur et qu'elles constituent des souvenirs impérissables de jeunesse, ces dernières doivent se dérouler sous le signe de l'harmonie.

Or, tout comme un orage peut gâcher votre sortie en plein air, le caractère parfois ombrageux de vos enfants et les éclairs qui fusent entre frères et soeurs peuvent vous décourager et vous faire perdre l'envie de sortir en famille.

Des crises en public

À la maison, lorsque vous gérez les crises et la discipline, personne n'en est témoin (Dieu merci, direz-vous!) et vous pouvez perdre patience sans pourtant perdre la face. Cependant, quand vous êtes en public et que votre petit fait la danse du bacon par terre ou que vos deux mousses s'envoient promener vertement (pour ne pas utiliser un autre mot plus vulgaire, mais qui pourrait très bien sortir de leurs petites bouches pas toujours vertueuses), il se peut que vous éprouviez cette dérangeante émotion qu'est la honte.

Loin de votre douillet logis, où vous disposez peut-être d'un coin de réflexion pour les petits monstres récalcitrants ou, à tout le moins, de la possibilité d'utiliser le classique « Va dans ta chambre! », vous pouvez vous sentir désemparé devant la gestion des comportements inadéquats de votre marmaille.

Le b.a.-ba des sorties : des règles claires

Pourquoi ne pas commencer par créer un règlement de sortie? Cela vous paraît un peu radical? Dites-vous toutefois que cela vous permettra de gagner du temps et de moins argumenter. Après tout, vous n'êtes pas un avocat payé pour plaidoyer auprès d'un jeune juge récalcitrant qui n'hésitera pas à clamer une fin de non-recevoir devant votre défense basée sur le seul bon sens (ou votre impatience du moment, avouons-le). Si vos enfants sont âgés de quatre ans et plus, invitez-les à participer à l'élaboration de votre « texte de loi » familial. Ainsi impliqués dans le processus, ils n'auront d'autres choix que de respecter ce qui a été entériné en famille.

Les conséquences

Évidemment, lorsque vous choisirez les règles, prévoyez également des punitions précises et idéalement, logiques. À titre d'exemple, si vous établissez en guise de règlement ceci : « Personne ne doit hausser le ton ou se chicaner en voiture », la conséquence pourrait être celle-ci : garer la voiture le temps de régler le tout (ce qui occasionne indirectement une perte de temps de sortie) ou enlever le film ou la musique des enfants et remplacer par votre vieux CD de Beau Dommage.

Attention, ceci est d'une importance capitale : allez jusqu'au bout des conséquences! Si, une seule fois, vous osez quitter le lieu d'une palpitante activité (même si elle vous a coûté un bras) en plein coeur de l'après-midi parce que vos enfants se comportent comme des animaux (et même au Zoo de Granby, cela ne saurait être acceptable), vous en retirerez des bénéfices pour les années à venir. Pourquoi? Tout simplement parce que la menace de perdre le plaisir de l'aventure planera toujours sur eux et parce que vous aurez démontré votre constance et votre sérieux.

Non, c'est non!

N'oubliez jamais le pouvoir du mot « non », surtout si vous le répétez machinalement et que vous y adhérez vraiment. Bien sûr, à 32 degrés sous le soleil, il est tentant d'abdiquer devant la huitième demande de crème glacée à quatre dollars que vos enfants vous réclament chaque fois que le vendeur itinérant vous croise, et ce, même si vous avez concocté un bon petit lunch maison. Pensez alors à toutes les autres fois où vous devrez refuser des petites gâteries si vous dites oui cette fois-ci. Cela vous aidera à reprendre vos esprits.

1, 2, 3... Trois fois plus de problèmes!

Si vous avez plus d'un enfant, vous avez logiquement plus d'une chance de devoir gérer la discipline et les conflits en balade, car qui dit sortie, dit souvent compromis : entente sur le DVD à écouter dans la voiture, sur la place à occuper dans le manège, sur l'activité à choisir, etc.

Les raisons de ne pas s'entendre sont légion. Assurément, les enfants ont le droit de ne pas être d'accord, mais coups et insultes doivent être proscrits. Comme à la maison, tentez de ne pas attiser la rivalité entre frères et soeurs en prenant systématiquement pour le petit dernier ou celui qui a le caractère le plus doux, par exemple. Votre progéniture doit apprendre l'art du compromis, surtout à l'extérieur de la maison.

Quelques règles peuvent vous aider à minimiser les occasions de désaccord

  • Octroyez à tour de rôle les choix à effectuer (sélection du restaurant, du manège, du parcours à entreprendre ou de l'excursion en tant que telle),
  • divisez le temps en intervalles égaux qui seront attribués à chacun de vos enfants (et à vous également).
  • Pendant ce temps, celui dont c'est la période deviendra le leader familial et dirigera les activités du groupe.

Ces méthodes sont axées sur le sens des responsabilités et du partage, plutôt que sur la répression ou les interventions punitives. En fait, on contourne le problème en proposant des solutions positives avant même qu'il y ait conflit. En y pensant bien, vous arriverez sans aucun doute à élaborer un plan créatif pour éviter les écueils en sortie.

Un coin de réflexion

Évidemment, il se peut que vous ayez tout de même à punir ou à subir des crises. Vous pourriez alors prévoir un coin de réflexion temporaire : dans la poussette, sous la tente, etc.

Sous aucun prétexte, ne donnez de l'attention à l'enfant récalcitrant (ni d'ailleurs aux adultes qui pourraient vous zyeuter d'un oeil bizarre... tout le monde est le meilleur des parents quand il s'agit de juger les autres et prodiguer des conseils, mais dans le feu de l'action, ce n'est pas toujours facile).

Laissez simplement votre petit anarchiste à l'endroit où il doit réfléchir (quitte à le raccompagner à sa place s'il bouge), puis vaquez à vos occupations et continuez, surtout, de vous amuser (tout en respirant profondément pour demeurer imperturbable, si vous êtes comme moi).

Lorsque l'enfant sera calmé, faites un retour sur ce qui vient de se produire, puis reprenez vos activités de groupe.

La planification ou comment se faciliter la vie

Dans le même ordre d'idées, planifiez soigneusement ce que vous apportez en promenade.

  • La poussette (double, c'est encore mieux!) vous évitera d'endurer la fatigue des enfants de même que les transports qui coïncident avec l'heure de la sieste, à titre d'exemple.
  • Préparer le lunch en famille vous assurera que tous y trouvent leur compte.
  • Quelques éléments de distraction (livres, consoles de jeux portatives, dessins et crayons, films...) occuperont l'esprit des enfants à autre chose que la bataille, dans l'auto et les files d'attente.
  • Les bonbons peuvent aussi s'avérer un élément de persuasion fort pratique en expédition : c'est plutôt imparfait comme stratégie, mais de temps à autre, pourquoi s'en priver?

Prêt pas prêt, j'y vais!

Muni de ces quelques astuces, vous voilà prêt pour des escapades familiales sous le signe de l'harmonie. La planification est la règle d'or : établir d'avance vos règlements et les conséquences de leur non-respect, identifier clairement qui sera responsable, à tour de rôle, de désigner les choix inhérents aux sorties, vous munir d'objets vous facilitant la vie, bien gérer votre temps... Évidemment, maîtriser l'art de dire non vous évitera aussi de sortir... de vos gonds! Sur ce, je vous souhaite de vous amuser avec vos mousses lors de vos prochaines expéditions familiales.

Anik Routhier

 

Cet article est une gracieuseté de Destination famille.

Camping famille magazine

Vous aimerez aussi