Accouchement prématuré : causes et répercussions

Auteur
Cynthia Brunet
Les causes de la prématurité et ses répercussions

Les femmes enceintes ont toutes hâte de tenir leur petite merveille dans leur bras, mais personne ne souhaite accoucher prématurément. Malheureusement, parfois, rien ne se passe comme prévu. Quelles sont les causes de la prématurité? Et quelles sont les répercussions?

La prématurité

Normalement, une grossesse se déroule durant 40 semaines. Lorsqu’un enfant nait après la 37e semaine, on le dit tout de même à terme. Avant ce délai, on parle de prématurité. Celle-ci se décline en 3 stades.

  • Le prématuré nait entre 32 et 36 semaines;
  • le grand prématuré voit le jour entre 28 et 32 semaines;
  • le très grand prématuré vient au monde avant 28 semaines de grossesse.

En fonction du niveau de prématurité, l’enfant et ses parents seront confrontés à plus ou moins de complications. Le prématuré pourra vite entrer à la maison avec ses parents alors que le très grand prématuré restera à l’hôpital jusqu’à la date prévue de l’accouchement.

Les causes

Il n’est pas toujours possible de trouver la cause exacte d’un accouchement prématuré. Voici, toutefois, les principales causes cliniques :

  • l’hypertension artérielle et ses complications;
  • la prééclampsie;
  • les hémorragies;
  • la rupture prématurée des membranes;
  • le travail prématuré spontané;
  • le retard de croissance intra-utérin;
  • la béance du col (un col ouvert).

Derrière ces causes cliniques, on remarque parfois :

  • des situations très épuisantes physiquement, mentalement ou moralement, comme un traumatisme;
  • des chocs extérieurs (coups, accident de la route, chute brutale);
  • des transports trop longs et fatigants;
  • une infection;
  • l’attente de jumeaux ou de triplés;
  • des travaux physiques trop durs.

Bien sûr, certaines femmes enceintes vivront ces situations, sans pour autant accoucher avant terme. Chaque grossesse est unique. Advenant un accouchement prématuré, vous ne devez en aucun cas vous sentir responsable.

Les signes alarmants

Ces signes ne devraient jamais être négligés et requièrent l’assistance d’un médecin :

  • Vous avez de la fièvre? Dans tous les cas, elle indique que quelque chose ne fonctionne pas. Il faut consulter.
  • Vous perdez du sang et/ou éprouvez de la douleur au bas-ventre, symptômes qui peuvent annoncer une fausse couche.
  • Vous urinez souvent et éprouvez des douleurs aux reins, à la vessie ou même au ventre en urinant. Votre urine est trouble toute la journée. Ces symptômes peuvent être signe d’une infection urinaire qui pourrait empêcher le bon déroulement de la grossesse, comme beaucoup d’infections d’ailleurs.
  • Vous sentez une perte de liquide provenant du vagin et elle est différente des pertes blanchâtres de la grossesse. Elle peut indiquer la perte des eaux, une rupture de la membrane et un risque d’accouchement prématuré.
  • Vous êtes très fatiguée, trop essoufflée et avez tendance à perdre connaissance souvent. Vous souffrez peut-être d’anémie.
  • Votre vue est brouillée, vous voyez des taches devant vos yeux, vous avez une barre au creux de l’estomac et des maux de tête ou un excès de poids anormal. Ces symptômes sont peut-être liés à une éclampsie, une affection relative à un mauvais fonctionnement des reins. Elle peut être grave.
  • Vous avez de fausses contractions répétées, régulières et fortes. Elles peuvent être le signe d’un accouchement prématuré.
  • Vous trouvez que votre bébé s’agite moins qu’à l’habitude? La Société des obstétriciens et des gynécologues du Canada recommande de compter les coups de pieds de votre bébé. Vous devriez être en mesure de compter un minimum de 6 mouvements toutes les deux heures. Si ce n’est pas le cas, communiquez avec votre professionnel de la santé.

Les complications possibles

Un accouchement prématuré n’est jamais souhaité et chaque journée de gestation supplémentaire aura un grand impact sur le fœtus. Le degré de prématurité influencera la gravité des complications possibles. En voici quelques-unes.

  • un syndrome de détresse respiratoire;
  • une anomalie dans le développement des poumons;
  • un arrêt temporaire de la respiration et une irrégularité du rythme cardiaque;
  • un reflux gastro-œsophagien;
  • une jaunisse;
  • de l’anémie;
  • des infections;
  • une hémorragie cérébrale;
  • une malformation cardiaque;
  • la surdité.

L’âge corrigé

Les bébés nés prématurément doivent être entourés d’amour et de patience. Jusqu’à l’âge de deux ans environ, parfois plus pour les très grands prématurés, ces enfants vivront avec l’âge corrigé, c’est-à-dire en fonction de la date prévue d’accouchement et non la date de leur naissance. Cela permet aux parents de suivre le développement de leur enfant en ayant de véritables repères.

En vieillissant, la majorité des traces de la prématurité disparaitront, mais certaines demeureront. Cela variera d’un enfant à l’autre, souvent en fonction du degré de prématurité.

 

Il faut savoir respecter et surtout accepter le développement de son petit prématuré. L’accouchement rêvé n’a pas eu lieu, vous devez peut-être faire le deuil du bébé parfait. Vous rêviez de faire du peau à peau avec votre bébé et vous êtes plutôt confrontés au monde médical. Vous entrez dans une tout autre aventure qui n’était pas planifiée. Allez-y un jour à la fois. Votre bébé a décidé de voir le monde plus vite que prévu. Accompagnez-le comme vous le pouvez dans ses premiers combats.

Pour plus d’information, consultez Préma-Québec.

 

 

Vous aimerez aussi