Mieux comprendre la dépression post-partum

Avez-vous déjà vécu une dépression post-partum?

Donner naissance à un enfant est un changement radical dans la vie de toute nouvelle maman (même si ce n'est pas son premier enfant). Malgré les joies et l'intensité des émotions ressenties, il n'est pas rare pour la mère de se sentir confuse, débordée et épuisée dans les semaines suivant l'accouchement. Cette condition bénigne et passagère chez la plupart des femmes peut toucher 50 à 80 % des mères. Cependant, on estime que 15 % (en moyenne) des femmes sont touchées par la dépression post-partum. Qu'est-ce que cette maladie?

La dépression post-partum : à ne pas confondre...

Tout d'abord, il convient de bien faire la différence entre le « baby-blues » et la dépression post-partum.

Baby Blues

Il survient d'ordinaire dans les trois jours après la naissance du bébé et disparaitra en 2 à 3 semaines environ. Il est causé par le manque de sommeil de la maman, ainsi que par la baisse des hormones de grossesse dans son corps. Il se manifeste généralement par une fatigue intense, des crises de larmes inexplicables, de l'insomnie, des idées tristes... Par contre, cet état est passager et tout devrait rentrer dans l'ordre après quelques semaines, quand maman aura « pris le rythme » et se sera habituée à son nouveau rôle de mère et quand les hormones, qui ont beaucoup changé avec l'accouchement, se seront stabilisées.

La dépression post-partum

La dépression post-partum (qu'on appelle aussi dépression postnatale) est une maladie plus grave qui peut se manifester n'importe quand au cours de la première année après l'accouchement. C'est une forme de dépression clinique dont les symptômes s'apparentent à ceux d'une dépression « ordinaire ». Elle survient souvent chez des femmes qui ont déjà connu des épisodes dépressifs par le passé, mais ce n'est pas toujours le cas. De plus, il est courant qu'on ne détecte pas la dépression post-partum à ses débuts parce que les symptômes se confondent fréquemment avec ceux du « baby blues ». Ainsi, une maman ou ses proches se rendront souvent compte un peu tard que la situation devient hors de contrôle. La maladie dure de 3 mois à 1 an (à l'aide d'un traitement approprié) et un diagnostic précoce permet souvent de s'en sortir plus rapidement.

Les causes de la dépression post-partum

Il est souvent difficile de trouver une cause précise à la dépression post-partum. Par contre, il est possible d'isoler plusieurs facteurs de risques présents (en partie ou en totalité) chez les femmes atteintes :

  • Une chute brutale des hormones de grossesse
  • Un accouchement particulièrement laborieux
  • De l'épuisement
  • Un bébé difficile
  • Des antécédents de dépression
  • Des épisodes d'angoisse et de l'anxiété pendant la grossesse
  • Un manque de soutien après la naissance
  • Une situation conjugale difficile
  • Subir de la violence morale ou physique
  • Se mettre trop de pression et vouloir être parfaite

Les symptômes de la dépression post-partum

Les manifestations de la dépression post-partum s'apparentent à celles d'une dépression ordinaire. La femme touchée par la maladie pourra ainsi expérimenter :

  • Une tristesse envahissante et inexplicable
  • Une fatigue intense permanente et des problèmes liés au sommeil (trop dormir, ou pas assez)
  • De la dévalorisation et de la culpabilité
  • Des changements au niveau de l'alimentation (manger trop ou pas assez, prendre ou perdre du poids)
  • Un désintérêt ou dégout pour les relations sexuelles
  • De l'anxiété et/ou des crises de panique
  • Une tendance à s'isoler
  • Une irritabilité constante, particulièrement en présence de l'enfant
  • Des difficultés à prendre soin du bébé
  • Dans certains cas, des idées suicidaires

Le traitement de la dépression post-partum

Pour prendre le dessus sur la dépression post-partum, il est avant tout indispensable que la personne concernée prenne soin d'elle-même, si elle le peut. Elle devra faire un effort pour bien se reposer, s'alimenter sainement, faire de l'exercice et ne pas s'isoler. Évidemment, il est difficile d'y arriver sans aide extérieure. Le soutien du conjoint et des proches est primordial.  C'est alors à l'entourage de jouer un grand rôle pour l'aider à identifier la situation et demander de l'aide professionnelle avant de pouvoir amorcer des changements.  

Dépendamment de l'importance des symptômes, votre médecin pourrait également prescrire des anxiolytiques ou des antidépresseurs. De plus, une thérapie avec un professionnel (psychologue ou psychiatre) est très souvent recommandée. Cette option est particulièrement bénéfique dans le cas où la maman souhaite continuer à allaiter son bébé sans prendre de risques à cause de la prise de médicaments. La thérapie est très efficace puisqu'elle permet à la malade de discuter et d'être écoutée par un professionnel, de travailler sur ses humeurs, ses pensées négatives, ses craintes et ses émotions.

Et pour finir...

  • Même si la dépression post-partum touche principalement les mères, on estime aujourd'hui qu'environ 5 % des pères en seraient également atteints.
  • La psychose post-partum est une affection moins commune et plus grave qui touche en moyenne une femme sur 1000. Elle se manifeste par tous les symptômes cités plus haut, avec en plus des délires, des hallucinations, des pensées suicidaires ou homicidaires envers le bébé (entre autres). Il est primordial de consulter rapidement.
  • Certains chercheurs affirment que la dépression post-partum d'un parent peut causer chez le bébé de l'insécurité, de l'irritabilité, de l'anxiété ou de l'hyperactivité, ainsi qu'un retard du développement moteur et verbal.

Si vous soupçonnez une dépression post-partum pour vous-même ou une nouvelle maman dans votre entourage, il est nécessaire de consulter un médecin ou une infirmière qui saura ensuite vous diriger adéquatement vers les personnes qui pourront le mieux vous aider.

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Cet article a été révisé par Geneviève Harbec, cadre conseil pour le secteur de la pédiatrie au Chu Sainte-Justine.

Logo ste-justine

Vous aimerez aussi

Commentaires