Votre enfant est témoin d'un acte d'intimidation - Quoi faire?

Auteur
Dre Nadia

La très populaire psychologue pour enfant Nadia Gagnier vient tout juste de publier son dernier livre intitulé À l'aide! Il y a de l'intimidation à mon école, aux Éditions La Presse. Pour l'occasion, elle nous en offre un extrait.

Quand je vois dans des textes sur l'intimidation ce qu'il faut enseigner comme attitude aux témoins, je trouve que c'est très bien, mais un peu idéaliste! Je suis d'accord avec le fait qu'il faut toujours viser haut, mais il faut aussi comprendre qu'on s'adresse à des enfants et à des adolescents, et que nous sommes leurs principaux modèles. Il faut pouvoir mettre en pratique ce qu'on leur enseigne et croire fermement en ces valeurs, et pas simplement le leur enseigner parce que c'est écrit dans un manuel ou dans la politique de l'école!

On peut expliquer à notre enfant que, au cours de son parcours scolaire, il sera fort probablement un jour témoin d'actes d'intimidation. On peut lui dire que les témoins ont tous leur façon de réagir :

  • Certains ont peur et fuient.
  • Certains sont indifférents.
  • Certains se laissent influencer par l'intimidateur et l'encouragent en riant de la victime ou en intimidant à leur tour.
  • Certains ont peur et fuient.
  • Certains tentent témérairement de jouer les héros et de donner une leçon à l'intimidateur.
  • Certains tentent prudemment de faire cesser l'acte d'intimidation.
  • Certains tenteront d'offrir leur soutien à la victime une fois le bourreau parti.

Il est important de discuter avec votre enfant de ces différentes attitudes et de lui demander ce qu'il en pense. On peut également l'inviter à se mettre à la place de la victime et de l'intimidateur, et lui demander comment il se sentirait à leur place, devant les différentes réactions possibles chez les témoins. Ce genre de discussion peut le guider subtilement vers une attitude positive, sans qu'il ait l'impression d'entendre un discours moralisateur de votre part.

Il faut également l'informer qu'il est normal de ne pas savoir comment agir la première fois qu'on est témoin d'un tel acte, et que sa réaction pourra varier en fonction de l'intensité de l'intimidation, de sa relation avec la victime ou l'intimidateur et de son statut social auprès de ses pairs. Il doit savoir que la prévention de l'intimidation dans son école ne repose pas uniquement sur ses épaules, mais que de petits gestes peuvent être assez faciles à faire et être très importants pour aider la victime. Il n'est pas obligé de tous les mettre en application, mais il peut choisir ceux avec lesquels il se sent le plus à l'aise :

Enfin, il ne faut pas oublier d'encourager notre enfant à nous parler de toute situation d'intimidation dont il serait témoin, ne serait-ce que pour lui permettre de se vider le coeur, de mieux gérer la peur ainsi que le sentiment d'injustice qu'il peut ressentir par la suite. On doit tenir un discours réaliste en lui disant que l'intimidation fait partie de la vie en société, même chez les adultes, même si c'est inacceptable, mais qu'en adoptant une attitude positive et prosociale il peut contribuer dès maintenant à rendre le monde un peu meilleur!


Cet extrait vous a plu? Participez à notre concours et courez la chance de remporter l'un des dix exemplaires du livre de DLogo Dre Nadia À l'aide, il y a de l'intimidation à mon écolere Nadia À l'aide, il y a de l'intimidation à mon école. Vous pourrez également aller la rencontrer au Salon du Livre de Montréal, puisqu'elle y sera le vendredi 16 et le samedi 17 novembre prochain.

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires