Vivre sa sexualité durant sa grossesse

Aujourd'hui, les médecins sont unanimes : lorsque la grossesse n'est pas à risque, il n'y a aucun danger à ce que les futurs parents continuent de partager leur sexualité.

Les hauts et les bas de la libido

Est-ce que votre libido a effectué une montée vertigineuse depuis que vous êtes enceinte ou, au contraire, c'est plutôt le calme plat? Les futures mamans ne connaissent pas toutes les mêmes variations à ce niveau. Toutefois, le désir sexuel tend à suivre l'évolution suivante :

Le 1er trimestre : une libido discrète

Apprendre qu'on sera bientôt maman chamboule notre quotidien et il est normal d'avoir en tête autre chose que le sexe! Les changements hormonaux et les désagréments possibles des premiers mois - nausées, fatigue, constipation, hémorroïdes, brûlures d'estomac, sécheresse vaginale, seins et parois génitales sensibles - diminuent le désir sexuel.

Le 2e trimestre : la passion bat son plein

Le trimestre suivant est le plus agréable pour partager sa sexualité. Votre médecin vous a confirmé que le bébé se porte bien, les désagréments physiques des premiers mois se sont estompés et vous vous sentez épanouie et resplendissante!

Vos ovaires fonctionnent à plein régime et cette profusion d'oestrogènes augmente la réceptivité érotique. Les tissus de la zone génitale deviennent plus épais, l'orifice vaginal est réduit et le vagin est davantage lubrifié. Ces changements rendent l'orgasme plus facile à atteindre et plus intense.

Le 3e trimestre : place aux tendres moments

Le dernier trimestre rime avec douceur et tendresse. Vous vous sentez plus fatiguée, le bébé gigote dans votre ventre bien rond, votre dos est plus fragile et vos jambes sont plus lourdes, vous vous essoufflez facilement... Bref, faire l'amour devient inconfortable. C'est le temps de faire place aux câlins et aux massages.

Et votre conjoint?

Le futur papa voit aussi sa sexualité évoluer au cours de la grossesse. Son désir peut être affecté par ses préoccupations à l'idée de devenir bientôt père. Certains hommes sont allumés de voir leur douce moitié rayonner durant la maternité. D'autres doivent s'accorder une période d'adaptation, car le corps de leur compagne se transforme, ou parce que celle-ci ne porte plus seulement le chapeau d'amante, mais également celui de mère.

Les peurs non fondées

Si votre grossesse se déroule normalement, une vie sexuelle active n'est pas dangereuse pour le foetus et ne provoquera pas d'accouchement prématuré ou de fausse-couche. Néanmoins, les couples entretiennent souvent des peurs à ce sujet : peur de réveiller le bébé, de l'effleurer, de le comprimer, de transpercer la poche des eaux...

Le vagin et l'utérus étant distincts, Junior est bien à l'abri dans le sac amniotique qui amortit les mouvements. Certains couples peuvent se sentir honteux d'avoir une vie sexuelle « devant » bébé. Ne vous inquiétez pas, ce dernier n'est nullement le spectateur de vos rapprochements! Il sent que maman est bien, tout simplement...

Variez les positions

Le corps de la future mère change au fil des mois et les positions sexuelles peuvent s'adapter en conséquence.

  • La position du missionnaire est agréable dans les débuts de la grossesse. Elle devient par la suite inconfortable pour le ventre de la femme, à moins que l'homme supporte son propre poids sur ses avant-bras.
  • Sinon, il peut se mettre à genou devant sa partenaire, tandis que celle-ci enroule ses jambes autour de sa taille.
  • Une autre option est la position de l'équerre, où la femme reste couchée sur le dos et plie ses jambes, alors que l'homme s'allonge de côté et de façon perpendiculaire à sa compagne.
  • Une position confortable pour la femme est d'être à califourchon sur l'homme, car le ventre de celle-ci n'est pas oppressé.
  • La position des petites cuillères, soit les deux partenaires couchés de côté, et la position de la levrette sont également intéressantes.

Évidemment, faire l'amour ne se limite pas à la pénétration. La masturbation réciproque, le sexe oral, les caresses et les massages sont autant de possibilités à explorer.

Les contre-indications

Dans certaines circonstances, les médecins peuvent déconseiller de pratiquer la pénétration :

  • Si vous avez déjà fait une fausse couche et que le risque est encore présent.
  • S'il y a un risque d'accouchement prématuré.
  • Si le placenta recouvre le col de l'utérus (appelé placenta praevia), car ceci pourrait causer des saignements.
  • Si vous faites de l'hypertension ou avez des saignements dès le début de la grossesse. De légers saignements lors des relations sexuelles sont normaux étant donné que l'utérus est plus fragile.
  • S'il y a présence d'une ITSS (infection transmissible sexuellement et par le sang) ou lors d'une crise d'herpès.
  • Si vous avez perdu vos eaux, car les risques d'infections sont très élevés.

La sexualité après la grossesse

Après l’accouchement, chaque couple vivra un retour à la sexualité différemment. Il n’y a pas de règles ou de délais prescrits. Vous devez surtout écouter votre corps et aussi, être à l’écoute de l’autre. C’est une décision à prendre à deux, lorsque vous serez prêts. Les premières semaines de bébé vous garderont occupés! Laissez-vous du temps pour adapter votre routine au nouveau venu.

Il est recommandé d'attendre que le vagin et le col de l'utérus soient rétablis, soit de 2 à 8 semaines, selon les femmes. S'il y a eu déchirure, césarienne ou épisiotomie (incision chirurgicale de la peau et des muscles du périnée, situé entre le vagin et l'anus), il est important d'attendre que cette région cicatrise et que la douleur s'estompe, ce qui peut prendre de 1 à 3 mois.  Également, plusieurs femmes craignent que leur vagin reste trop grand après l'accouchement, mais celui-ci retrouvera son élasticité après quelques mois. Soyez patiente et effectuez quelques exercices pour rééduquer votre périnée.

Dans cette période exigeante qu’est l’arrivée d’un nouveau-né, rappelez-vous que la sexualité est importante, mais qu’elle peut se vivre de différentes façons. Il est normal que vous ayez certaines craintes, que vous soyez épuisée et que vous ayez l’esprit tout simplement ailleurs. Parlez-en à votre conjoint. Les caresses donnent autant de plaisir et permettent de s’amadouer à nouveau l’un et l’autre.

Et n'oubliez pas, même si vous n'avez pas encore eu vos premières règles depuis l'accouchement ou si vous allaitez, vous êtes féconde.

N'hésitez pas à discuter de ce sujet avec votre médecin et d'échanger vos impressions avec votre amoureux. Une bonne communication au sein du couple fera toute la différence!

Marie-Eve Boivin, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi