Produits laitiers cuits pour intolérance aux protéines bovines

Produits laitiers cuits et intolérance aux protéines bovines

Lorsque notre nouveau-né souffre d’une intolérance aux protéines bovines et qu’on doit éviter tous les produits laitiers et à base de soya, l’alimentation devient un véritable casse-tête. Une nouvelle maman qui allaite se questionne : est-il possible de consommer malgré tout des produits laitiers transformés ou cuits tels que béchamel, chocolat chaud, fromage fondu, barre tendre enrobée de yogourt, etc?

Tenter d’éradiquer l’intolérance en respectant une diète stricte

Ce qu’il faut tout d’abord comprendre, c’est que l’intolérance à la protéine bovine (protéine du lait de vache) est la plus fréquente chez le nourrisson. Pour la grande majorité des bébés, elle disparait avant l’âge de 18 à 24 mois. Elle a aussi plus de chance de disparaitre si l’enfant n’est pas exposé à la protéine bovine durant au moins sa première année de vie. C’est pourquoi, si vous allaitez, il faut suivre assidument la diète, puisque la protéine bovine est transmissible dans le lait maternel de beaucoup de femmes. La protéine de soya, étant très ressemblante à la protéine bovine, doit elle aussi être évitée. Vous ne pouvez réintroduire la protéine bovine et de soya que sous l’autorisation de votre médecin ou pédiatre et toujours progressivement.
 

Éviter tous les produits laitiers ou de soya même ceux cuits ou transformés

Dans cet ordre d’idée, malheureusement, les produits laitiers et de soya sont à éviter sous toutes formes. Le traitement thermique ne rend pas la protéine tolérable ni acceptable. Il faut donc opter pour les substituts permis dans vos recettes.

Il est vrai que la diète sans protéines bovines et soya semble parfois bien astreignante et complexe. C’est pourquoi il est fortement recommandé de consulter une nutritionniste spécialisée en pédiatrie afin qu’elle puisse vous guider et vous aider dans le suivi de cette diète en vous rendant la vie un peu plus facile grâce à ces conseils et recommandations de produits ou recettes.

Sandra Jeansonne, Dt.P.
Nutritionniste en Obstétrique et Néonatalogie au CHU Sainte-Justine

Vous aimerez aussi