Stratégies pour trouver l'harmonie entre vos enfants

Auteur
Dre Nadia

Un des plus grands souhaits de la plupart des parents est de pouvoir atteindre l'harmonie familiale parfaite... Cela veut dire, des frères et soeurs qui s'adorent et qui ne se disputent jamais. Hélas, malgré ce noble désir, dans la plupart des familles, quelques conflits peuvent éclater régulièrement dans la fratrie. Il arrive également qu'une certaine rivalité existe entre les enfants d'une même famille.

Dans certaines familles, l'aîné aura une réaction négative dès l'arrivée d'un petit frère ou d'une petite soeur, ou même pendant la grossesse. Dans d'autres familles, l'aîné accueillera d'abord avec joie le nouveau venu, mais déchantera lorsque ce dernier se mettra à marcher et à vouloir utiliser ses jouets!

Alors, comment s'approcher le plus possible de cette harmonie parfaite tant souhaitée, même si elle semble un peu utopique? Plusieurs stratégies sont possibles :

Préparer l'aîné et accepter ses premières réactions

Tout parent voudrait que son enfant soit aussi content que lui-même à l'annonce de la grossesse et l'arrivée prochaine d'un petit frère ou d'une petite soeur. Mais lorsque notre enfant réagit avec inquiétude ou mécontentement à cette annonce, la meilleure chose à faire pour le rendre plus serein est de l'écouter et de lui dire que ce qu'il ressent est normal. La pire chose à faire est de le disputer pour son attitude et de lui dire qu'il sera obligé d'aimer ce petit frère ou cette petite soeur.

Donner des privilèges de grand frère ou de grande soeur

Lorsque le nouvel enfant sera enfin arrivé, il prendra beaucoup de votre temps, de votre énergie et de votre attention. L'aîné de votre famille pourrait se sentir délaissé, avec raison. Il pourrait même avoir certains comportements de « régression ». C'est-à-dire qu'il cherchera à obtenir votre attention en manifestant des comportements un peu bébé (ex. : mouiller sa culotte, demander de se faire bercer) ou en faisant des demandes un peu bizarres (ex. : boire à nouveau dans un biberon).

Il ne faut pas trop s'en inquiéter. Mieux vaut valoriser ses comportements de grand garçon ou de grande fille, de favoriser le développement de son autonomie et de lui accorder des privilèges de grand frère ou de grande soeur (ex. : « jouons à un jeu de grand pendant que ton petit frère fait la sieste »).

Favoriser le respect et ne pas oublier que votre aîné n'est qu'un enfant

Si vous voulez que votre ainé respecte le cadet de la famille, rien n'est mieux que d'être soi-même un modèle positif d'attitude respectueuse, avec votre conjoint(e), et vos enfants. Savoir respecter les autres n'est pas inné... ça s'apprend! Et l'apprentissage par imitation est très puissant. Lorsque bébé grandira, il est important de l'encadrer de façon à ce qu'il apprenne à respecter les jouets, l'intimité et les besoins de solitude de son grand frère ou de sa grande soeur.

Souvent on dit à notre aîné : « sois raisonnable, c'est toi le plus grand »... mais j'ai vu des parents dire cette phrase à un enfant de 3 ans. Ce n'est pas parce que c'est le plus vieux qu'on peut s'attendre à une maturité d'un adulte de sa part... il n'a tout de même que 3 ans!

Jouer le rôle de médiateur, lors de conflits

Lors de conflits, si les parents interviennent en imposant leur autorité et en prenant une décision finale dans la résolution du conflit, les enfants n'apprendront jamais comment les résoudre de façon mature et autonome... les parents le faisant à leur place. 

D'un autre côté, comme les enfants n'ont pas d'habiletés pour la résolution de conflits de façon innée, si les parents ne s'impliquent pas, plusieurs conflits finiront dans la violence et seront même dévastateurs pour l'estime de soi des enfants.

Donc, les enfants ont besoin que leurs parents agissent en tant que médiateurs dans leur résolution de conflit. Les parents doivent donc guider les enfants dans les étapes pour atteindre la résolution en leur donnant tour à tour le droit de parole. Les étapes sont :

1. identifier le problème en fonction de chaque enfant;

2.  reconnaître la partie de vérité dans ce que chacun dit;

3. formuler clairement ses déceptions et ses attentes;

4.  générer des solutions;

5. choisir une solution qui convient aux deux;

6. appliquer la solution.

Apprendre aux enfants à devenir de plus en plus autonomes dans la résolution de leurs conflits

Vous ne voudrez pas avoir à agir en médiateur jusqu'à ce que vos enfants soient adultes! Idéalement, avec le temps, vous devriez leur laisser de plus en plus d'autonomie dans la résolution de leurs conflits afin que l'apprentissage que vous leur aurez transmis puisse se généraliser à d'autres sphères de leur vie (avec les amis, dans le couple, avec les collègues).

Ainsi, quand vous constaterez que vos enfants connaîtront vos étapes de résolution de conflit par coeur et qu'ils vous diront tous les deux qu'ils n'ont pas besoin de votre aide pour gérer un différend, vous saurez alors que vous aurez fait un bon travail de parent!

En fait, même si les relations fraternelles dans votre famille ne reflètent pas tout à fait l'harmonie que vous souhaitiez tant, cela ne veut pas dire qu'avoir un frère ou une soeur est nuisible pour le développement de vos enfants. La fratrie est un excellent terrain de pratique pour apprendre le partage, le respect, la communication, la résolution de conflits et l'affirmation de soi... par essai et erreur! À condition que papa et maman soient présents et qu'ils les guident dans cet apprentissage!

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires