Relever le défi quotidien de l'aide aux devoirs

Pour les parents comme pour les enfants, l'heure des devoirs n'est généralement pas le moment de la journée qu'on attend avec impatience! Après de longues heures passées à l'école ou au boulot, il est bien normal d'être fatigué, et on aurait tous envie de consacrer son temps à des activités un peu plus ludiques.

Pour ceux dont les enfants sont particulièrement réticents, ou pour les autres qui craignent de ne pas pouvoir offrir un support adéquat au niveau académique, cette obligation quotidienne peut être très pénible...

Il refuse de faire ses devoirs

Fermeté

Si votre enfant refuse de faire ses devoirs, il faudra faire preuve de fermeté, voire de sévérité, à son endroit. Après tout, les devoirs et les leçons font partie de la réalité des élèves au même titre que la présence en classe ou les examens finaux. Ils sont obligatoires et il est important que votre enfant les fasse, que cela lui plaise ou non.

Dialogue

S'il se montre réticent, essayez d'en parler avec lui. Demandez-lui pourquoi il refuse de faire ses devoirs, peut-être que sa réponse vous éclairera et vous permettra de trouver une solution à son problème. Si, toutefois, ce refus ne s'explique pas par un motif valable, qu'il s'agit d'un caprice ou d'un désintérêt, il faudra peut-être prendre des mesures pour que l'enfant fasse ce qui est attendu de lui.

Récompenses

Certains enfants réagissent bien à un système de punitions et de récompenses. Ni les unes, ni les autres ne devraient cependant être disproportionnées. Par exemple, si votre enfant ne fait pas ses devoirs correctement, vous pouvez le priver de télévision ou de jeux vidéo, ce soir-là. Toutefois, s'il fait preuve de coopération pendant toute une semaine, faites une activité privilégiée avec lui : aller au cinéma, au restaurant, aux quilles... À la longue, il verra que ses efforts valent la peine. Il ne s'agit là que d'exemples, la punition et la récompense pouvant bien sûr être déterminées en fonction des goûts et des intérêts de chaque enfant.

Punitions 

Si vous n'êtes pas une grande adepte de ce genre de système, ou s'il n'a aucun effet sur votre enfant, vous devrez peut-être vous montrer plus sévère. Rappelez-lui que c'est vous le parent et que, comme tel, c'est vous qui prenez les décisions. C'est votre rôle de maintenir l'ordre et, pour ce qui est de faire ou non ses devoirs, votre enfant ne devrait pas avoir son mot à dire, point final.

S'adapter aux besoins de l'enfant

Le moment et la façon

Lorsqu'il est question des devoirs, il n'y a pas de chemin tout tracé. Chaque enfant est différent et a ses besoins propres, ainsi que ses préférences.

Autant que possible, essayez d'adapter la période des devoirs aux particularités de votre jeune. Certains enfants sont visuels, d'autres sont plutôt auditifs, d'autres encore apprennent mieux s'il y a des objets tangibles intégrés dans le processus. 

Vous pouvez facilement rendre les devoirs et les leçons un peu plus ludiques en sortant un peu du cadre classique. Faites travailler un peu votre imagination. Transformez les dictées en chansons, utilisez des cartes à jouer pour les devoirs de mathématiques, mimez ou dessinez les mots de vocabulaire... vous réaliserez bien vite que les possibilités sont infinies!

La routine

Il est important d'établir une routine pour les devoirs. Idéalement, l'enfant devrait pouvoir les faire chaque fois à la même heure et au même endroit, pendant une période de temps déterminée. Demandez au professeur combien de temps l'enfant devrait consacrer au travail scolaire à la maison et, autant que possible, essayez de vous y tenir.

Le lieu

Choisissez une pièce calme et bien éclairée et assurez-vous que rien ne viendra perturber l'enfant pendant qu'il étudie. D'ailleurs, il est préférable que cette période soit « sacrée ». Les devoirs ne devraient pas se faire sur le coin d'une table, pendant la préparation du souper ou avec le téléviseur allumé. Toutefois, si l'enfant a besoin de prendre une petite pause ou de se dégourdir les jambes, autorisez-le à le faire. Il n'en sera que plus motivé par la suite.

Quel est mon rôle, au juste?

Les devoirs ont comme fonction, entre autres, de développer l'autonomie des élèves, de leur apprendre à fonctionner par eux-mêmes, en dehors de la salle de classe et sans la présence rassurante de leur enseignant.

Accompagnateur

Dans cette optique, vous ne devriez en aucun cas faire les devoirs à la place de l'enfant. Votre rôle devrait en être un d'accompagnant et de conseiller. Rappelez-vous que ce n'est pas un concours et que ce n'est pas grave si votre enfant n'a pas toutes les bonnes réponses du premier coup. Au contraire, c'est en faisant quelques erreurs qu'il pourra véritablement apprendre. En lui donnant un trop gros coup de main, non seulement vous ne l'aiderez pas, mais vous risquez même de lui nuire.

Des personnes-ressources

Vous craignez d'être de mauvais conseil pour votre enfant parce que vous ne comprenez pas les matières qu'il étudie, parce que le nouveau programme vous dépasse complètement ou encore parce que vous étiez loin d'être une première de classe vous-même? Ne vous inquiétez pas.

Le rôle du parent n'est pas d'enseigner de nouvelles connaissances à l'enfant, le professeur est là pour ça! Il est préférable d'admettre à votre enfant que vous ne comprenez pas tout plutôt que de vouloir paraître infaillible à ses yeux.

N'hésitez pas à demander conseil au professeur ou à une autre personne-ressource de l'école si vous sentez que vous avez besoin d'explications. D'ailleurs, n'hésitez pas à vous tourner vers ces personnes lorsque vous êtes assaillie par le doute. C'est leur métier d'inculquer des notions aux jeunes et ils sauront vous diriger dans la bonne direction.

Encadrement particulier

Certains enfants ont des difficultés d'apprentissage et ont besoin d'encadrement particulier. Si vous soupçonnez que c'est le cas de votre petit ange, envisagez de consulter un orthopédagogue, ou de lui offrir un tuteur, ou encore des cours particuliers avec son enseignant.

Déléguez!

Il est également possible que ce soit vous qui, après une longue journée de travail, ayez de la difficulté à trouver l'énergie nécessaire pour accompagner votre enfant dans ses apprentissages. Dans ce cas-là, il n'y a rien de mal à déléguer cette tâche à quelqu'un d'autre : la grande soeur, l'étudiante d'à côté, votre conjoint, etc.

Souvenez-vous que le but n'est pas d'être héroïque, mais bien de favoriser la réussite scolaire de l'enfant. Personne ne s'attend à ce que vous accomplissiez des miracles! Ce qui compte, c'est que vous fassiez votre possible pour donner à votre enfant l'envie d'apprendre et pour le soutenir dans le processus, dans la mesure de vos capacités et de vos compétences!

Jeanne Dompierre, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires