La puberté précoce, quand faut-il s'inquiéter?

Auteur
Véronique Larivière, sexologue
Petite fille et petit garçon

Nos enfants grandissent si vite! Une phrase que chaque parent a mentionnée au moins une fois dans leur vie. Il n'y a pas si longtemps vos enfants entraient en première année et les voici démontrant déjà les premiers signes de puberté. Avez-vous l'impression qu'il est encore trop tôt? Quand faut-il s'inquiéter d'une puberté précoce? Voici les réponses.

De plus en plus tôt

La puberté survient de plus en plus tôt selon les différentes études sur le sujet. Dans les années 80, l'apparition des premiers signes de puberté survenait vers 11 ans chez la fille et 13 ans chez le garçons. Vers la fin des années 90, la spécialiste en santé infantile Maria Herman-Giddens note qu'ils apparaissent désormais vers l'âge de 9 ans et demi chez la fille et 11 ans et demi chez le garçon. Les principales causes de cette horloge biologique avancée sont plutôt méconnues, mais plusieurs spécialistes s'entendent sur le fait que ce pourrait être relié aux conditions environnementales ainsi qu'à la croissance corporelle plus rapide qu'auparavant. 

Quand s'inquiéter?

On parle de puberté précoce lorsque celle-ci survient avant l'âge de 8 ans chez la fille et 9 ans chez le garçon. Elle est déclenchée par un système hormonal qui se manifeste, chez la fille, par des modifications corporelles comme l'apparition des seins et des poils pubiens ainsi que l'arrivée des premières règles. Chez le garçon, on remarquera une augmentation du volume des testicules ainsi que du pénis. Ensuite, il y aura l'apparition des poils pubiens, une forte croissance corporelle, une mue de la voie et la première éjaculation nocturne. 

La puberté précoce est cinq fois plus fréquente chez les filles que chez les garçons. Cependant, il n'y a pas lieu de s'inquiéter si votre fille ne présente qu'une légère augmentation au niveau des seins avant l'âge de 8 ans. Dans la majorité des cas, cette modification évoluera que très légèrement jusqu'à l'âge de la réelle puberté. Par contre, si elle présente d'autres signes tels que l'apparition des règles et des poils pubiens, il est conseillé de rencontrer un médecin pour évaluer s'il y a une cause pathologique derrière cette croissance prématurée. Il vérifiera, entre autre, son taux hormonal pour s'assurer qu'il est adéquat.

Chez le garçon, l'augmentation du volume testiculaire est le tout premier signe de puberté. Or, comme ce changement peut être plus difficile à cerner, c'est souvent lorsqu'on aperçoit une forte augmentation dans la croissance corporelle qu'on se questionne davantage. Il faut savoir qu'entre les deux changements, il peut s'être passé plusieurs mois et ceci démontre que la puberté évolue depuis un bon moment déjà. Une consultation avec un médecin est alors suggérée afin d'évaluer sa courbe de croissance et les antécédents familiaux de puberté précoce. 

Que faire en cas de puberté précoce?

Le risque d'une puberté hâtive est d'entraîner généralement un arrêt trop précoce de la croissance. Toutefois, des signes pubères précoces ne signifient pas automatiquement un problème de santé. Si cela vous inquiète, je vous suggère tout de même de rencontrer un médecin avec votre enfant pour savoir ce qu'il en est réellement. Si le médecin juge que c'est nécessaire de pousser les tests, il vous dirigera vers les bons spécialistes qui chercheront à éliminer les causes plus graves tels qu'une tumeur ovarienne ou une lésion au niveau de l'hypothalamus chez le garçon. 

De votre côté, il est très important de soutenir votre jeune dans cette situation. Bien que du côté des garçons, la puberté précoce puisse devenir une fierté, il peut en être tout autrement du côté des filles. N'hésitez pas à rencontrer l'infirmière scolaire ou la psychologue de l'école si vous ressentez le besoin d'avoir des conseils plus personnalisés. Et finalement, c'est un bon moment pour établir un dialogue sur la sexualité avec votre pré-ado! Je vous suggère de lire ma chronique sur le sujet : Parler de sexualité avec son ado, comment s'y prendre?


Suivez la sexologue Véronique Larivière sur Facebook!

Vous aimerez aussi

Commentaires